Accueil >  Recherche >  Domaines de la recherche >  Espace >  Actualité espace

Actualité espace

Réveil de la sonde Rosetta

Sonde Rosetta et atterrisseur Philae © ESA-J.Huart

Après dix ans de voyage dans le système solaire et 957 jours de "léthargie électronique", la sonde européenne Rosetta, mission de l’ESA (Agence spatiale européenne), a réussi l'un des grands rendez-vous de l'histoire spatiale.

Communiqué - 20.01.2014
Geneviève Fioraso

Lancée il y dix ans, le 2 mars 2004, par la fusée Ariane 5, la sonde spatiale, qui a parcouru plus de 6 milliards de kilomètres pour rencontrer la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko, à plus de 800 millions de kilomètres de la Terre, est sortie de sa torpeur, en envoyant un signal radio, lundi 20 janvier 2014.

Comme le souligne Geneviève Fioraso, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche : "il s’agit d’une prouesse scientifique, technique mais aussi d’un moment magique, qui fait de ce réveil de Rosetta un des grands rendez-vous de l’histoire spatiale. Cette mission est également un bel exemple de coopération scientifique européenne".

La mission Rosetta a en effet mobilisé plus de 300 scientifiques dans toute l'Europe, dont de nombreuses équipes françaises. La ministre tient à saluer les équipes du CNES, qui coordonne la contribution française, et les équipes des laboratoires du C.N.R.S., de l'Observatoire de Paris, de l'Ecole normale supérieure, de l'Ecole Polytechnique, de l'Institut de Physique du Globe et de nombreuses universités (Toulouse, Grenoble, Orléans, Marseille, Paris 6, Paris 7, Paris-Sud, Paris-Est, Cergy, Versailles), impliquées dans cette mission, à la fois à travers le développement d'instruments à bord de la sonde et dans l'exploitation scientifique des données collectées.

Ce réveil marque le début d’une nouvelle aventure scientifique spatiale. Désormais, la sonde spatiale de l’ESA se dirige vers sa destination, la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko, qu’elle devrait atteindre durant l’été 2014.

Pour la toute première fois, une sonde spatiale accompagnera une comète pendant plus d’un an, jusqu'au point de son orbite le plus proche du Soleil et surtout, tentera, en novembre prochain, de déposer un robot baptisé Philae. Véritable laboratoire d'analyse miniature, composé d’instruments scientifiques de haute performance, Philae permettra de récupérer des données scientifiques essentielles pour une meilleure connaissance de notre système solaire.

 

1ère publication : 20.01.2014 - Mise à jour : 22.01.2014

Les recherches les plus fréquentes :

© 2013 Ministère de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche - Tous droits réservés