Enseignement supérieur

Campus de Marseille-Luminy: inauguration du Technosport et d'Oceanomed

Inauguration de Technosport et d'Oceanomed - Campus de Luminy© M.E.N.E.S.R.

Geneviève Fioraso s'est exprimée, lundi 8 décembre 2014, lors de l'inauguration du Technosport et d’Oceanomed sur le Campus de Marseille-Luminy.

Discours - 8.12.2014
Geneviève Fioraso

Je suis très heureuse d’être parmi vous aujourd’hui pour l’inauguration du Technosport et d’Oceanomed sur ce magnifique campus de Marseille-Luminy. Ces deux réalisations marquent le succès de l’Opération Campus à Aix-Marseille, succès dont j’ai déjà pu en juin dernier souligner l’aspect novateur, et pour lequel je voudrais de nouveau vous remercier tout particulièrement, cher Yvon, vous et toute l’équipe que vous avez rassemblée autour de vous pour mener à bien le plan Campus. J’ai si souvent déploré que les projets Campus n’avançaient pas assez vite que je ne peux que me réjouir de voir qu’ici, à Luminy, l’essentiel en est achevé. Me réjouir et en féliciter très chaleureusement tous ceux, maîtres d’ouvrage, maîtres d’œuvre, usagers qui ont su ensemble aboutir à ce beau résultat. Je sais la somme de travail et d’efforts que cela a représenté, notamment de la part de l’équipe technique de l’université conduite par Monsieur Mallet.

Ainsi l’Université d’Aix-Marseille se transforme, au fil des mois et des années, au bénéfice de ses étudiants et de l’ensemble de la communauté éducative, mais également des villes d’Aix et de Marseille et de ce qui constituera dans un futur proche la métropole d’Aix-Marseille-Provence.

Elle réussit donc pleinement sa vocation – qui devrait être celle de toute université – qui est de s’ouvrir sur la ville, sur la société et sur le monde.

L’Université d’Aix-Marseille et ses partenaires des organismes de recherche concernés, notamment  C.N.R.S. et I.R.D., se voient allouer aujourd’hui deux centres d’excellence, pourvus de bâtiments alliant performance énergétique et innovation technologique.

Je dois reconnaître avoir été fortement impressionnée par la qualité architecturale des bâtiments et par leur capacité à se fondre dans le magnifique environnement du Parc national des Calanques dans lequel ils se trouvent. Je tiens donc à féliciter les architectes pour leur ouvrage magnifique.

Les visites du Technosport et d’Oceanomed n’ont fait que renforcer mon sentiment, à savoir que lorsque l’envie, l’énergie et le goût de bien faire sont au rendez-vous, l’Université française (au sens large de ce terme) peut parvenir à faire de grandes et belles choses.

Je voudrais tout d’abord évoquer le Technosport, véritable plate-forme dédiée à l'innovation du sport et du mouvement. Ce dernier permet l'étude de la performance dans son acception la plus large, du sport de haut-niveau aux mouvements pathologiques.

Il constitue une véritable prouesse architecturale. Les chiffres sont parlants : 18 400 m² de plaine sportive instrumentée, 400 m² de salle de musculation, 2 500 m² de gymnase instrumenté, 640 m² de mur d’escalade, 510 m² de plateforme recherche, une centaine de chercheurs.

Je voudrais remercier, à ce titre, Jean-Louis Moro et l’ensemble de la direction de la Faculté des sciences du sport de Luminy pour leur engagement et leur détermination à faire du projet du Technosport l’égal de l’INSEP, et donc, une réussite. Ce projet est, de fait, un véritable condensé de technologies, qui permettra de mener des travaux à la fois de recherche fondamentale et de recherche appliquée. Ses fonctionnalités permettent en effet de pratiquer et d’analyser la performance physique en situation, grâce à l’utilisation de capteurs, de caméras, d’ordinateurs et autres outils de mesure.

