Accueil >  Stratégie >  Stratégie transversale >  Information scientifique et technique

Information scientifique et technique

Économie et organisation éditoriale des plateformes et des agrégateurs de revues scientifiques françaises.

Analyse comparative de neuf plateformes de diffusion de revues scientifiques françaises
etude_CSES

Depuis plusieurs années, les offres numériques de revues se développent via des plateformes d'éditeurs ou d'agrégateurs. Ces formes d'organisation éditoriale offrent aux chercheurs des points d'accès unifiés, des regroupements de ressources, permettant une plus ample diffusion des connaissances et une meilleure valorisation des publications scientifiques. Ainsi, l'État a choisi de soutenir les revues scientifiques françaises via un soutien à ces plateformes. Dans ce contexte, le C.S.E.S a souhaité disposer d'une étude quantitative, qualitative et prospective concernant l'économie et l'organisation éditoriale des plateformes et agrégateurs de revues scientifiques françaises.

Rapport - Publication : 21.01.2020

Objectif de l'étude

L'étude, réalisée au cours du premier semestre 2019, est constituée de deux volets :

Le premier analyse l'économie de neuf plateformes et agrégateurs de revues scientifiques françaises sélectionnés par le CSES : CAIRN, CEDRAM, EDP Sciences, Elsevier Masson, Episciences, John Libbey Eurotext, Lavoisier, OpenEdition et Persée.

L'objectif est de fournir des données objectivées destinées à éclairer l'action publique en matière de soutien à l'édition scientifique de revues et aux agrégateurs en particulier, par des éléments quantitatifs, qualitatifs et prospectifs.


Ce premier volet a fait l'objet :

  • De rapports sur les activités d'édition et de diffusion de revues scientifiques françaises de chacune des neuf plateformes.
  • Du présent rapport consacré à une analyse comparative de leurs activités.


Le second volet de l'étude, objet d'un rapport distinct intitulé « Analyse comparative de huit plateformes étrangères de diffusion de revues scientifiques », analyse le potentiel concurrentiel et les complémentarités de huit plateformes et agrégateurs étrangers : Cambridge University Press, EBSCO, Érudit, JSTOR, Open Library of Humanities, Project MUSE, ProQuest et SciELO

La méthodologie

Cinq étapes

L'étude s'est déroulée selon les cinq étapes suivantes :

1.  Elaboration et communication aux responsables des neuf plateformes d'un questionnaire sur leurs activités « Revues » en 2017 (les chiffres 2018 n'étaient pas arrêtés lors du lancement de l'étude).

2.  Entretiens avec les responsables sur les attendus du questionnaire.

3.  Remise des réponses, analyse, demandes de compléments, rédaction d'un rapport de synthèse pour chacune des plateformes, communication des rapports à leurs responsables pour validation.

4.  Entretiens complémentaires avec les responsables des plateformes sur leurs perspectives de développement, notamment au regard du plan pour la science ouverte, et mise à jour des rapports de synthèse.

5.   Rédaction du présent rapport d'analyse comparative des neuf plateformes.

 
Tout au long de la mission, un comité de pilotage de l'étude représentant le CSES[1] a assuré le suivi des travaux des consultants et la validation des documents produits.

Limites des résultats

Les cinq plateformes privées du panel n'ont communiqué qu'une partie des chiffres-clés de leur activité commerciale « Revues ». En outre, dans leurs réponses, elles ne distinguent pas les revues de recherche des autres revues (professionnelles, vulgarisation...) qu'elles diffusent.

Les niveaux de précision à certaines questions varient selon les acteurs. Les chiffres indiqués dans cette présentation ne peuvent donc pas toujours être considérés comme des références absolues, mais plutôt comme des ordres de grandeur.

Enfin, il n'a pas été possible de comparer les audiences des neuf plateformes qui, pour partie, n'ont pas été communiquées et, lorsqu'elles l'ont été, proviennent d'outils statistiques hétérogènes.

 

[1] Le comité de pilotage était composé de Daniel Egret (PSL, Chargé de mission), Sophie Giraud (MESRI, Chargée de mission Information scientifique et technique), Jean-François Lutz (Université de Lorraine, Responsable de la bibliothèque numérique), Daniel Renoult (Président du Comité de suivi de l'édition scientifique) et Charles Ruelle (Humensis, Directeur du département des revues).

Publication : 21.01.2020
Retour haut de page