Espace presse

Mission confiée à Salima Saa sur la relance de l'ascenseur social par l'enseignement supérieur

[archive]
étudiant campus extérieur© Fotolia

Laurent Wauquiez, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, a confié à Salima Saa, présidente de l'Agence nationale pour la cohésion sociale et l'égalité des chances, une mission sur la relance de l'ascenseur social par l'enseignement supérieur.

Communiqué - 1ère publication : 27.01.2012 - Mise à jour : 27.01.0012

Le Ministre a rappelé que pour la grande majorité des étudiants et de leurs familles, l'enseignement supérieur est le moteur de l'ascension sociale. Un diplôme du supérieur reste le sésame pour l'emploi. Un diplômé a trois fois plus de chances de trouver un emploi qu'un non-diplômé. A l'inverse, l'absence de diplôme n'a jamais été aussi pénalisante.

Mais de nombreux signes montrent que le moteur se grippe et que l'ascenseur social ne s'arrête plus à tous les étages.

La massification de l'enseignement supérieur n'a pas nécessairement conduit à sa démocratisation : en France, l'impact de l'origine sociale est le double de celui du Japon ou du Canada. Les diplômés restent en majorité issus des classes supérieures. 41% d'entre eux ont un père qui appartient aux professions intellectuelles, 18% aux professions intermédiaires et 15% aux employés.
La proportion d'enfants d'employés et de catégories intermédiaires a baissé en 10 ans dans l'enseignement supérieur : elle est passée de 28,3% en 2001 à 25,1% en 2010, alors même que cette catégorie s'est renforcée dans l'ensemble de la population

Le Gouvernement s'est engagé dans une politique volontariste pour relancer la dynamique de l'ascenseur social : jamais autant n'aura été investi pour les étudiants, dans toutes les dimensions de leur vie étudiante : bourses, logement, conditions d'études, réussite et insertion professionnelle:

  • L'engagement présidentiel du dixième mois de bourse a été tenu : pour la première fois les étudiants ont reçu 10 mois pleins de septembre à juin.
  • On compte 25% de boursier de plus par rapport à 2007. C'est la conséquence du relèvement du seuil jusqu'auquel un étudiant est boursier. Pour une famille avec 2 enfants, on est boursier pour des revenus mensuels 3,3 SMIC, alors qu'en 2007, on était boursier pour des revenus mensuels jusqu'à 2 SMIC
  • Un investissement sans précédent dans le logement étudiant : 2011 est la meilleure année depuis le lancement, en 2004, du plan Anciaux. On compte près de 6000 nouveaux logements sociaux pour étudiants, un triplement du nombre de chambres livrées entre 2006 et 2011. Depuis le lancement du plan Anciaux, 25 000 nouveaux logements sociaux ont été créés et 42 0000 logements réhabilités
  • Développement des formations en alternance dans le supérieur (désormais une formation sur 4 peut être préparée en alternance, contre à peine 1 sur 10 il y a 15 ans)
  • Renforcement de l'information sur l'orientation au lycée, avec le dispositif Admission Post Bac
  • Fort rattrapage du budget consacré aux étudiants de l'université par rapport à ceux des classes préparatoires : 15 000 euros par an à un étudiant en grande école (resté stable) et passage de 6000 euros par an pour un étudiant à l'université à 10 000 euros par an
  • Développement de dispositifs innovants, comme les Cordées de la Réussite : trois ans après le lancement, les objectifs sont dépassés. Près de 50 000 jeunes sont accompagnés chaque année dans plus de 2000 établissements. En septembre, 62 nouvelles Cordées de la réussite ont été labélisé pour l'année 2011-2012 soit 312 cordées au total.

Laurent Wauquiez a déclaré qu'il fallait aller plus loin et renforcer la dynamique d'ascension sociale par l'enseignement supérieur pour les classes moyennes et défavorisées. Le défi est double : promouvoir les meilleurs, sans laisser personne sur le bord du chemin. C'est pourquoi il a confié à Salima Saa, présidente de l'Agence nationale pour la cohésion sociale et l'égalité des chances (A.C.S.E.), une mission visant à identifier les freins à l'ascension sociale et proposer des solutions pour la relancer.

En tant que présidente de l'A.C.S.E., Salima Saa a une vraie expertise de terrain et connaît très bien les problématiques de l'égalité des chances. Elle a un parcours exemplaire et un engagement qui lui vient de son implication dans la vie associative autour des questions d'insertion et d'éducation, puis au sein du Conseil à l'intégration.

Elle sera accompagnée de Claude Boichot, inspecteur général de l'Education nationale, correspondant de la médiatrice de Paris et auteur du rapport de 2009 sur les C.P.G.E., et excellent connaisseur de ces questions.

Salima Saa explorera toutes les pistes d'amélioration possibles et procèdera à de nombreuses auditions et déplacements de terrain. Elle remettra ses propositions au Ministre début mars.

 

 

 

 

1ère publication : 27.01.2012 - Mise à jour : 27.01.0012

Contact presse

Bénédicte Constans

01 55 55 84 32

Retour haut de page