Enseignement supérieur

Université Antilles-Guyane : réponse de Geneviève Fioraso à Ary Chalus, député de Guadeloupe

Assemblée nationale© Assemblée nationale

A l'occasion des questions au gouvernement du 7 mai 2014, Geneviève Fioraso s'est exprimée sur la création d'une nouvelle université des Antilles et sur les conditions de fonctionnement du Pôle universitaire et de recherche de la Guadeloupe.

Parlement et Institutions - 7.05.2014
Geneviève Fioraso

Monsieur le député Ary Chalus, votre question porte sur deux points.

Le premier est relatif à la création d'une nouvelle université des Antilles et l'autre porte sur les conditions de fonctionnement actuelles du Pôle universitaire et de recherche de la Guadeloupe.

Sur le premier point, conformément aux engagements pris par le gouvernement, le décret créant une université de plein exercice en Guyane, à la demande des acteurs guyanais, va être soumis aux instances dont la consultation est obligatoire. Les personnels – les personnels techniques comme les personnels universitaires –, les étudiants et également le CNESER. Et ensuite, ce décret sera publié dans les meilleurs délais. De manière parallèle et selon effectivement le même calendrier, un décret créant une université des Antilles – rassemblant donc les pôles guadeloupéen et martiniquais, comme vous le souhaitez, dans une université unique des Antilles – sera soumis à la même consultation. Avant l'été, comme cela a été préconisé dans un rapport parlementaire qui vient d'être rendu par la sénatrice Dominique Gillot, nous aurons donc deux universités – université Antilles, université Guyane – autonomes mais qui continueront à avoir des partenariats de recherche et, pourquoi pas, de formation. En tout cas, les deux universités auront bien été créées et nous n'aurons pas perdu temps.

Sur le second point qui concerne la situation en Guadeloupe, l'annonce de la création des deux universités et les garanties que j'ai apportées à l'ensemble des acteurs sur la constance des moyens – c'était l'une des inquiétudes qui étaient évoquées – ont permis de ramener la situation à la normale et au calme. Toutes les conditions sont donc réunies pour que l'ensemble des acteurs et notamment la présidente de l'université, qui doit organiser les examens de fin d'année... Donc les familles, les étudiants doivent être rassurés et vous devez y contribuer avec nous pour que chacun puisse désormais se projeter dans un avenir de coopération, dans un climat apaisé, le tout au service de la jeunesse des Antilles et de l'avenir de ce territoire.

1ère publication : 7.05.2014 - Mise à jour : 12.05.2014

Vidéo de la question au gouvernement

Contact presse

Delphine CHENEVIER

01 55 55 84 24

Les recherches les plus fréquentes :

© 2013 Ministère de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche - Tous droits réservés