Espace presse

Conférence franco-algérienne de l'enseignement supérieur et de la recherche

La troisième conférence franco-algérienne de l’enseignement supérieur et de la recherche, qui s'est tenue lundi 20 janvier à Alger, vise à renforcer un partenariat équilibré entre la France et l’Algérie dans les secteurs stratégiques de la formation, de la recherche et du transfert vers l’industrie.

Communiqué - 21.01.2014
Geneviève Fioraso

Lundi 20 janvier 2014, à Alger, Geneviève Fioraso a ouvert, avec son homologue algérien, M. Mohamed Mebarki, la troisième conférence algéro-française de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche.

Cette rencontre s’inscrit dans le contexte de la déclaration d’amitié et de coopération signée par les Présidents de la République François Hollande et Abdelaziz Bouteflika lors de la visite d’Etat effectuée par le Président français en décembre 2012 à Alger.

Geneviève Fioraso est la première ministre française à se rendre à nouveau en Algérie après la rencontre de haut niveau qui a réuni les gouvernements algériens et français les 16 et 17 décembre 2103 à Alger, à l’initiative des Premiers ministres des deux pays.

Soulignant l’importance de cet évènement, la ministre a exprimé sa volonté de renforcer un partenariat équilibré entre la France et l’Algérie dans les secteurs stratégiques de la formation, de la recherche et du transfert vers l’industrie.
  
La conférence a traité différents sujets dont:

  • le passage au L.M.D. (Licence Master Doctorat) mis en œuvre l’Algérie, après la France, ce qui facilitera les échanges et la mobilité des étudiants entre les deux pays et, plus largement, à l’international;
  • la place de la relation bilatérale dans le domaine de la recherche scientifique et technologique et les possibilités de la faire évoluer vers une relation internationale, notamment euro-méditerranéenne, en s’appuyant sur les programmes adaptés et le grand programme européen Horizon 2020;
  • l'ouverture de l'enseignement supérieur et de la recherche au monde de l'entreprise pour favoriser l'employabilité des jeunes diplômés, ambition partagée par les deux pays pour améliorer leur compétitivité, la diffusion de l’innovation et la création de start-ups issues de la recherche.

Environ 200 universitaires, chercheurs, présidents d’universités, directeurs d’écoles et représentants d’entreprises français et algériens ont participé à cet évènement, dans un esprit d’échange et de partenariat.

Geneviève Fioraso a visité deux centres de recherche, l’un sur les technologies avancées (nanotechnologies, matériaux, robotique...), l’autre sur les énergies renouvelables (énergie solaire notamment) où les scientifiques ont présenté leurs travaux et leurs partenariats internationaux, souvent avec les laboratoires et entreprises françaises, ainsi qu’une école d’informatique où elle a rencontré les étudiants. Les présidents et directeurs d’organismes, de laboratoires de recherche, d’universités et les industriels français qui l’accompagnaient ont ainsi pu discuter avec leurs homologues algériens des projets en cours ou à construire.

Cet évènement a aussi été l’occasion de signer plusieurs accords, en premier lieu un accord entre les ministres de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et les ministres de l’Industrie des deux pays ainsi que cinq accords de coopération dans le domaine de la  formation, de la recherche, de sa valorisation et de la culture scientifique et technique.

L’un des accords prévoit de créer un réseau mixte d’écoles supérieures françaises et algériennes, en particulier pour des filières technologiques, l’informatique et les sciences du vivant. L’objectif est de développer les passerelles entre l’enseignement supérieur, la recherche publique et les entreprises, pour adapter les formations aux besoins des entreprises, améliorer l’insertion professionnelle des jeunes et développer les filières d’avenir et innovantes, dans des secteurs aussi divers que l’énergie, la santé ou l’alimentation.

Geneviève Fioraso a signé un accord qui implique la société Bull et l’Inria pour le développement de centres de calcul à haute performance afin de renforcer les capacités de calcul intensif en Algérie, avec l’installation prévue d’un centre de recherche ouvert au partenariat avec les entreprises.

Enfin, les coopérations dans le secteur des télécommunications et de l’espace ont pu être évoquées lors d’un entretien avec Mme Zhora Derdouri, ministre de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication et M. Azzedine Oussedik, Directeur de l’Agence spatiale algérienne (ASAL).

Le CNES, Airbus Defence and Space/Astrium ont déjà établi un partenariat avec l’agence spatiale algérienne Asal pour les satellites d’observation de la terre et de télécommunications. Le souhait, de part et d’autre, est d’élargir ce partenariat à la formation ainsi qu’aux applications commerciales, institutionnelles et au domaine des lanceurs avec Arianespace.

Cette visite a aussi permis de faire le point sur l’accueil des étudiants algériens en France qui, avec 24 000 étudiants, représentent la 3e communauté accueillie dans notre pays.

Ces deux jours, avec un programme très dense, ouvrent la voie engagée par le Président de la République en 2012 et par le Premier ministre en 2013, d’un partenariat renforcé, équilibré et porteur d’avenir entre l’Algérie et la France.

Publication : 21.01.2014

Les recherches les plus fréquentes :

© 2013 Ministère de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche - Tous droits réservés