L’interdisciplinarité qui s’y pratique, permet de décloisonner les savoirs et de faire avancer la connaissance. Ainsi, physiologie, biomécanique, sociologie, robotique ou neurosciences s’y côtoient. Le Technosport est rattaché à deux laboratoires de recherche :

  • le laboratoire Sport MG Performance EA 4670, porteur de la politique de recherche de la Chaire Société Sport et Management et créé par une forte collaboration entre Sciences Po Aix et la Faculté des Sciences du Sport de Marseille ;
  • l’Institut des Sciences du Mouvement (ISM) Etienne-Jules Marey, unité mixte de recherche associant Aix-Marseille université et le C.N.R.S. via l’Institut des Sciences Biologiques, dont les thèmes de recherche portent sur les déterminants mécaniques, physiologiques, neurologiques, psychologiques et sociologiques de la motricité des êtres vivants. Aujourd'hui, l'Institut des Sciences du Mouvement fait partie du réseau de l'Institut Carnot, permettant une mise en relation opérationnelle entre laboratoires et favoriser ainsi une recherche en contact avec les entreprises et créatrice d’emplois.

Le Technosport est donc une excellente opportunité pour resserrer les liens entre l’Université et les acteurs économiques. L’aéronautique, les transports ou la santé, entre autres, sont autant de domaines où l’innovation technologique et le progrès sont prépondérants. C’est ainsi que de nombreuses entreprises, à l’instar de Peugeot, EADS, Eurocopter, Décathlon ou encore Nike, mais également des P.M.E., ont signé des contrats pour pouvoir développer leurs programmes de recherche et développement au sein de ce complexe universitaire, et, par conséquent, de fluidifier la relation R&D avec l'industrie et l'ensemble des acteurs du sport. Une Société d'Aide au Transfert de Technologie a d’ailleurs pour vocation d'améliorer le passage de la connaissance et de l’invention des laboratoires vers le secteur économique.

Cette démarche participe de cette volonté portée par le Gouvernement d’intensifier les liens entre l’Université et les entreprises pour redresser notre pays. En témoigne le plan d’action ambitieux en faveur de la culture entrepreneuriale et de formation à l’innovation, qui s’est concrétisé par la création d’un statut d’"étudiant-entrepreneur" que j’ai initié et le soutien aux 29 Pôles Etudiants Pour l’Innovation, le Transfert et l’Entrepreneuriat, les Pépites, qui accompagnent les créations d’activités par les étudiants.

Mais le Technosport attire également des clubs et des fédérations sportives, comme celles de cyclisme ou de voile, disciplines où le couplage homme-matériel est prédominant.

Il s’agit donc d’un lieu unique de rencontre entre le sport, les pratiquants, la recherche, le haut niveau et l’industrie et, en tant que secrétaire d’Etat à l’Enseignement supérieur et à la Recherche, je ne peux que m’en réjouir.

L’inauguration de ce magnifique équipement quelques semaines après le choix de Marseille comme "Capitale Européenne du Sport 2017" est évidemment un heureux présage. Mais cela permet aussi à la Ville de disposer d’un lieu-ressource supplémentaire pour cette échéance d’une ampleur exceptionnelle.

Le projet Oceanomed regroupe, quant à lui, dans une construction qui se veut à la pointe de la technologie et respectueuse de l’environnement, le laboratoire Mediterranean Institute of Oceanography, l’Unité Mixte de Service Pythéas et l’ensemble des enseignements en océanographie. Cette opération permet de regrouper à Marseille en un lieu unique des chercheurs et enseignants-chercheurs jusqu’ici dispersés, de l’université, du C.N.R.S. et de l’I.R.D. et d’accueillir ceux de l’Université de Toulon, renforçant ainsi le développement d’une formation de qualité dans les domaines relevant de la spécificité marine. L’opération contribue également à renforcer les liens de coopération entre les deux universités qu’une convention d’association en cours de signature formalisera prochainement. Elle devrait aussi conduire à l’intensification des relations extérieures et internationales avec notamment un accueil accru de chercheurs confirmés, de post-doctorants et d’étudiants français et étrangers. En outre, elle accueille des structures innovantes, comme l’attestent les salles de travaux pratiques alimentées en eau de mer que nous avons visitées tout à l’heure ou le hall spécialisé dédié à l’instrumentation et à la préparation des missions en mer.

