Accueil >  [ARCHIVES] >  [ARCHIVES] Communiqués

[ARCHIVES] Communiqués

Création de la plateforme "PIBSE", une bonne nouvelle pour la recherche sur la biodiversité

[archive]
CNRS. Photothèque, Jean-François Dars

Valérie Pécresse se félicite de la résolution, votée par l'Assemblée générale des Nations-Unies, de poursuivre la création de la plateforme scientifique intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques (PIBSE).

Communiqué - 1ère publication : 21.12.2010 - Mise à jour : 22.12.0010
Valérie Pécresse

Pour la ministre, cette décision est avant tout une excellente nouvelle pour la protection de la biodiversité. En effet, il s’agit d’un engagement porté par la France depuis plusieurs années, avec notamment l'organisation d'une Conférence "Biodiversité : Science et Gouvernance" à l’UNESCO à Paris en 2005. La France y avait appelé de ses vœux la création d’un Groupe d’experts intergouvernemental de la biodiversité (à l’image du GIEC pour le climat)  ayant une indépendance et une expertise scientifique internationale indiscutable pour éclairer les politiques publiques en matière de biodiversité, en assurant le lien entre la communauté scientifique et les décideurs publics. Cette plate-forme sur la biodiversité va ainsi permettre d'asseoir la politique de protection et de gestion durable de la biodiversité sur des bases scientifiques solides et partagées à l’échelle mondiale.

La création de cette nouvelle plate-forme pour la biodiversité est également une bonne nouvelle pour la recherche française et ses chercheurs, dont l'expertise est reconnue internationalement. Valérie Pécresse sait qu'elle pourra compter sur leur mobilisation pour accompagner ce projet et assurer son succès. Elle rappelle que les Investissements d’avenir, qui consacrent près de 22 milliards d’euros à l’enseignement supérieur et à la recherche, sont une formidable opportunité pour soutenir la recherche sur l'environnement, et la biodiversité en particulier.

Enfin, la ministre souhaite que PIBSE puisse devenir opérationnelle au plus vite, notamment en organisant dans les meilleurs délais sa première réunion plénière, ainsi que l'Assemblée générale des Nations-Unies l’a demandé au Programme des Nations-Unies pour l’environnement. Elle renouvelle la proposition de  la France d'en accueillir le secrétariat d’IPBES à Paris, au Musée de l’Homme, ainsi qu’elle l’avait déjà suggéré lors de la conférence de Putraya (Malaisie) en novembre 2008. Elle vient de mandater la Fondation pour la recherche sur la biodiversité (FRB) pour préparer la contribution et la mobilisation scientifique française à PIBSE.

PIBSE,une initiative française destinée à renforcer l’expertise scientifique internationale sur la biodiversité

À l’occasion du G8 recherche et de sept autres Etats (Chine, Inde, Brésil, Mexique, Afrique du Sud, Philippines et Corée du Sud) le 15 juin 2008 à Okinawa (Japon), les pays présents ont accepté, à l’initiative de la France de renforcer la coordination internationale de l'expertise scientifique sur la biodiversité.

Valérie Pécresse a proposé qu'une conférence mondiale de lancement d'une plate-forme scientifique intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques (PIBSE) ait lieu d'ici la fin de l'année 2008 et qu'elle puisse se tenir régulièrement au niveau politique.

Cette plate-forme sur la biodiversité qui s’inspire directement du fonctionnement du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) aura pour vocation de jouer un rôle d’alerte sur les menaces qui pèsent sur la biodiversité et de fournir aux décideurs politiques toute l’expertise scientifique nécessaire pour les anticiper.

1ère publication : 21.12.2010 - Mise à jour : 22.12.0010
Retour haut de page