Accueil >  Recherche >  Domaines de la recherche >  Espace

Espace

Signature du contrat IASI-NG entre le CNES et ASTRIUM

Signature du contrat IASI-NG entre le CNES et Astrium© M.E.S.R./X.R.Pictures

Le contrat signé entre le CNES et Astrium, qui va permettre la conception d'un nouveau sondeur atmosphérique IASI-NG, illustre le succès de la filière satellitaire française, véritable filière d'excellence.

Communiqué - 18.10.2013
Geneviève Fioraso

Album photos

Un enjeu scientifique, technologique et économique

Vendredi 18 octobre, Geneviève Fioraso a présidé, au CNES la cérémonie de signature du contrat IASI-NG entre le CNES et Astrium. Etaient présents Jean-Yves Le Gall président du CNES, Eric Béranger, Président d'Astrium Satellites, Jean-Jacques Dordain, Directeur Général de l'ESA et Alain Ratier, Directeur Général d'Eumetsat.

Ce contrat d'un montant de 230 millions d'euros signé entre le CNES et l'entreprise Astrium est un exemple de la réussite de la filière des satellites et du partenariat réussi entre la recherche publique et l'industrie.

Ce contrat représente un enjeu à la fois scientifique, technologique et économique.

Ce nouveau sondeur atmosphérique (IASI-NG), grâce à la technologie embarquée, permettra d'améliorer d'un facteur 4 les performances de mesure pour le recueil des données utiles au climat, à la prévision météorologique et au suivi de la qualité de l'air. Pour les prévisions météorologiques, cela permettra de davantage anticiper les désordres qui vont se multiplier avec l'évolution du réchauffement de la planète et réduira ainsi le coût humain et économique de ces catastrophes naturelles. Ces indicateurs, plus précis, permettent aussi d'affiner les modèles mesurant la qualité de l'air et l'évolution du climat de la planète.

Sur le plan économique, c'est un formidable succès pour toute la filière satellitaire, filière d'excellence française, leader en Europe, de la recherche fondamentale à la recherche technologique, au transfert vers l'industrie et à la production d'équipements et services industriels compétitifs. C'est une illustration d'un partenariat public-privé gagnant pour la technologie, l'innovation, l'emploi.

La ministre a tenu à rappeler que la France a toujours accordé une très haute priorité aux systèmes météorologiques spatiaux, comme le montre son niveau de contribution aux programmes de satellites européens géostationnaires (Meteosat) ou en orbite polaire (Metop). Lors de la conférence ministérielle de l'ESA de novembre 2012, à Naples, la France a d'ailleurs été le principal contributeur, avec l'Allemagne, à hauteur de 27%, du programme Metop seconde génération, sur lequel IASI-NG sera embarqué.

 

1ère publication : 18.10.2013 - Mise à jour : 28.10.2013

Les recherches les plus fréquentes :

© 2013 Ministère de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche - Tous droits réservés