Enseignement supérieur

Mobilisation de l'enseignement supérieur et de la recherche pour promouvoir les valeurs de la République

Réunion des représentants des conférences de l'enseignement supérieur © M.E.N.E.S.R./X.R.Pictures

Dans le cadre de la "Grande mobilisation de l'Ecole" pour les valeurs de la République, Geneviève Fioraso, secrétaire d'Etat chargée de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, a réuni, mardi 10 février, les représentants des Conférences de l'enseignement supérieur : C.P.U., C.D.E.F.I., C.G.E..

Communiqué - 11.02.2015
Geneviève Fioraso

Ces trois organisations ont présenté les initiatives déjà prises ou qu'elles se proposent de prendre dans les semaines à venir, pour contribuer à cette mobilisation nationale engagée par le Gouvernement.

Parmi les initiatives les plus significatives, Geneviève Fioraso a insisté sur :

  • Le renforcement des actions favorisant la réussite de tous les étudiants et notamment des jeunes issus des milieux les plus modestes : une mission a été confiée par la secrétaire d'Etat à Christian Lerminiaux pour créer une nouvelle voie professionnelle ; l'extension du statut d'étudiant entrepreneur à des jeunes non étudiants et habitant les quartiers en politique de la ville est à l'étude. Par ailleurs, une réflexion est engagée pour redynamiser et mieux harmoniser les dispositifs "cordées de la réussite", "cordées de l'entrepreneuriat" avec les actions déjà engagées par le M.E.N.E.S.R. (dispositif "bac -3/bac+3" pour une orientation active, PEPITE...).
  • La promotion du service civique dans l'enseignement supérieur : les établissements d'enseignement supérieur encourageront leurs étudiants à y postuler mais offriront également des missions, au sein des campus, à des jeunes volontaires. Une réflexion est engagée pour définir des modes de reconnaissance et de validation de ce service civique dans le cursus des études.
  • Le soutien à l'engagement étudiant : un travail est engagé par les Conférences pour renforcer les partenariats avec les associations dont les actions peuvent contribuer à la lutte contre la radicalisation, les discriminations ou favoriser l'accès à l'enseignement supérieur des jeunes issus des milieux les plus modestes comme l'AFEV (Association de la Fondation Etudiante pour la Ville).
  • Le développement des actions d'enseignement en milieu carcéral. Un groupe de travail sera proposé, réunissant le M.E.N.E.S.R., le ministère de la Justice, les acteurs de l'enseignement supérieur et les associations comme le GENEPI (Groupement étudiant national d'enseignement aux personnes incarcérées).
  • Le renforcement de la formation au numérique, initiale comme continue, des enseignants dans les ESPE pour permettre aux étudiants d'être des acteurs actifs du numérique et aux pédagogies de se diversifier (amphis inversés, MOOCs, jeux sérieux...)
  • Parallèlement à ces actions, différentes opérations seront engagées par les Conférences pour promouvoir les valeurs de la République et la laïcité comme l'actualisation du guide "Laïcité et Enseignement supérieur" élaboré par la CPU en 2004, l'organisation de conférence ou colloque.

Ces actions s'accompagnent également d'une mobilisation de la recherche pour éclairer la société sur les facteurs de radicalisation, sur les fractures qui la traversent.

Une mission a ainsi été confiée par la secrétaire d'Etat à l'Enseignement supérieur et à la Recherche à l'Alliance de recherche ATHENA, présidée par Alain Fuchs, président du C.N.R.S., et regroupant universités et organismes de recherche en sciences humaines et sociales, pour :

  • renforcer les dispositifs existants et transférer les résultats de ces recherches en sciences humains et sociales pour les décideurs, les politiques, les institutions et les citoyens ;
  • favoriser le développement de thématiques de recherche insuffisamment développées.

Les différents dispositifs ont été mobilisés pour soutenir les travaux relatifs aux causes de la radicalisation :

  • au niveau national, l'A.N.R., Agence nationale de la recherche, a été sollicitée pour soutenir ces travaux et fédérer les équipes de recherche, à l'instar du Groupement d'intérêt scientifique (G.I.S.) "Moyen-Orient et Mondes Musulmans", créé en 2013, qui a permis de regrouper toutes les forces de recherches françaises du domaine ;
  • au niveau européen, la Direction générale en charge de la recherche et de l'innovation au M.E.N.E.S.R. accompagne les équipes de recherche dans les partenariats et réseaux européens, par exemple, grâce à la participation de la France au consortium RAN (Radicalisation Awareness Network) ou au réseau NORFACE.

Comme l'a souligné Geneviève Fioraso à l'issue de cette réunion, "cette mobilisation de l'enseignement supérieur et de la recherche, qui s'inscrit dans le cadre du plan global d'actions engagé par le Président de la République et le Premier ministre, doit contribuer à une meilleure compréhension de notre société, à développer la citoyenneté, à combattre les inégalités, à promouvoir et transmettre les valeurs de la République."

 

Publication : 11.02.2015

Les recherches les plus fréquentes :

© 2013 Ministère de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche - Tous droits réservés