Accueil >  Recherche >  Domaines de la recherche >  Energie, développement durable, chimie et procédés

Energie, développement durable, chimie et procédés

Actualité

arrêter le défilement lancer le défilement

L'essentiel

  • La chimie, science de la création et de la transformation de la matière, est une source d'innovations et un moteur de développement économique, capable d'apporter des solutions aux défis liés à l'énergie, la santé, l'eau, l'alimentation, la préservation des ressources et l'environnement...
  • L'urgence environnementale et les écotechnologies est un axe prioritaire de la Stratégie nationale de recherche et d'innovation (SNRI). Alors que les effets de l'activité de l'homme sur les équilibres globaux de la planète deviennent visibles, il est urgent d'innover pour assurer un développement plus durable à l'humanité...
  • Les actions de R&D pour les transports terrestres concernent l'innovation scientifique et technologique au service de la mobilité des citoyens et des marchandises et pour une compétitivité durable des industries automobiles, ferroviaires et celles des infrastructures routière...
  • Afin de lutter contre les effets du changement climatique et de répondre durablement à la croissance de la demande énergétique mondiale, les politiques énergétiques doivent considérer l'importance de la recherche dans ce domaine...
  • Les activités du secteur "Energie, développement durable, chimie et procédés" s'inscrivent dans l'axe prioritaire urgence environnementale et les écotechnologies de la stratégie nationale de la recherche et d'innovation (S.N.R.I.). Ce secteur porte aussi un soutien à l'orientation stratégique de la recherche fondamentale dans le cadre des très grandes infrastructures de recherche...

Les T.G.I.R.

Très grandes infrastructures de recherche

Le secteur "Energie, développement durable, chimie et procédés" est impliqué dans l'action stratégique autour des infrastructures de recherche (IR) en physique nucléaire et des hautes énergies, d'une part, et fusion, d'autre part.

Il représente le Ministère dans la préparation, le suivi et l'accompagnement de l'action des organismes de recherche opérateurs dans ces infrastructures (CEA-DSM, CEA-DEN, CNRS-IN2P3 et CNRS-INP majoritairement). Les infrastructures de recherche suivies sont : ITER , le CERN, le cyclotron ARRONAX, ThomX , la Source européenne de spallation (ESS) , les infrastructures laser de LULI et ILE, la Facility for Antiproton and Ion Research (FAIR) et le Laser à électrons libres (XFEL).

La participation au pilotage national ou international des TGIR permet la mise en adéquation entre besoins du terrain et stratégie et d'avoir un rôle actif dans les relations internationales.

Par ailleurs, un chantier est en cours pour l'évaluation et la mise à jour de la feuille de route française des infrastructures de recherche. Cette mise à jour, qui a démarré en mars 2010, s'achèvera fin de 2011.

Il s'agit aussi de piloter le groupe de travail en charge des TGIR de physique, chimie, énergie et nanosciences. Ce qui implique l'évaluation (via l'établissement d'indicateurs d'efficacité) et la définition des orientations stratégiques à moyen (3 ans) et long terme (10-15 ans) pour un ensemble de 30 infrastructures de recherche et un budget annuel global de l'ordre de 200 millions d'€.

Les très grandes infrastructures de recherche

Les recherches les plus fréquentes :

© 2013 Ministère de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche - Tous droits réservés