Accueil >  Recherche >  Domaines de la recherche >  Espace

Espace

Espace et recherche européenne à l'ordre du jour du Conseil de compétitivité

Drapeaux nationaux et européen© Commission européenne

Le Conseil de compétitivité qui a eu lieu à Bruxelles mardi 3 décembre a permis des avancées sur des dossiers concernant l'espace et la recherche européenne, avec notamment l'adoption du cadre financier d'Horizon 2020, d'Erasmus+ et de la contribution financière européenne allouée à  ITER.

Communiqué - 3.12.2013
Geneviève Fioraso

Geneviève Fioraso, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, et ses homologues européens en charge de l'espace et de la recherche se sont réunis à Bruxelles le 3 décembre pour une réunion du Conseil Compétitivité.

Ce Conseil a permis d'avancer plusieurs programmes en cours :

  • le programme spatial Copernicus, pour la surveillance de l'environnement;
  • les initiatives technologiques conjointes pour financer des partenariats entre la recherche publique et l'industrie, et susciter ainsi l'innovation dans des secteurs industriels clefs (aéronautique, piles à combustible, bio-industrie, médicaments innovants, composants et systèmes électroniques);
  • la coordination de programmes nationaux de recherche abondés par l'Union Européenne dans le domaine de la métrologie, de l'assistance à domicile, du soutien aux P.M.E. innovantes, des essais cliniques sur les maladies liées à la pauvreté (V.I.H., tuberculose, malaria...);
  • la contribution de l'U.E., pour la période 2014-2020, à ITER, le plus grand projet scientifique mondial en cours, visant à la réalisation d'un réacteur de fusion et en construction à Cadarache.

Le Conseil a également procédé à l'adoption finale du Cadre financier pluriannuel 2014-2020, d'Horizon 2020 et d'Erasmus+, pour un montant respectif de 79 et de 14 Milliards euros.

Le Conseil a clôturé deux années de négociations en adoptant le cadre financier final pluriannuel d'Horizon 2020, le programme cadre de de la recherche et de l'innovation, et d'Erasmus+, le programme de financement de l'éducation et de la formation tout au long de la vie, de lajeunesse et du sport. Geneviève Fioraso a salué l'aboutissement de ce travail dans lequel elle s'est fortement engagée, tout en l'articulant étroitement avec l'agenda national de la Recherche et de l'Innovation, France Europe 2020.

Dans le domaine de la politique spatiale, le Conseil a adopté la position soutenue par la France et relayée par ses collègues européens vis-à-vis du programme européen Copernicus, qui propose le développement de services thématiques dans les domaines de l'environnement et de la sécurité, à partir des données fournies par les satellites.

Geneviève Fioraso a souligné le caractère "stratégique" du Copernicus et appelé à une claire répartition des tâches entre l'U.E. et l'Agence spatiale européenne pour réussir ce programme dans les meilleures conditions, éviter les doublons et valoriser les expertises reconnues de l'ESA, y compris dans les programmes coordonnés par la Commission européenne.

La Commission a aussi conforté son soutien au programme de surveillance de l'espace et de suivi des objets en orbite (S.S.T.).

Pour la recherche, le Conseil a confirmé son engagement en faveur d'une nouvelle génération d'initiatives technologiques conjointes, sous la forme de partenariats de recherche et d'innovation public-privé, dans les domaines de l'aéronautique (CleanSky2), des composants et systèmes électroniques (ECSEL), des médicaments innovants (IMI2), des piles à combustible utilisant l'hydrogène (FCH2) et des bio-industries (BBI). Dans ces différents secteurs, la France possède les expertises les plus pointues, tant dans les laboratoires publics que dans les entreprises et sera à même de faire les meilleures propositions.

A cette occasion, Geneviève Fioraso a rappelé le soutien de la France à ces partenariats, "contribution essentielle à la compétitivité européenne par la qualité et la montée en gamme dans des secteurs industriels clefs". Elle s'est réjouie des budgets ambitieux prévus pour ces initiatives, de plus de 6 milliards d'euros au total, ainsi que de la perspective d'une nouvelle initiative concernant le ferroviaire.

Le Conseil a aussi adopté les 4 programmes public-public dédiés à la lutte contre les maladies liées à la pauvreté (EDCTP2), aux P.M.E. innovantes (Eurostars-2), à la métrologie (EMPIR) et au développement de l'assistance au maintien à domicile (AAL). Le Conseil a franchi une étape importante en adoptant un accord politique sur la contribution de l'UE au programme ITER pour la période 2014-2020.

Cet accord ouvre la voie à une adoption finale d'ITER et du programme Horizon 2020/EURATOM. Geneviève Fioraso a rappelé, avec l'Espagne, l'Allemagne et le Danemark, son attachement à la maîtrise des coûts, délais et organisation par la Commission européenne, chef de file d'Iter, aux côtés des Etats-Unis, de la Chine, la Russie, la Corée, l'Inde et le Japon. Il s'agit en effet du plus grand projet international de coopération scientifique, technologique et industrielle, avec un enjeu primordial à l'horizon 2050 : celui de la fusion et de la fourniture d'une énergie durable, en grande quantité, consommant peu de ressources naturelles et générant peu de déchets non recyclables.

1ère publication : 3.12.2013 - Mise à jour : 13.12.2013

Les recherches les plus fréquentes :

© 2013 Ministère de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche - Tous droits réservés