Infrastructures de recherche : Astronomie et Astrophysique

European Southern Observatory-ESO

ESO-OI© ESO-OI

L'ESO est une organisation intergouvernementale européenne dans le domaine de l'astrophysique au sol ; 15 états-membres, dont la France, contribuent en proportion de leur PIB. L'ESO construit et gère un ensemble de télescopes au sol installés au Chili, dont certains sont des infrastructures ESFRI.

Article - 15.03.2016

Présentation

L'ESO est la principale organisation intergouvernementale européenne dans le domaine de l'astrophysique au sol ; quinze pays européens en sont membres et contribuent en proportion de leur PIB . Courant 2015, le Brésil a ratifié l'accord d'accession au niveau parlementaire et est en attente de la signature présidentielle. Le Chili, pays hôte, n'est pas membre de l'ESO mais bénéficie de 10% du temps d'observation.

Les programmes scientifiques sont très variés, et vont de la planétologie à la cosmologie. A part la physique solaire et l'exploration directe des corps du système solaire, l'ensemble des grandes questions de l'astronomie sont abordées. Les observatoires dépendant de l'ESO sont les suivants :

  • Observatoire de La Silla (télescope de 3,60 m et NTT)
  • Observatoire de Paranal (4 télescopes de 8,20 m du VLT/VLTI, 4 télescopes de 1,80m et 2 télescopes grand champ).
  • Observatoire millimétrique et sub millimétrique ALMA à hauteur de 37,5%, Amérique du Nord (Etats-Unis et Canada) à hauteur de 37,5%), Asie (Japon et Taiwan, à hauteur de 25%), Chili (pays hôte, pas de contribution directe), comprenant 66 antennes (50 antennes de 12 m de diamètre pour l'interférométrie, 4 antennes de 12 m pour des observations en puissance totale, et un réseau compact de 12 antennes de 7 m de diamètre).
  • E-ELT : projet de télescope dans le proche infrarouge de 39 m de diamètre, inscrit sur la feuille de route ESFRI.

Mots clés

Astronomie, astrophysique, observatoire, ALMA, E-ELT, VLT/VLT-I, Chili

Données

Estimation des flux de données 

Quelques centaines de Go/nuit.

Stockage

Les données acquises par les télescopes sont, après un premier prétraitement automatique sur site, transmises par réseau à Santiago (Chili), puis à Garching (DE) où elles sont archivées.

Accessibilité 

Les données archivées (aux standards de l'astronomie)  sont mises à disposition de l'Investigateur Principal de la proposition et, à l'issue de la période propriétaire de une année, de toute personne qui en fait la demande. Les métadonnées sont également publiques.

Les métadonnées et les données auxiliaires font partie intégrante de l'archive, accessibles via le répertoire de l'International Virtual Observatory (IVOA).

Appartenance à des réseaux 

International Virtual Observatory (IVOA).

Coûts

Coût de fonctionnement 

151,5 Millions d'euros dont 24,14 Millions d'euros de contribution française.

Personnels 

730 ETPT (pas de personnel statutaire français).

1ère publication : 15.03.2016 - Mise à jour : 5.04.2016
eso Logo2
  • Type de l'infrastructure : OI
  • Statut juridique : Organisation Internationale
  • Localisation (siège) : Santiago (CL),La Silla (CL), le Cerro Paranal (CL), le Cerro Armazones (CL), plateau de Chajnantor (CL)
  • Autres sites : Garching ,DE
  • Partenaires : CNRS, CEA, ONERA, Observatoire de Paris
  • Représentant en France : Laurent Vigroux

Site Internet

Contact   

Dimension internationale

Coordinateur de l'infrastructure : Directeur général de l'ESO : Tim de Zeeuw

Pays partenaires : DE, AT, BE, DK, ES, FI, FR, IT, NL, PL, PT, CZ, UK, SE, CH

Site internet      

Les recherches les plus fréquentes :

© 2013 Ministère de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche - Tous droits réservés