Infrastructures de recherche : Sciences de la matière et ingénierie

Résonance magnétique nucléaire à très hauts champs-RMN-THC

RMN© CNRS

L'infrastructure RMN-THC met à la disposition de la communauté scientifique un ensemble de spectromètres RMN à très hauts champs parmi les plus performants associé à une expertise et un support scientifique reconnus au niveau international.

Article - 15.03.2016

Présentation

L'infrastructure RMN-THC est constituée d'équipes de recherche en RMN qui opèrent et encadrent l'utilisation des spectromètres RMN à très hauts champs français.

Ce réseau est une structure d'accueil ouverte à la communauté scientifique nationale et internationale. Il est décentralisé sur 7 laboratoires de recherche et compte 11 spectromètres de RMN à THC de 750Mhz à 1GHz. Les possibilités d'accès à des équipements de pointe sont accompagnées d'une expertise et d'un support scientifique reconnu au niveau international.

Pluridisciplinaire, le réseau couvre un large domaine d'applications en biologie, chimie, physique, sciences de l'Univers, médecine... 30 % du temps disponible sur ses spectromètres RMN est distribué par l'intermédiaire d'appels à projets. L'infrastructure permet ainsi de fédérer, de dynamiser et de valoriser la recherche ainsi que de coordonner et d'optimiser les investissements nationaux dans le domaine de la RMN à très hauts champs.

 Au niveau international, la France est extrêmement bien placée en détenant deux spectromètres 950 MHz sur les cinq existants, un spectromètre 1 GHz, le plus puissant au monde, ainsi que des équipements uniques (cryosondes, DNP et sondes de RMN solide). La position de leadership de la France sera renforcée par l'acquisition d'un spectromètre 1,2 GHz qui sera installé à Lille en fin de décennie.

Mots clés

RMN, biologie structurale, médecine et santé, matériaux, biosolide, chimie supramoléculaire, DNP, imagerie, métabolomique, diagnostic, environnement, catalyse, électrolytes, polymères, nanomatériaux, supraconducteurs

Jouvence 

2016 Nouveau spectromètre 1,2 GHz

Coûts

Coût de construction 

Projet 1,2GHz : 15 Millions d'euros

Coût de fonctionnement 

1,2 Millions d'euros

Personnels 

30,83 E.T.P.

1ère publication : 15.03.2016 - Mise à jour : 5.04.2016
RMN logo
  • Type de l'infrastructure : IR
  • Statut juridique : Fédération de recherche
  • Localisation (siège) : Grenoble
  • Autres sites : Paris, Bordeaux, Orléans, Lille, Lyon, Gif-sur-Yvette
  • Partenaires : CNRS, CEA, UGA, Univ. Lille, UCBL, ENSL,  UBx1, IPB, UBxS, INSERM, UPMC, ENS Paris.
  • Responsable de l'infrastructure : Jean-Pierre Simorre

Dates Clés

Création : 2007

Exploitation : 2008

Site Internet

Contact   

Dimension internationale

La plateforme de Lyon-Grenoble (RALF-NMR) fait partie du projet iNEXT.

Coordinateur de l'infrastructure : E. Boelens  (Univ. Utrecht , NL)

Pays partenaires : 23 partenaires

Site internet

Les recherches les plus fréquentes :

© 2013 Ministère de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche - Tous droits réservés