Investissements d'avenir : présentation des actions

Investissements d'avenir : l'action espace

Bandeau espace

Il s'agit de démarrer les travaux sur une nouvelle génération de lanceurs "Ariane 6" et d'améliorer les développements de satellites à fort enjeu applicatif.

Guide - 26.04.2010

 

Espace

Pourquoi investir dans le spatial ?
Le spatial permet des usages très spécifiques et irremplaçables, par exemple dans les domaines de l’observation de la Terre, les télécommunications et la géolocalisation.
La France a le leadership européen dans ce secteur et elle doit conserver cette position, que ce soit en matière d’accès à l’espace ou en matière de satellites.


Qu’apporteront les 500 M€ du programme Investissements d'Avenir ?

  • Deux volets sont prévus :
    -  pour l’accès à l’espace, la préparation de la fusée de nouvelle génération « Ariane 6 »,
    - en matière de satellites, l’amélioration des développements de satellites à fort enjeu applicatif.
  • Les technologies du spatial sont très difficiles à maîtriser dans leur ensemble. Elles sont un point d’ancrage fondamental de notre industrie dans la concurrence mondiale et notre avance technologique doit y être préservée.


Quelles sont les modalités envisagées ?

  •  L’action « Espace » du programme prendra la forme d’une dotation au Centre national d’études spatiales (CNES), agence spatiale française, et fera l’objet, pour les projets sélectionnés par l’État, d’une gestion distincte des projets du programme du CNES.

 

Accès à l’espace

Que prévoit le programme « Investissements d’avenir » ?

  • La préparation de la fusée de nouvelle génération « Ariane 6 » sera réalisée en coopération avec nos partenaires européens. « Ariane 6 » doit être un lanceur compétitif en termes de coût, à la puissance modulaire en fonction du nombre de satellites à emporter, et adapté à tous les besoins stratégiques des États européens.


Qu’apportera le programme Ariane 6 ?

  • Le rapport sur l’avenir des lanceurs en Europe remis en mai dernier au Premier ministre, qui l’a approuvé, préconise de démarrer au niveau européen les travaux sur une nouvelle génération de lanceur baptisée Ariane 6. Ce projet doit être décidé au niveau européen en 2011 pour une mise en service avant 2025.
  • Afin de sécuriser la place de leader mondial d’Ariane, face à la concurrence, et de placer l’industrie française dans la meilleure position en lui donnant de l’avance, le programme «Investissements d’avenir» permettra de démarrer sans attendre un programme d’études et de démonstrations technologiques sur les différentes options ouvertes au niveau européen et, notamment, sur la propulsion à poudre.
  • La réalisation à court terme d’un démonstrateur permettra de crédibiliser la décision européenne de 2011 et donc d’accélérer la mise en service d’Ariane 6.
  • Le programme de lanceur du futur « Ariane 6 » est compatible avec l’amélioration de la version d’Ariane actuellement en service : la France participe également au programme d’évolution d’Ariane 5, baptisé «Ariane 5 ME».


Satellites

Que prévoit le programme « Investissements d’avenir » ?

  • Le programme investissements d’avenir permettra l’amélioration des développements de satellites à fort enjeu applicatif comme, par exemple, l’observation directe par satellite des émissions de gaz à effet de serre des divers pays pour le contrôle de ces émissions qui pourra déboucher sur le développement des services à valeur ajoutée sur le thème de l'empreinte carbone, par exemple dans le cadre des permis d'émission.


Qu’apporteront ces satellites ?

  • Le gaz carbonique (CO2) est le principal gaz à effet de serre dont l’augmentation est à l’origine du changement climatique. Pour prévoir l’évolution du CO2, il est essentiel de connaître les régions qui émettent ou absorbent ce gaz.
  • Une mesure spatiale du CO2 atmosphérique permettrait de connaître le bilan de carbone de régions pratiquement dépourvues de stations de mesure, comme l’Amazonie et l’Afrique. Dans des régions industrialisées comme l’Europe, la Chine, et les Etats-Unis, dont les émissions dominent le bilan de carbone, une mesure spatiale du CO2 permettrait, en combinaison avec les réseaux au sol, d’améliorer la quantification des flux régionaux.

 

AVERTISSEMENT : ces éléments sont des documents d'information générale pour présenter les actions "Enseignement supérieur – Recherche" du programme "investissements d'avenir" à la communauté scientifique. Leur contenu s'appuie sur les documents présentés au Parlement à l'occasion du vote de la loi de finances rectificatives 2010. Seuls les cahiers des charges des appels à projets, qui seront publiés par arrêté du Premier ministre, définiront les modalités précises de mise en œuvre des actions.

1ère publication : 26.04.2010 - Mise à jour : 16.02.2012

Les recherches les plus fréquentes :

© 2013 Ministère de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche - Tous droits réservés