Là encore, les chiffres parlent d’eux-mêmes. L’infrastructure recouvre en effet une surface  globale de 10 000 m² dédiés à l’enseignement et à la recherche, pour un budget de 23 millions d’euros, ce qui est considérable et témoigne du crédit accordé à l’océanographie dans notre pays.

Je veux souligner d’ailleurs l’ingéniosité du financement de cette opération. Vous avez su en effet, avec les maîtres d’œuvre, combiner deux sources de financement distinctes et peu faciles à rendre compatibles, la dotation Campus d’une part, le C.P.E.R. d’autre part.

Là encore, je vous en félicite et remercie tous ceux qui vous ont aidés dans ce montage innovant.

Longtemps, la France a pu faire sienne la citation de Richelieu : "les larmes de nos souverains ont le goût salé de la mer qu’ils ont ignorée." Il me semble que ce n’est plus le cas, grâce à l’action conjuguée de l’Etat et des scientifiques. La maritimisation est en effet devenue un enjeu majeur à l’heure de la mondialisation. Vous savez mieux que personne que la France possède l’une des premières façades maritimes et constitue ainsi le deuxième territoire maritime du monde, avec plus de 11 millions de km² d’espaces placés sous sa juridiction, soit une superficie plus vaste que l’Europe. Or, les océans représentent des atouts considérables, en termes économiques, énergétiques, stratégiques, environnementaux et économiques.

Fort de ces avantages, notre pays souhaite donc légitimement afficher une politique maritime ambitieuse dans le domaine de la recherche et de l’innovation, tout en répondant, bien évidemment, aux exigences environnementales de notre planète. L’effort public de recherche marine civile est considérable. Près de 3 500 scientifiques, ingénieurs et techniciens s’y consacrent. La France compte parmi les tous premiers pays européens par la qualité de ses travaux et par les infrastructures de recherche qu’elle met à la disposition de la communauté scientifique.

Les océans représentent également un enjeu important en termes environnementaux. La connaissance du système mer, de ses composantes hydrologiques, biotiques, abiotiques, des processus qui contribuent à l’émergence et au maintien de la biodiversité marine, des processus de transfert de matière, d’énergie et de biomasse entre ses principaux compartiments, sont en effet des défis de connaissance majeurs tant pour la recherche fondamentale que pour la compréhension des apports du domaine marin. En tant que système, l’océan est un régulateur et un modérateur des fluctuations du climat. A ce titre, et alors que la France, comme vous le savez, est l’hôte de la COP 21, la grande conférence sur le climat, en 2015, il est de notre devoir de mettre la recherche et l’innovation au service de l’environnement et de promouvoir toute action, toute initiative qui agirait en faveur de la planète. Là encore, Oceanomed est à l’avant-garde de ce qui se fait en France en la matière et vous pouvez tous en être fiers.

Je ne puis donc que me féliciter du projet, qui devrait constituer l’un des fleurons de notre recherche dans le domaine océanographique et faire de Marseille un lieu de référence pour le déploiement de l’ambition française en matière d’innovation et de recherche maritimes.

L’Université d’Aix-Marseille, grâce à l’Opération Campus et à la construction d’infrastructures propres, se trouve désormais au cœur d’un écosystème d’innovation unique en France. Le Technosport et Oceanomed participent de cette aventure. Cette aventure ne fait que commencer. Elle est promise à un avenir radieux : celui de faire de l’Université française le lieu de tous les savoirs, le lieu de tous les possibles, le lieu, enfin, de la réussite de tous au service du développement durable et du rayonnement de la France. Grâce à vous tous, le site marseillais devient, au fil des ans, par la diversité de ses composantes et la force de ses coopérations et synergies internes, une vitrine reflétant l’excellence de notre système universitaire en pleine mutation. Je suis certaine que vous continuerez à œuvrer dans ce sens, au service de la collectivité, au service des étudiants, et donc, au service de l’avenir de notre pays.

 

Publication : 8.12.2014

Les recherches les plus fréquentes :

© 2013 Ministère de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche - Tous droits réservés