Accueil >  Ministère >  Mission et organisation >  Organigramme de l'administration centrale >  Inspection générale de l'administration de l'éducation nationale et de la recherche (I.G.A.E.N.R.)

Inspection générale de l'administration de l'éducation nationale et de la recherche (I.G.A.E.N.R.)

Actualité

arrêter le défilement lancer le défilement
  • Quelles évolutions pour les inspections générales des ministères en charge de l'éducation nationale et de l'enseignement supérieur et de la recherche ?22.06.2018
    Par une lettre de mission en date du 28 août 2017, l’inspection générale de l’éducation nationale (IGEN) et l’inspection générale de l’administration de l’éducation nationale et de la recherche (IGAENR) ont été chargées de réfléchir à la fonction d’inspection générale et à son évolution au regard des besoins actuels et futurs du système éducatif. Ce rapport dresse un état des lieux des missions et des modes de fonctionnement actuels des inspections générales. Il porte un regard comparatif sur les différents systèmes européens d’inspection afin de déterminer la singularité des structures françaises. Il propose des scénarios d’évolution pour rapprocher et moderniser les deux inspections et leur permettre de mieux contribuer à l’amélioration du système éducatif...
    Quelles évolutions pour les inspections générales des ministères en charge de l'éducation nationale et de l'enseignement supérieur et de la recherche ?
  • Intrusion et faits de violence perpétrés dans un amphithéâtre de l'UFR droit et science politique de l'université de Montpellier28.05.2018
    Dans la nuit du 22 au 23 mars 2018, des individus cagoulés se sont introduits dans les locaux de l’unité de formation et de recherche (U.F.R.) Droit et Science politique de l’université de Montpellier. Ils ont évacué violemment des personnes, en majorité des étudiants de l’université Paul Valéry, qui occupaient un amphithéâtre de l’U.F.R. Le rapport établit le déroulement exact des faits et le contexte au moment de ces événements, et identifie l’ensemble des éléments qui ont favorisé ou rendu possible cette intrusion et ces violences. La mission met en lumière un manque de discernement de la présidence en autorisant la tenue de deux réunions consécutives les 21 et 22 mars à l’UFR Droit et Science politique compte tenu du contexte, la responsabilité du représentant FSU des personnels qui a détourné l’objet initial des demandes de locaux, l’occupation illégale d’un amphithéâtre par un public largement extérieur à l’université de Montpellier ainsi que son comportement, le climat de tensions croissantes, une gestion de crise marquée par l’inexpérience du doyen et la confusion qu’il a entretenue sur une possible intervention des forces de l’ordre pour faire évacuer les lieux. Il ressort des auditions menées que la responsabilité de M. X, en donnant l’ordre de libérer le passage, d’ouvrir le portillon d’accès du parking et en effectuant plusieurs allées et venues entre le parking et le hall, s’avère pleinement engagée dans l’intrusion du commando cagoulé. Il ressort de ces mêmes auditions que la responsabilité de M. Y est également engagée, en accueillant le commando sur le parking et en participant à l’évacuation violente. Les mesures prises par le président de l’université de Montpellier à la suite de ces événements sont pertinentes. La mission formule des recommandations visant tout à la fois à prendre des mesures conservatoires concernant toute personne de l’université qui serait identifiée parmi les membres du commando, à entamer une procédure disciplinaire à l’encontre de M. X et M. Y, à suivre la situation des personnes traumatisées par l’ensemble de ces événements, et à entamer un processus de travail permettant que ce type d’évènements ne se reproduise plus...
    Intrusion et faits de violence perpétrés dans un amphithéâtre de l'UFR droit et science politique de l'université de Montpellier
  • La réorganisation territoriale des services déconcentrés des ministères de l'Education nationale et de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation 11.05.2018
