Accueil >  Recherche >  Domaines de la recherche >  Espace

Espace

3e réunion du CoSpace

CoSpace du 12 novembre 2014© M.E.N.E.S.R./XR Pictures

Geneviève Fioraso a présidé, mercredi 12 novembre, avec Jean-Yves Le Drian et Emmanuel Macron, la troisième réunion du CoSpace (Comité de Concertation Etat Industrie sur l’Espace), qui s’inscrit dans le contexte exceptionnel de l’aboutissement de la mission Rosetta.

Communiqué - 12.11.2014
Geneviève Fioraso

Mercredi 12 novembre 2014, Geneviève Fioraso, secrétaire d’Etat à l'Enseignement supérieur et à la Recherche, a présidé, avec Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense et Emmanuel Macron, ministre de l’Economie, de l’Industrie et du Numérique, la troisième réunion du CoSpace (Comité de Concertation Etat Industrie sur l’Espace), mis en place en 2013 pour rassembler les acteurs publics et privés de la filière spatiale autour d’une stratégie commune.

La secrétaire d’Etat Geneviève Fioraso a rappelé l’importance de la mobilisation de l’ensemble des acteurs de la filière, industriels, opérateurs, agences, organismes de recherche autour d’une feuille de route partagée, en vue notamment du prochain conseil ministériel de l’ESA, qui se tiendra les 1 et 2 décembre 2014 à Luxembourg : "la compétition internationale s’est confirmée et amplifiée cette année sur plusieurs segments du marché spatial. Dans ce contexte, il est essentiel d’avoir une équipe France du spatial mobilisée et solidaire. Le CoSpace est une initiative déterminante pour construire et partager une vision commune entre l’Etat, la recherche, l’industrie et les opérateurs, afin de consolider la compétitivité de la filière spatiale française."

Le ministre Emmanuel Macron a pour sa part indiqué que "l’industrie aérospatiale est une vitrine de l’excellence française. Elle fait aujourd’hui face à deux défis : la compétitivité – la réorganisation de la filière lanceurs face à la concurrence internationale a le soutien plein et entier du Gouvernement et la transition numérique – elle doit effectuer sa mue numérique en s’ouvrant à d’autres secteurs et aux start-ups pour proposer de nouveaux services."

Marwan Lahoud, président du GIFAS, a déclaré que : « Le CoSpace est désormais bien établi et organisé de manière efficace pour renforcer l’ensemble de la filière spatiale dont les industriels sont un des acteurs majeurs. La cohésion et le dialogue ont déjà permis de réaliser et de lancer des travaux notamment sur la compétitivité de la filière face à la concurrence internationale."

Jean-Yves Le Gall, Président du CNES et Jean-Loïc Galle, Président de Thales Alenia Space et de la Commission Espace du GIFAS, ont exposé les travaux des différents groupes de travail : analyses économiques nationales et internationales, applications nouvelles, feuille de route technologique et continuité de l’expertise et des compétences dans les réorganisations en cours.

Une analyse comparative des facteurs de succès pour le développement du secteur spatial dans différents pays a ainsi été présentée, avec un focus sur les Etats-Unis. Un point a été fait sur l’adaptation en cours de notre système d’aide à l’export par la Coface pour le rendre aussi efficace que le dispositif américain US Exlm.

S’agissant des applications spatiales, les membres du CoSpace ont tous souligné que la position de la France dans les applications et services n’était pas à la hauteur de son rang de leader mondial dans les systèmes spatiaux et qu’une action était nécessaire pour développer ce secteur. Les services spatiaux représentaient en 2013 un marché mondial de près de 120 milliards d'euros, soit un fort effet de levier par rapport aux 67 milliards d'euros de l’industrie spatiale et aux 17 milliards d'euros des opérateurs satellites. Le CoSpace a validé le soutien à la mise en place d’une plateforme facilitant l’accès aux données spatiales (notamment issues de Copernicus) sur tout le territoire, et la préparation d’un appel à candidature pour développer un réseau qui stimule des applications et des services nouveaux pour le spatial, en les accompagnant jusqu’au stade commercial.

Un point d’étape a également été présenté sur les feuilles de route technologiques à moyen et long terme pour les satellites d’observation de la terre et les satellites de télécommunications, qui doivent permettre d’atteindre des objectifs ambitieux en termes de compétitivité à horizon 2020 et au-delà. Pour les satellites de télécommunications, l’objectif est de capter 50% du marché commercial accessible. Les leviers discutés s’appuient sur la propulsion électrique, la très haute résolution, la flexibilité des charges utiles, l’indépendance sur les technologies critiques, les communications optiques...

Le ministre Jean-Yves Le Drian a rappelé que les capacités spatiales participent de façon décisive à l’autonomie d’appréciation, de décision et d’action des autorités françaises et qu’en conséquence, la nouvelle loi de programmation militaire a réservé le montant important de 2,4 milliards d’euros sur les missions d’observation, de télécommunication et de renseignement. Enfin, face à un marché du satellite très concurrentiel, il a rappelé la nécessité d’une forte collaboration entre les acteurs du secteur des satellites en France dans le but d’avoir des industriels compétitifs face à la concurrence étrangère et pour sauvegarder la compétence satellitaire en France.

A l’occasion de ce CoSpace, les ministres ont salué "l’initiative remarquable d’Airbus et Safran visant à créer pour le 1° décembre une joint-venture dans le domaine des lanceurs. Cette JV était indispensable pour développer un lanceur européen compétitif par rapport aux offres mondiales".

Cette réunion s’inscrit dans le contexte exceptionnel de l’aboutissement de la mission Rosetta, à quelques heures de l'atterrissage du robot Philae sur la comète Tchourioumov-Guérassimenko : "une prouesse scientifique, technologique et un bel exemple de coopération spatiale européenne" comme l’ont souligné les ministres.

1ère publication : 12.11.2014 - Mise à jour : 18.11.2014

Les recherches les plus fréquentes :

© 2013 Ministère de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche - Tous droits réservés