Accueil >  Stratégie >  Stratégie Enseignement supérieur >  Autonomie des universités >  Guide pratique de l'autonomie des universités

Guide pratique de l'autonomie des universités

Au quotidien, étudiants, enseignants, personnels et partenaires bénéficient sur le terrain des avancées permises par une loi qui a changé le visage des universités et la compétitivité des territoires.

 

Dernière mise à jour : 29/04/2011

22 universités passent à l'autonomie le 1er janvier 2011. Au total, la France compte 73 universités autonomes, soit 90 % des universités françaises, avec un accompagnement particulier pour quatre d'entre elles (Amiens, Perpignan, Réunion et Reims) dans la mise en œuvre de leur plan d'action et des préconisations des audits.

73 universités autonomes au 1er janvier 2011

 

Ce petit guide pratique a vocation à montrer, avec des exemples très concrets à l'appui, choisis dans les 18 universités pionnières, ayant franchi le pas au 1er janvier 2009*, comment cette autonomie se traduit dans le quotidien des acteurs depuis un an : ce qu'elle change pour les étudiants des universités, pour tous leurs personnels, mais aussi pour leurs partenaires immédiats, des collectivités locales aux entreprises.
Le lecteur découvrira, au fil de ce petit guide, 15 des 18 universités qui viendront illustrer tour à tour les différents volets de la loi autonomie, de la réforme d'ampleur de l'orientation et du plan "Réussir en licence" qui l'accompagnent. Il "visitera" ensuite en intégralité les 3 autres universités autonomes que nous avons choisi de passer à la loupe : Aix-Marseille 2, Nancy 1 et la Rochelle. Au final, il découvrira que l'autonomie n'est pas une, mais 18 - et demain 51 - façons d'aller de l'avant, de construire l'avenir des étudiants et le visage de nos territoires, de bâtir les campus de demain, des campus où la réussite des étudiants et le bien-être de tous les personnels sont au cœur des priorités.

 

© université de Savoie/Françoise Cavazzana

 

*Sont passées à l'autonomie au 1er janvier 2009 : Aix-Marseille 2, Cergy-Pontoise, Clermont-Ferrand 1, Corte, La Rochelle, Limoges, Lyon 1, Marne-la-Vallée, Montpellier 1, Mulhouse, Nancy 1, Paris 5, Paris 6, Paris 7, Saint-Etienne, Strasbourg, Toulouse 1, Troyes.

Sont autonomes depuis le 1er janvier 2010, les 33 universités suivantes : Aix-Marseille 1 ; Aix-Marseille 3 ; Angers ; Avignon ; Besançon ; Bordeaux 1 ; Bordeaux 2 ; Brest ; Clermont-Ferrand 2 ; Compiègne ; Dijon ; Grenoble 1 ; Lille 2 ; Littoral ; Lorient ; Lyon 3 ; Metz ; Montbéliard ; Montpellier 2 ; Nantes ; Nice ; Paris 2 ; Paris 11 ; Paris 12 ; Paris 13 ; Pau ; Poitiers ; Rennes 1 ; Rennes 2 ; Toulouse 3 ; Tours ; Valenciennes ; Versailles-Saint-Quentin. A ces 33 universités, s'ajoutent 6 établissements d'enseignement supérieur : Ecole normale supérieure d'Ulm, Ecole normale supérieure de Lyon, Ecole normale supérieure Lettres et sciences humaines de Lyon, Institut national polytechnique de Grenoble, Institut national polytechnique de Lorraine et Institut national polytechnique de Toulouse.
Seront autonomes le 1er janvier 2011, les 24 universités suivantes : Amiens, Arras, Bordeaux 3, Bordeaux 4, Caen, Chambéry, Evry, Grenoble 2, Le Havre, Le Mans, Lille 1, Nancy 2, Nîmes, Nouvelle-Calédonie, Orléans, Paris 1, Paris 3, Paris 4, Paris 9, Perpignan, Reims, Réunion, Rouen, Toulouse 2.

Autonomie : traduction dans l'univers universitaire

Comme le souligne l'appellation de la loi qui l'a instaurée, l'autonomie, pour les universités, c'est plus de libertés et plus de responsabilités.
Ce lien est crucial, l'un ne va pas sans l'autre.
Concrètement, les universités ont désormais de nouvelles capacités d'initiative de nouveaux outils pour mener leur propre politique de formation et de recherche.
Première nouveauté : les universités gèrent elles-mêmes leurs ressources humaines et la masse salariale qui va avec.
Conséquence : leurs budgets doublent et elles disposent de tous les leviers pour organiser leurs formations en fonction des besoins de leurs étudiants et de la situation de l'emploi, faire émerger de nouvelles niches d'excellence scientifique, faire intervenir devant leurs étudiants, des personnalités du monde socio-économique, ou des stars du monde scientifique, valoriser l'engagement de leurs personnels par des primes, créer des fondations, développer les coopérations avec les entreprises...
Chacune d'entre elles devra rendre des comptes sur la mise en œuvre et sur les résultats de cette politique autonome. Chacune d'entre elles sera évaluée sur la qualité de sa production scientifique et sur sa capacité à faire réussir et à insérer ses étudiants.
Autant dire, qu'une petite révolution est en train de se jouer dans l'enseignement supérieur et la recherche, qui permet enfin aux universités françaises d'être alignées sur les standards européens et internationaux, et d'avoir toutes les cartes en main pour doper leur attractivité et leur compétitivité.

Témoignage

Le passage aux responsabilités et aux compétences élargies façonne le nouveau visage des universités. Le laboratoire d’idées a été stimulé, il a renforcé la créativité et la réactivité, a favorisé aussi un climat politique propice à des évolutions et à des modernisations... Il n’en demeure pas moins que l’autonomie est exigeante en termes de transparence, de communication interne, d’accès de tous à l’assimilation des changements. Partager l’esprit d’autonomie est une condition nécessaire ; le rendre palpable par des actions ciblées et concrètes (sur des primes en particulier) est un gage de réussite.

Françoise Moulin Civil, Présidente de l’université de Cergy-Pontoise

Les recherches les plus fréquentes :

© 2013 Ministère de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche - Tous droits réservés