    La création des régions académiques par le décret du 10 décembre 2015 s’est inscrite dans le cadre de l’évolution globale de la carte des services de l’État et la nouvelle organisation territoriale de la République. Alors que la plupart des administrations publiques se sont alignées sur la nouvelle carte des régions en simplifiant leurs organisations administratives au niveau régional, le ministère l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche a mis en place treize régions académiques, qui correspondent aux nouvelles régions, tout en conservant les vingt-six académies métropolitaines d’origine. Le rapport dresse le bilan du fonctionnement des régions académiques depuis leur création. Il constate que cette nouvelle structure a permis des avancées dans l’harmonisation des politiques académiques et dans les relations avec les nouvelles autorités et collectivités régionales. Toutefois, ces améliorations nécessitent un investissement en temps et en énergie qui parait disproportionné par rapport aux gains obtenus...
    La réorganisation territoriale des services déconcentrés des ministères de l'Education nationale et de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation
  • Répondre aux besoins de santé en formant mieux les médecins. Propositions pour évaluer et réviser le troisième cycle des études médicales29.03.2018
    Le troisième cycle des études médicales permet aux médecins d’acquérir la formation de spécialité qu’ils exerceront à l’issue de leurs études. Réformé en 2016, ce troisième cycle compte désormais quarante-quatre diplômes d’études spécialisées, au lieu de trente ; leurs contenus pédagogiques sont formalisés dans des maquettes qui peuvent être révisées annuellement en fonction de l’évolution des connaissances médicales, des besoins en santé et de l’organisation du système de soins. La densification de la formation, l’autonomisation progressive et la suppression des diplômes complémentaires redonnent ainsi au post-internat sa raison d’être et doivent permettre une installation plus précoce des médecins.Ce rapport analyse cette réforme et le début de sa mise en œuvre. Il propose une méthode et des critères d’évaluation et de révision des maquettes de formation, en mettant en perspective les compétences à acquérir et les besoins de santé. Il donne des éléments de comparaison avec l’organisation des études médicales dans plusieurs pays étrangers (Allemagne, Royaume-Uni, Espagne, Italie, États-Unis et Suède). Il fait un focus sur quelques spécialités médicales et les conditions d’évolution de leur troisième cycle. Il met en évidence la nécessité de favoriser les synergies entre systèmes d’information, afin de recueillir les données utiles aux futures évolutions...
    Répondre aux besoins de santé en formant mieux les médecins. Propositions pour évaluer et réviser le troisième cycle des études médicales
  • La fonction internationale au ministère de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation 6.03.2018
    Par lettre du 25 janvier 2018, le directeur de cabinet de la ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation a demandé au chef de service de l’I.G.A.E.N.R., de faire un bilan des activités ayant une dimension européenne ou internationale dans les deux directions, au-delà de la MEIRES MEIRIES, et de proposer des mécanismes permettant d’améliorer la coordination de l’action internationale et européenne au M.E.S.R.I. Le chef de service de l’IG.A.E.N.R. a assuré personnellement cette mission avec Bertrand Minault, inspecteur général de l’administration de l’éducation nationale et de la recherche. La mission a rencontré le conseiller international de la ministre, les directeurs généraux et les principaux responsables de la D.G.E.S.I.P. et de la D.G.R.I., dont le chef de la MEIRIES, ainsi que le délégué par intérim de la DREIC...
    La fonction internationale au ministère de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation

