Enseignement supérieur

Université de Guyane : réponse de Geneviève Fioraso à Gabriel Serville, député de Guyane

Assemblée nationale
Assemblée nationale© Assemblée nationale

Geneviève Fioraso s'est exprimée sur l'Université de Guyane lors des questions d'actualité au Gouvernement, le 21 janvier à l'Assemblée nationale.

Parlement et Institutions - 21.01.2014

Question de monsieur Gabriel Serville, député de Guyane

Monsieur le Président. Mesdames et Messieurs les Ministres. Chers collègues. 

Madame la Ministre, dans un communiqué du 10 janvier 2004, l’intersyndicale et le collectif des étudiants du pôle universitaire guyanais tirent à nouveau la sonnette d’alarme. Il semblerait en effet que les discussions soient rompues entre les différents protagonistes chargés d’exécuter les dispositions de l’accord, signé le 11 novembre 2013 et portant création d’une université de plein exercice en Guyane.

Les tensions sont palpables et des voix se sont même élevées pour demander la démission de l’administratrice provisoire, que vous avez récemment nommée. Le département de la Guyane est conscient des efforts réalisés par le gouvernement pour sortir de la crise. Toutefois, vous savez à quel point demeure fragile l’équilibre au sein de l’Université des Antilles et de la Guyane. Face à cette situation précaire, je vous demande de bien vouloir nous éclairer sur l’état d’avancement du processus de création de cette université et de nous préciser les solutions envisagées, afin qu’il suive son cours de façon sereine, dans le respect des engagements arrêtés par les parties concernées. Je vous en remercie.

Réponse de madame Geneviève Fioraso, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche

Merci monsieur le Président,
Monsieur le Député,

La Guyane a demandé une université de plein exercice, pour pouvoir maitriser son avenir, l’avenir de sa jeunesse et son développement, dans un territoire où seulement 5 % des jeunes poursuivent des études supérieures.

Cette attente était légitime. Aussi, l’engagement du Gouvernement dans ce projet est total.

J’ai nommé une administratrice provisoire qui a rétabli le dialogue avec toutes les parties prenantes, et qui travaille à une plus grande autonomie pédagogique et financière de ce pôle. Elle est accompagnée dans cette tâche par un expert, Christian Forestier et par une administratrice de haut niveau qui sera nommée dans quelques jours.

Cela n’est pas facile mais c’est utile et nous accompagnons ces changements sur le terrain. J’ai souhaité que l’Université de Guyane ait un statut expérimental, ce qui nous permettra de définir ses objectifs et ses missions en les adaptant au mieux à la situation et aux besoins du territoire. Ce statut et le décret de création qui le porte seront prêts et soumis à toutes les parties prenantes en Guyane, avant la fin du mois de janvier.

Ce sont des actes concrets qui témoignent sans ambiguïté de ma détermination : les délais prévus sont respectés, les décisions annoncées sont prises, le processus est bien engagé.

J’engage tous ceux qui, comme moi, et comme mes collègues du Gouvernement, sont attachés au développement de la Guyane, et je l’ai vérifié sur le terrain lors du déplacement du Président de la République, à prendre acte du chemin parcouru en deux mois à peine. Je les appelle aussi à soutenir une démarche toute entière dédiée à l’intérêt général.

 

1ère publication : 21.01.2014 - Mise à jour : 24.01.2014

Contact presse

Delphine Chenevier

01 55 55 84 24

Vidéo : questions d'actualité au gouvernement

Questions d'actualité au gouvernement, en séance publique à l'assemblée nationale, concernant l'accord de création d’une université de plein exercice en Guyane.

Les recherches les plus fréquentes :

© 2013 Ministère de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche - Tous droits réservés