Accueil >  Recherche >  Domaines de la recherche >  Espace

Espace

L'Europe décide de développer un nouveau lanceur : Ariane 6

Conseil ministériel de l'ESA - 1er et 2 décembre

Le Conseil ministériel de l'Agence spatiale européenne (ESA), qui a réuni les ministres européens de l'Espace les 1er et 2 décembre 2014 à Luxembourg, a permis de franchir une étape historique pour la filière spatiale européenne et pour l'avenir de l'Europe de l'espace.

Communiqué - 2.12.2014
Geneviève Fioraso

Le Conseil ministériel de l'ESA a pris une décision majeure : celui de développer un nouveau lanceur, Ariane 6, qui remplacera Ariane 5, avec un premier vol programmé en 2020.

Cette décision est le résultat d'une mobilisation sans précédent des ministres, de l'ESA, des agences nationales (le CNES pour la France, le D.L.R. pour l'Allemagne, l'A.S.I. pour l'Italie), de l'ensemble des partenaires industriels européens, d'Arianespace et de ses clients, face à une concurrence internationale très vive, soutenue par des fonds publics, que ce soit aux Etats-Unis, en Chine ou au Japon.

Cette décision renforce l'Europe en garantissant un accès indépendant à l'espace pour les acteurs institutionnels et pour les acteurs économiques européens et en rendant les services de lancement compétitifs sur la base de la préférence européenne.

Par cette décision, l'Europe montre sa détermination à assurer un avenir compétitif à la filière des lanceurs, grâce à Ariane 6, lanceur modulaire, compétitif et adapté aux vols institutionnels, scientifiques et commerciaux. Avec Ariane 6 et Vega, l'Europe disposera désormais d'une famille cohérente de lanceurs présentant de fortes synergies industrielles.

Fidèle à sa position de leader européen dans le domaine spatial, la France, forte d'une équipe France du spatial unie et mobilisée, a été un acteur déterminant du processus de discussions qui a abouti aux décisions stratégiques prises lors du Conseil ministériel de l'ESA des 1er et 2 décembre à Luxembourg.

Comme l'a souligné Geneviève Fioraso : "Dans un contexte international marqué par l'aggravation de difficultés économiques, financières et politiques, le développement de conflits et de menaces nouvelles, l'Espace constitue plus que jamais une grande chance pour l'Europe, car il est un facteur générateur de croissance et d'emplois, de compétitivité, d'innovation, de progrès et d'avancées scientifiques considérables, notamment dans le domaine de l'exploration de l'Univers. Avec cette décision historique, les Etats-membres ont apporté une réponse forte à la concurrence internationale, dans un secteur stratégique pour la souveraineté européenne, pour son industrie, pour l'emploi. Ils ont démontré que lorsqu'elle est unie, l'Europe est forte et sait relever les défis collectivement."

Lors de cette réunion ministérielle, les Etats-membres de l'ESA se sont également prononcés sur la poursuite de l'exploitation de la station spatiale internationale jusqu'en 2020 et des efforts en matière d'exploration spatiale, formidable vecteur de coopération internationale et de progrès scientifique.

Enfin, les Etats-membres ont réaffirmé le rôle stratégique de l'Agence spatiale européenne et la nécessité de renforcer la place de l'ESA au cœur du dispositif européen, pour bâtir en cohérence avec l'Union européenne une politique spatiale au service de tous les Européens en développant davantage les applications spatiales pour créer des emplois qualifiés en Europe.

En conclusion, Geneviève Fioraso souligne que, forte de ce succès majeur, l'Europe doit continuer à se mobiliser, notamment pour être plus réactive dans les applications et services spatiaux, qui représentaient, en 2013, un marché mondial de près de 120 milliards d'euros. Au niveau national, le Comité de concertation Etat-Industrie sur l'Espace, le CoSpace, initié et co-présidé par la secrétaire d'Etat à l'Enseignement supérieur et à la Recherche, avec le ministre de la Défense et le ministre de l'Economie, de l'Industrie et du Numérique, a d'ores et déjà engagé un plan d'actions dans ce sens. Les pôles de compétitivité seront ainsi mobilisés dans un plan "booster" pour faire émerger des idées d'applications nouvelles en sollicitant les start-ups, P.M.I.-P.M.E. et les grands groupes avec un objectif : le spatial au service de l'emploi.

1ère publication : 2.12.2014 - Mise à jour : 4.12.2014

Les recherches les plus fréquentes :

© 2013 Ministère de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche - Tous droits réservés