Accueil >  Enseignement supérieur >  Formations et diplômes >  Master

Master

Réponse de Geneviève Fioraso à la question de Huguette Bello, députée de la Réunion

  • Formations et diplômes
  • Master
Assemblée nationale© Assemblée nationale

Lors de la séance des questions au gouvernement du 3 juin 2014 à l'Assemblée nationale, Geneviève Fioraso a répondu à la question de Huguette Bello, députée de la Réunion, sur les procédures d'accès en Master.

Parlement et Institutions - 3.06.2014
Geneviève Fioraso

Les masters comptent aujourd’hui 290 000 étudiants dont 150 000 en master 1 et 140 000 en master 2. On ne peut donc pas dire qu’il y a une déperdition entre les deux mais là où vous avez raison, Madame la Députée, et c’est ce que souligne votre question, c’est que le taux de passage de M1 et de M2 pour les primo-entrants en master n’est que de 65 %. Ce taux a cependant très fortement progressé au cours de ces 10 dernières années, il a progressé de 20 % mais il n’est pas satisfaisant.

Par ailleurs, dans certaines filières comme la psychologie par exemple, cursus lié à une profession réglementée, il n’est que de 30 %. Il faut dont prendre des mesures spécifiques et c’est ce que nous avons engagé, en dialogue avec les étudiants, les premiers concernés, et avec les enseignants.

Avec 10 000 parcours de masters et 5 500 intitulés, notre offre était illisible pour tous : pour les jeunes, les familles comme pour les employeurs ; une injustice sociale car seuls les jeunes disposant de réseaux relationnels, susceptibles de les renseigner, pouvaient se diriger vers les masters qui offraient les plus grandes possibilités d’insertion.

30 % des masters n’existaient que dans une université, dans un seul domaine. En passant à 255 intitulés de masters, nous leur avons redonné visibilité, qualité et reconnaissance, avec un souci de justice sociale et d’insertion professionnelle des étudiants.

Ma priorité et celle du gouvernement c’est bien l’insertion des étudiants, en favorisant les réorientations, en mettant davantage de fluidité dans le passage de M1 à M2. Je rappelle que le taux d’insertion professionnelle lorsqu’on obtient un master est de plus de 90 %, il faut donc poursuivre la réforme au bénéfice de l’insertion professionnelle des étudiants.

Publication : 3.06.2014

Les recherches les plus fréquentes :

© 2013 Ministère de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche - Tous droits réservés