Enseignement supérieur

Réponse de Geneviève Fioraso à Gabriel Serville, député de Guyane

Assemblée nationale© Assemblée nationale

Geneviève Fioraso est revenue sur les difficultés rencontrées par le Pôle universitaire guyanais, à l'occasion de la séance des questions d'actualité au Gouvernement du mardi 22 octobre à l'Assemblée Nationale.

Parlement et Institutions - 22.10.2013
Geneviève Fioraso

Le gouvernement prend très au sérieux les difficultés et les tensions que connaît l'Université en Guyane. Pour apaiser la situation et trouver des solutions à la fois de court terme et durables dans le temps, une mission a été donnée à deux médiateurs expérimentés, Christian Forestier et Raphaël Robinson.

J'ai également demandé à l'Inspection générale de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche de dépêcher des médiateurs de façon à évaluer effectivement la gouvernance qui, comme vous l'avez dit, est remise en cause aujourd'hui par un certain nombre d'acteurs universitaires et d'étudiants.

Parmi les mesures immédiates qui sont prises, plusieurs concernent les étudiants. C'est l'ouverture d'une licence professionnelle pour l'environnement, malgré le petit nombre encore des étudiants, mais nous espérons que cela permettra d'en accueillir davantage. C'est aussi l'amélioration des conditions de vie des étudiants : logement, travaux de sécurité qui ont été anticipés ; également une bibliothèque qui a été restaurée de façon à accueillir les étudiants et un désenclavement de cette université. Ce sont les premières réponses concrètes.

Mais cela ne suffira pas. Et il faut répondre à l'ambition du Pôle universitaire de Guyane qui souhaite être davantage autonome. Nous avons déjà demandé aux inspecteurs et aux médiateurs qu'ils examinent les conditions d'une autonomie plus grande, notamment de la licence dans chacune des composantes de l'Université des Antilles - Guyane, et cette proposition a recueilli un assentiment général.

Donc vous le voyez, monsieur le Député, aussi bien pour la réussite des étudiants que pour l'accompagnement de l'autonomie de cette université, pour son développement – puisqu'elle compte 2 500 étudiants aujourd'hui, pour 35 000 jeunes effectivement qui pourraient y venir, mais il faut savoir que nous avons quadruplé le nombre d'étudiants en Guyane depuis dix ans. Nous sommes à l'écoute du peuple guyanais et de son avenir par l'université et la formation de ses jeunes.

Publication : 22.10.2013

Contact presse

Delphine CHENEVIER

01 55 55 84 24

Les recherches les plus fréquentes :

© 2013 Ministère de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche - Tous droits réservés