Accueil >  Recherche >  Domaines de la recherche >  Espace

Espace

Succès de la mission IXV : l'Europe et la France confirment leur excellence en matière d'exploration spatiale

Déplacement à Turin© ESA

Geneviève Fioraso, secrétaire d’Etat chargée de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, tient à saluer le succès de la mission IXV (Intermediate eXperimental Vehicle), première européenne, prouesse scientifique et technologique.

Communiqué - 11.02.2015
Geneviève Fioraso

C’est depuis le Centre de Contrôle de la Mission, opéré par ALTEC à Turin, sur le site de Thales Alenia Space Italy, que Geneviève Fioraso a suivi, avec sa collègue italienne Stefania Giannini, ministre de l’Education et de la Recherche, le lancement depuis le Centre Spatial Guyanais, par le lanceur Vega opéré par Arianespace, puis l’amerrissage du démonstrateur de rentrée atmosphérique européen IXV.

Coordonné par l’Agence spatiale européenne, ESA, le programme IXV est mis en œuvre par Thales Alenia Space, à la tête d’un consortium regroupant une quarantaine de partenaires : industriels européens, agences nationales, le CNES et l’ASI, organismes de recherche, universités. D’un coût global de près de 170 millions d’euros, ce projet est financé par l’Italie, premier contributeur, la France (à hauteur de 15%), la Belgique, l’Espagne, l’Irlande, le Portugal et la Suisse.

Comme le souligne Geneviève Fioraso : "Avec la mission IXV, coordonnée par l’ESA et mise en œuvre par Thales Alenia Space et ses partenaires scientifiques et industriels, l’Europe et la France confirment leur excellence en matière d’exploration spatiale, le grand défi des années à venir. Les enjeux sont scientifiques, technologiques, stratégiques : ce sont des enjeux de souveraineté pour l’Europe et la France. Ce sont aussi des projets scientifiques qui font rêver, éclairent notre recherche sur les origines de l’univers, sur l’impact sur l’environnement de la dérégulation climatique et suscitent les vocations scientifiques et technologiques dont nous manquons. Pour relever ces défis, il est essentiel de maîtriser les technologies, notamment celles qui permettent le retour sur Terre d’un système spatial, habité ou non. Ce que je viens de voir, à Turin, avec ma collègue italienne Stefania Giannini, démontre une fois encore que l’Europe est au rendez-vous de ces défis."

La réussite de cette mission marque également le début d’une nouvelle aventure spatiale puisque, les états membres de l’ESA, lors de la ministérielle de Luxembourg, ont confirmé leur ambition en s’engageant sur le programme PRIDE (Program for Reusable In Orbit Demonstrator), dont l’ESA va engager les premières études, grâce à un financement de 14 millions d'euros.

Publication : 11.02.2015

Les recherches les plus fréquentes :

© 2013 Ministère de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche - Tous droits réservés