Accueil >  [ARCHIVES des communiqués et des discours, avant mai 2017 >  [ARCHIVES] Discours

[ARCHIVES] Discours

Inauguration de la Résidence Marcellin Berthelot du Collège de France

[archive]

Dans le cadre de la politique immobilière du ministère, la résidence Marcellin Berthelot, site du Collège de France, a été réhabilitée. Les jeunes chercheurs de l'Observatoire de Paris, du C.N.R.S. et d'autres institutions peuvent désormais y réserver des logements dans un cadre patrimonial. Inauguré par valérie Pécresse le 27 octobre 2009, ce site permettra d'accueillir des chercheurs venus du monde entier dans des conditions d'accueil au meilleur niveau international.

Discours - 1ère publication : 28.10.2009 - Mise à jour : 28.10.0009
Valérie Pécresse

Messieurs les parlementaires (M. Santini, M. Guillet),
Monsieur le Président du Conseil Régional (M. Huchon),
Monsieur le Vice-Président du Conseil général des Hauts-de-Seine et maire de Meudon (Hervé Marseille),
Monsieur le Maire de Sèvres, (M. Kosciusko-Morizet),
Monsieur le Conseil Régional (M. Karoutchi),
Monsieur le Conseiller Général (Denis Larghero, conseiller général des Hauts-de-Seine délégué à l’Enseignement supérieur représentant Patrick Devedjian),
Monsieur l’Administrateur du Collège de France (Pierre Corvol),
Mesdames et messieurs (M. Glowinski, ...)

Je suis heureuse d’être parmi vous aujourd’hui pour inaugurer cette magnifique résidence Marcellin Berthelot.

C’est aussi un plaisir pour moi de découvrir ce site magnifique, situé dans un parc de 6 hectares, à la lisière du bois de Meudon, avec une vue imprenable sur Paris, à proximité immédiate de l’observatoire, proche de Paris, et desservi par différents réseaux de transports en commun.

Car notre ambition est bien de pouvoir accueillir les meilleurs chercheurs, venus du monde entier, dans des conditions d’accueil au meilleur niveau international. Je suis tout à fait convaincue qu’on travaille mieux, qu’on vit mieux, dans des espaces conviviaux, harmonieux et beaux. De ce point de vue, la réhabilitation de ces bâtiments est un modèle du genre

Je salue cette initiative du Collège de France, qui permet de redynamiser ce site, dans lequel Marcellin Berthelot a pu établir une station de chimie végétale en 1883 alors qu’il était titulaire de la chaire de chimie organique du Collège de France.

Cela permet de rappeler que le Collège de France, ce n’est pas seulement un lieu d’enseignements prodigués par des illustres professeurs, c’est aussi des équipes de recherche dynamiques, au plus haut niveau, avec des chercheurs qui viennent de partout pour faire avancer la recherche encore plus vite.

Je remercie les différents acteurs du projet : tout d’abord M. l’Administrateur du Collège de France, Pierre Corvol. Je remercie Jacques Glowinsky, qui a su faire avancer ce projet au plus vite avec l’efficacité qu’on lui connaît. Je remercie le maire de Meudon, Hervé Marseille, pour avoir toujours soutenu cette initiative et qui a aidé à obtenir les autorisations administratives. Je n’oublie par le Conseil Général des Hauts-de-Seine et le Conseil Régional d’Ile-de-France, qui ont soutenu financièrement le projet.

Enfin je félicite les équipes privées qui ont mené à bien ce projet : il s’agit en effet d’un montage innovant, dans lequel la société Agirep a effectué les travaux, et maintiendra les locaux en bon état pendant les 30 années de la convention d’Autorisation d’Occupation Temporaire. Elle devra remettre le site dans le même état qu’aujourd’hui avant de le rendre au Collège à la fin de la Convention. C’est de mon point de vue un très bon exemple de valorisation du patrimoine au profit de la recherche et des chercheurs.

Cette résidence, vous avez souhaité qu’elle soit ouverte à l’ensemble de la communauté des chercheurs, et je vous en félicite. Ainsi, les directions de l’Observatoire de Paris et du CNRS pourront réserver plusieurs studios à leurs jeunes chercheurs et d’autres institutions pourront également le faire si elles le souhaitent.

Vous le savez, l’État a soutenu ce projet depuis l’origine : il a agi pour que le Collège de France puisse obtenir les autorisations administratives nécessaires, et il a surtout fait en sorte que la redevance domaniale appliquée à l’opération soit symbolique pour diminuer au maximum les loyers.

L’engagement de l’État en faveur du Collège de France est total, comme en témoignent les travaux sur les autres sites notamment le site Marcellin Berthelot à Paris, que j’ai inauguré le 26 mai dernier. La vue de ce site à Meudon rappelle d’ailleurs la vue que l’on a depuis la cafétaria de votre site parisien.

Cet engagement de l’État va bien au-delà du coût des travaux, c’est un engagement au service de l’attractivité vis-à-vis des chercheurs et des enseignants chercheurs, dans le cadre de l’espace européen de la recherche qu’est désormais le nôtre. Cette politique d’attractivité, il faut la renforcer à Paris plus encore qu’ailleurs en France, et c’est une des missions que j’ai confiées à Bernard Larrouturou, qui poursuit le travail de concertation sur le rapport qu’il m’a remis le 5 octobre dernier. C’est pourquoi je souhaite que nous trouvions un accord d’ici la fin de l’année sur deux opérations qui doivent être les vitrines internationales au service de l’accélération de la recherche française : la construction de nouvelles maisons d’hôtes à la cité internationale et la création d’un campus universitaire sur la Montagne Sainte Geneviève.

Permettez-moi de profiter de l’occasion qui m’est donnée pour saluer les valeurs portées par le Collège de France, qui mêlent intimement projet scientifique et enseignement, où les disciplines s’entrecroisent et s’enrichissent dans une collégialité assumée, et qui, résolument, tente de répondre au défi de la compréhension ouverte et critique du monde. Je l’ai déjà dit mais je le redis aujourd’hui, la vitalité académique du collège de France dans tous les champs de la connaissance, son engagement pédagogique jusque dans les quartiers les plus enclavés de nos villes, son dynamisme numérique et son ancrage résolu dans le réseau mondial de la connaissance peuvent utilement inspirer l’Université française toute entière.

Plus généralement, c’est le projet du Grand Paris voulu par le Président de la République, qui soutiendra le rayonnement de nos établissements universitaires à Paris, et le collège de France sera, à n’en pas douter, un des acteurs majeurs de cette ambition.

Je suis très heureuse de le voir assumer cette ambition avec l’enthousiasme de la jeunesse, celle que l’on puise aux sources éternelles de l’esprit et de la culture.

Je vous remercie.

1ère publication : 28.10.2009 - Mise à jour : 28.10.0009
Retour haut de page