L'essentiel

Les derniers rapports

  • Par une lettre de mission en date du 28 août 2017, l’inspection générale de l’éducation nationale (IGEN) et l’inspection générale de l’administration de l’éducation nationale et de la recherche (IGAENR) ont été chargées de réfléchir à la fonction d’inspection générale et à son évolution au regard des besoins actuels et futurs du système éducatif. Ce rapport dresse un état des lieux des missions et des modes de fonctionnement actuels des inspections générales. Il porte un regard comparatif sur les différents systèmes européens d’inspection afin de déterminer la singularité des structures françaises. Il propose des scénarios d’évolution pour rapprocher et moderniser les deux inspections et leur permettre de mieux contribuer à l’amélioration du système éducatif...
    22.06.2018
  • Dans la nuit du 22 au 23 mars 2018, des individus cagoulés se sont introduits dans les locaux de l’unité de formation et de recherche (U.F.R.) Droit et Science politique de l’université de Montpellier. Ils ont évacué violemment des personnes, en majorité des étudiants de l’université Paul Valéry, qui occupaient un amphithéâtre de l’U.F.R. Le rapport établit le déroulement exact des faits et le contexte au moment de ces événements, et identifie l’ensemble des éléments qui ont favorisé ou rendu possible cette intrusion et ces violences. La mission met en lumière un manque de discernement de la présidence en autorisant la tenue de deux réunions consécutives les 21 et 22 mars à l’UFR Droit et Science politique compte tenu du contexte, la responsabilité du représentant FSU des personnels qui a détourné l’objet initial des demandes de locaux, l’occupation illégale d’un amphithéâtre par un public largement extérieur à l’université de Montpellier ainsi que son comportement, le climat de tensions croissantes, une gestion de crise marquée par l’inexpérience du doyen et la confusion qu’il a entretenue sur une possible intervention des forces de l’ordre pour faire évacuer les lieux. Il ressort des auditions menées que la responsabilité de M. X, en donnant l’ordre de libérer le passage, d’ouvrir le portillon d’accès du parking et en effectuant plusieurs allées et venues entre le parking et le hall, s’avère pleinement engagée dans l’intrusion du commando cagoulé. Il ressort de ces mêmes auditions que la responsabilité de M. Y est également engagée, en accueillant le commando sur le parking et en participant à l’évacuation violente. Les mesures prises par le président de l’université de Montpellier à la suite de ces événements sont pertinentes. La mission formule des recommandations visant tout à la fois à prendre des mesures conservatoires concernant toute personne de l’université qui serait identifiée parmi les membres du commando, à entamer une procédure disciplinaire à l’encontre de M. X et M. Y, à suivre la situation des personnes traumatisées par l’ensemble de ces événements, et à entamer un processus de travail permettant que ce type d’évènements ne se reproduise plus...
    28.05.2018
  • La création des régions académiques par le décret du 10 décembre 2015 s’est inscrite dans le cadre de l’évolution globale de la carte des services de l’État et la nouvelle organisation territoriale de la République. Alors que la plupart des administrations publiques se sont alignées sur la nouvelle carte des régions en simplifiant leurs organisations administratives au niveau régional, le ministère l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche a mis en place treize régions académiques, qui correspondent aux nouvelles régions, tout en conservant les vingt-six académies métropolitaines d’origine. Le rapport dresse le bilan du fonctionnement des régions académiques depuis leur création. Il constate que cette nouvelle structure a permis des avancées dans l’harmonisation des politiques académiques et dans les relations avec les nouvelles autorités et collectivités régionales. Toutefois, ces améliorations nécessitent un investissement en temps et en énergie qui parait disproportionné par rapport aux gains obtenus...
    11.05.2018
  • Le troisième cycle des études médicales permet aux médecins d’acquérir la formation de spécialité qu’ils exerceront à l’issue de leurs études. Réformé en 2016, ce troisième cycle compte désormais quarante-quatre diplômes d’études spécialisées, au lieu de trente ; leurs contenus pédagogiques sont formalisés dans des maquettes qui peuvent être révisées annuellement en fonction de l’évolution des connaissances médicales, des besoins en santé et de l’organisation du système de soins. La densification de la formation, l’autonomisation progressive et la suppression des diplômes complémentaires redonnent ainsi au post-internat sa raison d’être et doivent permettre une installation plus précoce des médecins.Ce rapport analyse cette réforme et le début de sa mise en œuvre. Il propose une méthode et des critères d’évaluation et de révision des maquettes de formation, en mettant en perspective les compétences à acquérir et les besoins de santé. Il donne des éléments de comparaison avec l’organisation des études médicales dans plusieurs pays étrangers (Allemagne, Royaume-Uni, Espagne, Italie, États-Unis et Suède). Il fait un focus sur quelques spécialités médicales et les conditions d’évolution de leur troisième cycle. Il met en évidence la nécessité de favoriser les synergies entre systèmes d’information, afin de recueillir les données utiles aux futures évolutions...
    29.03.2018
  • Par lettre du 25 janvier 2018, le directeur de cabinet de la ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation a demandé au chef de service de l’I.G.A.E.N.R., de faire un bilan des activités ayant une dimension européenne ou internationale dans les deux directions, au-delà de la MEIRES MEIRIES, et de proposer des mécanismes permettant d’améliorer la coordination de l’action internationale et européenne au M.E.S.R.I. Le chef de service de l’IG.A.E.N.R. a assuré personnellement cette mission avec Bertrand Minault, inspecteur général de l’administration de l’éducation nationale et de la recherche. La mission a rencontré le conseiller international de la ministre, les directeurs généraux et les principaux responsables de la D.G.E.S.I.P. et de la D.G.R.I., dont le chef de la MEIRIES, ainsi que le délégué par intérim de la DREIC...
