La coopération internationale en matière d'enseignement supérieur

Dialogue en Méditerranée occidentale 5+5

Geneviève Fioraso© Benjamin Chelly

La première conférence des ministres de l'Enseignement supérieur et de la Recherche des pays du Dialogue en Méditerranée Occidentale s'est tenue le 20 septembre 2013 à Rabat (Maroc).Les ministres présents ont réaffirmé l'importance de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation pour le développement économique de la région euroméditerrannée.

Communiqué - 20.09.2013
Geneviève Fioraso

Vendredi 20 septembre, à Rabat, Geneviève Fioraso a participé à la première Conférence des ministres de l'Enseignement supérieur et de la Recherche des pays du Dialogue en Méditerranée Occidentale "5+5".

Cette première conférence illustre la démarche de "Méditerranée de projets" réaffirmée par le Président de la République à l'occasion de son discours à la 21e Conférence des ambassadeurs, le 27 août dernier.

Elle marque une nouvelle étape dans la dynamique de coopération impulsée par Geneviève Fioraso et son homologue marocain, monsieur Lahcen Daoudi, pour bâtir une Europe des deux rives pour l'enseignement supérieur et la recherche, ouverte sur l'Afrique subsaharienne. Cette coopération a conduit à la signature d'une dizaine d'accords stratégiques au cours des 12 derniers mois, en présence des chefs d'Etat et de Gouvernement. Les deux ministres ont d'ailleurs eu un échange bilatéral sur les projets les plus avancés, en particulier l'Ecole d'architecture au sein de l'Université internationale de Rabat qui démarre sa première rentrée, l'Ecole centrale de Casablanca, le projet de formation des professionnels de santé à Agadir et l'implantation d'I.U.T. pour former les techniciens demandés par les entreprises marocaines.

Lors de cette première conférence, les dix ministres (France, Espagne, Italie, Malte, Portugal, Algérie, Libye, Maroc, Mauritanie et Tunisie) ont réaffirmé l'importance de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation pour le développement économique de la région euroméditerrannée, pour l'emploi des jeunes.

Ils ont débattu concrètement des opportunités de renforcer à haut niveau la coopération scientifique bilatérale et multilatérale, en s'appuyant sur le programme européen pour la recherche et l'innovation, Horizon 2020 (2014-2020). Ils ont réaffirmé leurs priorités communes : faciliter la transformation des connaissances en produits et services innovants, principal levier de compétitivité et de croissance.

Une méthode et un agenda de mise en œuvre, encadrés par un comité de suivi, ont été définis. Les principaux volets d'action concernent la mutualisation de savoir-faire en matière d'ingénierie de projets (projets collaboratifs d'Horizon 2020), la formation et la mobilité croisées d'étudiants, d'enseignants-chercheurs et de chercheurs, l'accès aux infrastructures de recherche, les jumelages institutionnels, en particulier la création et l'exploitation conjointe de laboratoires et de plates-formes communs.

Parmi les instruments identifiés, la ministre a réaffirmé son plein soutien au principe de l'initiative intergouvernementale sur la coopération euro-méditerranéenne "PRIMA" (Partnership in Research and Innovation in the Mediterranean Area), qui rassemble les pays des rives sud et nord de la Méditerranée, dans les domaines de l'environnement, de l'énergie, de la santé et de l'agronomie, projet qui devrait être soutenu par Horizon 2020.

Le renforcement des partenariats entre les établissements d'enseignement supérieur et de recherche sera également facilité par la montée en puissance du programme européen de mobilité "Erasmus plus" dont le budget augmente de 30 % à partir de 2014, en continuant d'accroître le potentiel de mobilités pour les filières professionnelles et technologiques.

A cet égard, la ministre s'est également félicitée de la montée en charge du projet d'Institut de technologie et d'architecture euro-méditerranéen (INSA international), en partenariat avec l'Université euro-méditerranéenne de Fès. Cette initiative, dont les bases ont été officialisées lors de la visite du Président de la République à Rabat, le 4 avril dernier, se construit en partenariat avec les meilleurs établissements d'enseignement supérieur des pays du Dialogue "5+5". Elle porte l'ambition de s'étendre à l'Afrique subsaharienne de façon à contribuer à son développement, et à l'ouverture potentielle de nouveaux marchés. Les premières actions, à titre pilote, sont attendues pour 2014 (cycle de master international en formation continue).

Comme l'a souligné la ministre, "les conclusions de cette première conférence, que j'avais appelée de mes vœux, pose les bases d'un cadre de co-construction universitaire et scientifique concret, innovant et ambitieux. C'est en effet ensemble que nous devons répondre à ces défis sociétaux, économiques, de formation et construire une Méditerranée de projets, dans un esprit de dialogue et d'ouverture sur un continent africain en plein développement."

La conférence a enfin accueilli favorablement la proposition de la ministre de centrer les travaux de la prochaine conférence sur le renforcement des cadres intermédiaires et supérieurs, comme facteur de croissance et d'emploi.

 

1ère publication : 20.09.2013 - Mise à jour : 13.12.2013

Les recherches les plus fréquentes :

© 2013 Ministère de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche - Tous droits réservés