Société d'Accélération du Transfert de Technologies (SATT) Sud-Est en PACA

SATT_Sud_Est

La Société d'Accélération du Transfert de Technologies SATT SUD-EST a été sélectionnée dans le cadre des "Investissements d'avenir".  La mission de cette Société par Actions Simplifiées est d'accompagner les établissements de recherche dans la valorisation de leurs résultats et à les transférer vers le monde économique

Article - 1.11.2013

LA SATT Sud-Est, acteur incontournable du développement économique régional lié à l'innovation

La SATT SUD-EST est une Société issue de la fusion des activités de transfert de technologies des universités de PACA et de Corse, de l'Ecole Centrale Marseille, du C.N.R.S. et de l'INSERM. Elle va prolonger l'action initiée par l'association Valorpaca, à la fois le porteur du projet et sa preuve de concept.

La SATT, lauréate de l'appel à projets SATT de l'action "Fonds National de Valorisation"  du Programme Investissements d'Avenir, bénéficie d'une dotation de 78 millions d'euros. Aujourd'hui, ses 8 établissements de recherche actionnaires ont signé ses statuts : Aix-Marseille Université, l'Université de Nice Sophia Antipolis, l'Université du Sud Toulon Var, l'Université d'Avignon et des Pays du Vaucluse, l'Université de Corse, l'Ecole Centrale Marseille, le C.N.R.S. et l'INSERM. L'Assistance Publique Hôpitaux de Marseille et le C.H.U.de Nice en sont également partenaires fondateurs mais non actionnaires. L'ensemble de ces actionnaires représente l'excellence en recherche de la région, soit un potentiel de plus de 6000 chercheurs permanents et 600 millions d'euros de budget de recherche et développement (R&D).

La SATT a pris la forme d'une S.A.S. au capital de 1 million d'euros apporté par l'Etat au travers de ses actionnaires. Elle sera présidée par Mr Olivier Fréneaux, jusqu'à présent Directeur Général de Protisvalor Méditerranée et Coordonnateur de Valorpaca.

3 objectifs stratégiques majeurs.

La SATT SUD-est poursuit trois objectifs stratégiques majeurs :

  • mettre fin au morcèlement des structures de valorisation des établissements de recherche. La SATT devient le guichet unique qui manquait à ses actionnaires et aux entreprises ; elle établit un lien physique entre le monde de la recherche publique et le marché,
  • accroître le niveau d'innovation des entreprises. La SATT finance et accompagne le transfert des technologies et des savoir-faire à fort potentiel issus des laboratoires de recherche publique. Elle cible prioritairement les P.M.E. régionales, en partenariat avec les Pôles de Compétitivité,
  • contribuer au développement économique régional par la création d'entreprises innovantes et d'emplois. La SATT devient un acteur majeur de la création d'entreprises innovantes, en partenariat avec les incubateurs. Elle finance la preuve de concept des technologies avant la création. Elle accompagne également les start-up pour en faire des entreprises de croissance.

La SATT intervient sur toute la chaîne du transfert de technologies : sensibilisation des chercheurs, détection des projets innovants et déclaration d'invention, brevetabilité, phases successives de maturation, marketing et signature de licences. Son cœur de métier est la maturation des projets sur les plans juridique (propriété intellectuelle), économique (marché) et technologique (preuve de concept). Dans ce modèle, le développement économique par la recherche se concrétise par la signature de licences avec des entreprises existantes ou par la création d'entreprises innovantes.

Des relations permanentes seront établies entre la SATT et des structures existantes - Instituts Carnot, Canceropôle, etc. - et celles qui seront mises en place dans le cadre des Investissements d'Avenir - I.H.U.,Labex , démonstrateurs, C.V.T., France Brevet, etc. La SATT établira des partenariats avec les E.P.S.T. régionaux, notamment  INRIA, INRA, I.R.D., C.E.A., IFREMER, IFSTTAR, etc.

1ère publication : 1.11.2013 - Mise à jour : 31.12.2013

Les recherches les plus fréquentes :

© 2013 Ministère de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche - Tous droits réservés