Innovation

Faire des ingénieurs les acteurs de la nouvelle France industrielle

Étudiante en examen© Fotolia

Lors d’un déplacement à l’école chimie Paris Tech sur le thème "Qui seront les ingénieurs de demain ?", Geneviève Fioraso a insisté sur la nécessité de donner aux futurs ingénieurs les moyens d'être les acteurs de la nouvelle France industrielle et innovante.

Communiqué - 7.11.2013
Geneviève Fioraso

"Nous devons anticiper l’avenir et faire des ingénieurs des acteurs de la nouvelle France industrielle, d’une société de progrès et d’innovation." Tel était le message porté par Geneviève Fioraso lors d’un déplacement à l’école chimie Paris Tech, organisé sur le thème "qui seront les ingénieurs de demain", en présence de Christian Lerminiaux, président de la Conférence des directeurs des écoles françaises d’ingénieurs (CDEFI) et de Philippe Jamet, Président de la Conférence des Grandes Ecoles (C.G.E.).

Selon une étude*, 49% des ingénieurs diplômés sont employés dans l’industrie et 41% dans les sociétés de services. Et, alors que 10% des ingénieurs créent des entreprises aux Etats-Unis, seuls 5% des ingénieurs créent leur entreprise en France.

Au lendemain de la présentation du Plan innovation, qui vient renforcer la démarche des 34 plans industriels de la Nouvelle France Industrielle engagée par le Président de la République, la ministre a plaidé pour que les écoles d’ingénieurs et grandes écoles contribuent à anticiper ces nouveaux métiers de l’industrie, à encourager la carrière des jeunes diplômés dans les P.M.E.-P.M.I., à développer davantage l’esprit d’entreprendre et d’innovation.

Saluant le modèle des écoles d’ingénieurs et grandes écoles françaises très reconnu à l’international, la ministre a souhaité que les écoles d’ingénieurs, qui font d’ores et déjà un effort important pour renforcer leur recherche, travaillent en lien étroit avec les universités et les organismes de recherche pour contribuer à cette politique nationale d’innovation, dans l’esprit même de la loi du 22 juillet 2013

Comme l’a précisé la ministre, "pour relever le défi de la réindustrialisation, de la compétitivité et de l’emploi, nous devons ensemble anticiper les métiers de demain, préparer nos ingénieurs à s’adapter dans un monde aux mutations de plus en plus rapides. Le métier d’ingénieur est au centre de cette révolution industrielle, économique et culturelle. Les ingénieurs contribuent à la conception de l’usine du futur, à préparer la transition énergétique. Le modèle du docteur ingénieur doit aussi se développer et être reconnu par les entreprises."

Enfin, face à ces défis, Geneviève Fioraso a plaidé pour que les ingénieurs de demain soient aussi des ingénieures, en rappelant que, si aucune mesure n’était prise, il faudrait attendre 2075 pour atteindre la parité dans les écoles d’ingénieurs**.

Le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche a signé, le 29 janvier 2013, une charte pour l'égalité Femmes/Hommes avec la CDEFI, la C.G.E. et la C.P.U.. Lors de ce déplacement, l’ensemble des acteurs ont réaffirmé leur mobilisation en faveur d’une plus grande parité.


* étude de l’APEC sur la situation professionnelle des cadres ingénieurs en 2012.

** selon une étude 2013 du M.E.S.R., seules 27% de filles sont dans des écoles d’ingénieur et le pourcentage de filles ne dépasse pas 30% dans les classes préparatoires scientifiques contre 73,2% dans les classes préparatoires littéraires.

1ère publication : 7.11.2013 - Mise à jour : 13.11.2013

Les recherches les plus fréquentes :

© 2013 Ministère de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche - Tous droits réservés