    6.03.2018
  • Le ministre de l’éducation nationale et la ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation ont souhaité, par lettre en date du 11 octobre 20171, que soit conduite une mission de réflexion sur les grands objectifs que les deux ministères peuvent se fixer en matière internationale comme sur la stratégie à adopter et les moyens à mettre en œuvre pour les atteindre. Outre une réflexion sur les principales finalités de l’action européenne et internationale et sur les grands objectifs que peuvent s’assigner les deux ministères en la matière, la mission s’est attachée, comme cela lui était demandé, à apprécier la façon dont l’organisation actuelle des ministères pouvait leur permettre d’atteindre les priorités fixées et, a fortiori, de renouveler et de renforcer leurs ambitions internationales. Elle a enfin proposé des scénarios organisationnels...
    6.03.2018
  • La volonté et l'ambition de lutter contre le racisme, l'antisémitisme et la haine affichées à partir de 2015, le rattachement de la délégation interministérielle au Premier ministre, le budget important consacré à cette action, la feuille de route assignée à chaque ministère, le renforcement du partenariat avec les associations et les lieux de mémoire, la déclinaison départementale au travers des comités opérationnels de lutte contre le racisme et l’antisémitisme (CORA), marquent une rupture et témoignent de l’implication désormais directe de l'État dans la lutte contre le racisme et l'antisémitisme. Ce rapport d’inspection vise à évaluer si le plan interministériel de lutte contre le racisme et l'antisémitisme (PILCRA) a efficacement poursuivi ses objectifs. Il suggère les éventuelles pistes de progrès susceptibles de gouverner l'élaboration d'un nouveau plan, formule en particulier des propositions pour lutter plus efficacement contre la diffusion de messages de haine sur internet...
    5.02.2018
  • Prévu par la loi du 8 août 2016 relative au travail, à la modernisation du dialogue social et à la sécurisation des parcours professionnels qui stipulait qu'une étude sur la médecine du travail devait être présentée à la représentation nationale, ce rapport donne les éléments pour satisfaire à cette obligation. Il s'attache d'abord à mesurer si les risques affirmés sur la démographie médicale des médecins du travail sont justifiés. Sous réserve de respecter l'esprit et la lettre de la loi sur les nouvelles équipes pluridisciplinaires, ce rapport relativise fortement ce risque, sauf dans les zones déjà délaissées par tous les médecins quelle que soit la spécialité. En outre, il présente des propositions pour renforcer l’attractivité de la carrière de médecin du travail, pour améliorer l’information des étudiants en médecine sur le métier de médecin du travail, la formation initiale des médecins du travail et l’accès à cette profession par voie de reconversion. La mission d’inspection effectue un focus particulier sur les quatre points suivants : l’attractivité de la médecine du travail pour les étudiants en médecine ; les conditions de reconversion des médecins souhaitant devenir médecins du travail ; les capacités universitaires de formation en médecine du travail ; la formation des membres non médicaux des équipes pluridisciplinaires, y compris par le biais de formation commune à l’ensemble des membres de ces équipes...
    19.01.2018
  • Une évaluation des actions publiques en faveur de la mixité des métiers a été confiée par le gouvernement à l’IGAS et à l'I.G.A.E.N.R, avec le concours du SGMAP. La mission d’évaluation avait pour objectif d’identifier les actions les plus porteuses et de proposer des pistes d’amélioration...
    9.05.2017
  • Lancée en octobre 2016,l’évaluation de l’organisation et du fonctionnement des instances médicales de la fonction publique a été confiée à une mission composée de membres de l’inspection générale des affaires sociales (IGAS), de l’inspection générale des finances (IGF), de l’inspection générale de l’administration (IGA) et de l’inspection générale de l’administration de l’éducation nationale et de la recherche (I.G.A.E.N.R.). Les travaux de la mission ont permis de dégager un constat largement consensuel sur un  dispositifqui souffre d’une absence de pilotage, administratif  et médical, ce qui crée des inéquités  de traitement des agents entre fonctions publiques,  entre administration centraleet services déconcentrés, entre territoires. Ce défaut de pilotage se conjugue avec une connaissance très approximative des données quantitatives etqualitatives qui ne permet pas le déploiement de politiques de prévention...
    9.05.2017

Tous les rapports de l'I.G.A.E.N.R.

Chercheur

Cinquantenaire de l'I.G.A.E.N.R.

Cinquantenaire de l'I.G.A.E.N.R. (Hors série de la revue AFAE)

Octobre 2015 fêtait le cinquantenaire de l'I.G.A.E.N.R.

Le cinquantenaire de l'I.G.A.E.N.R., de 1965 à aujourd'hui, et demain...  (Hors série de la revue trimestrielle de l'Association française des acteurs de l'éducation)

A savoir

L'I.G.A.E.N.R. remet chaque année aux ministres (ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, ministre de l'Education nationale) cent à cent vingt rapports dont un grand nombre sont le fruit de travaux menés en collaboration avec d'autres inspections générales. L'éclairage qu'ils apportent sur certaines évolutions positives ou, au contraire, sur des secteurs préoccupants du système éducatif peuvent contribuer à la prise de décisions des responsables concernés.

 

Retour haut de page

Les recherches les plus fréquentes :