L'espace européen de la recherche (E.E.R.)

Le prix Descartes-Huygens 2015 est décerné aux biologistes Benoît Viollet et Joost Gribnau

Prix Descartes-Huygens 2015

Le prix Descartes-Huygens 2015, prix scientifique franco-néerlandais, a été décerné à Benoît Viollet, directeur de recherche à l'INSERM, co-directeur de l'équipe "Senseurs du fer et de l'énergie en physiopathologie" à l'Institut Cochin, et à Joost Gribnau, professeur de biologie du développement au Centre médical de l'Université Erasmus à Rotterdam.

Actualité - 5.01.2016

Le prix sera remis aux lauréats au printemps 2016 à Paris

Créé en 1995, le Prix Descartes-Huygens est doté en France par le ministère des Affaires étrangères et du Développement international (ambassade de France aux Pays-Bas) et par le ministère de l'Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Il est doté aux Pays-Bas par l’Académie royale des arts et des sciences des Pays-Bas (KNAW).

Il est décerné chaque année sous l’égide respective de la KNAW et de l’Académie des sciences-Institut de France qui président et constituent les jurys, à deux chercheurs de niveau international, l’un en France, l’autre aux Pays-Bas, et contribuant activement à la coopération scientifique bilatérale.

Benoît Viollet , distingué par le jury de l'Académie royale des arts et des sciences des Pays-Bas  

Benoît Viollet - Prix Descartes-Huygens 2015Benoît Viollet, né en 1968, travaille sur la régulation du métabolisme énergétique dans la physiopathologie de maladies telles que le diabète, l’insulinorésistance, l'obésité et les pathologies cardiovasculaires. Après un doctorat de biologie cellulaire et moléculaire à l’Université Pierre et Marie Curie, puis un stage post-doctoral au laboratoire de Moshe Yaniv à l’Institut Pasteur, c'est en 2001 que Benoît Viollet, chercheur à l’Inserm, rejoint l'Institut Cochin et s'intéresse au rôle physiopathologique de la protéine AMPK (AMP-activated protein Kinase) : véritable senseur des niveaux d'énergie de la cellule, cette protéine protège les cellules d'un risque de carence énergétique en ajustant en permanence et au plus près leurs besoins et disponibilités en énergie. L'activation de l'AMPK constitue une piste thérapeutique de choix dans le traitement des maladies métaboliques.

Les travaux de recherche de Benoît Viollet ont d’abord permis de valider l'AMPK comme cible pharmacologique. Puis son équipe a contribué à élucider les mécanismes d'action d'agents activateurs de l'AMPK, ainsi que de la metformine -anti-diabétique oral le plus prescrit dans le monde-, sur la régulation du métabolisme glucidique et lipidique dans le foie et le muscle. Grâce à de fortes collaborations franco-néerlandaises, d'autres fonctions cellulaires de l'AMPK ont pu être explorées, et son implication a été démontrée dans le contrôle du métabolisme glucido-lipidique au niveau du coeur (laboratoire de Jan Glatz, Université de Maastricht). 

Le jury néerlandais a été impressionné par le score de citations et d’articles (plus de deux cents) de Benoît Viollet dans des publications scientifiques de renom. Il a apprécié ses interactions fructueuses avec plusieurs équipes de recherches néerlandaises, débouchant sur des résultats comme l’implication de l’AMPK au niveau du cœur.

Le Prix Descartes-Huygens permettra à Benoît Viollet de renforcer ses liens avec certaines équipes, en particulier, à l’université de Maastricht, celle de Dietbert Neumann (Associate Professor, Department of Molecular Genetics). Il permettra également d’étudier le bénéfice thérapeutique d'une activation de l'AMPK dans un contexte de cardiomyopathie diabétique. Il aidera également à financer l'organisation d'un symposium européen sur l‘AMPK en 2017 à Paris, contribuant à de nouvelles coopérations franco-néerlandaises et européennes.

Joost Gribnau, distingué par le jury de l'Académie des sciences

 

Joost Gribnau - Prix Descartes-Huygens 2015Joost Gribnau, né en 1968, travaille sur l’épigénétique et la biologie du développement. Après un séjour postdoctoral dans le laboratoire de Rudolf Jaenisch au Whitehead Institute (MIT, Cambridge, États-Unis), Joost Gribnau a intégré en 2004 l’Erasmus Médical Center (MC), y devenant professeur de biologie du développement, directeur de la plateforme ES, iPS de l’Institut des cellules souches, et directeur du département de biologie du développement.

Ses travaux concernent principalement les mécanismes de l’empreinte génomique et de l’inactivation du chromosome X en particulier. Cette inactivation, qui réduit au silence l’un des deux chromosomes X chez la femelle, permet d’égaliser entre les femelles (XX) et les mâles (XY) le dosage des gènes liés au chromosome X chez les mammifères. Joost Gribnau a apporté plusieurs contributions importantes à la compréhension des mécanismes moléculaires sous-jacents à l’établissement sélectif de cette inactivation. Sa plus remarquable découverte est sans doute l’identification d’une protéine de la famille des ubiquitine ligases, RNF12, qui joue un rôle initiateur dans l’inactivation du chromosome. Excellent chercheur, Joost Gribnau est également un infatigable vulgarisateur.

Le jury français a apprécié l’excellence des travaux de recherche de Joost Gribnau, honorée par plusieurs distinctions (dont en 2015, celle de membre de l’European Molecular Biology Organization). Il a été sensible à son action pour la synergie, plutôt que la concurrence, entre deux équipes de pointe, la sienne et celle d’Edith Heard. Cette « science ouverte » et la diffusion des connaissances dans son domaine, la biologie des chromosomes sexuels, l’épigénétique et l’évolution, s’exercent sous des formes allant de séminaires à l’enseignement (notamment en France à l’université parisienne Pierre et Marie Curie), en passant par le théâtre. 

Grâce au prix Descartes-Huygens, Joost Gribnau va pouvoir approfondir sa collaboration avec Edith Heard, notamment pour l’analyse des données, l’identification de nouveaux facteurs d’inactivation de l’X, et des programmes communs d’enseignement à l’Institut Curie et au Collège de France. Il l’utilisera également pour l’organisation en 2016, d’un nouveau séminaire de recherche.

1ère publication : 5.01.2016 - Mise à jour : 8.01.2016

Les recherches les plus fréquentes :

© 2013 Ministère de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche - Tous droits réservés