Cordées de la réussite

Les cordées de la réussite : une nouvelle impulsion pour un dispositif qui accompagne les élèves dans leur parcours du scolaire vers l'enseignement supérieur

Cordées de la réussite

A la rentrée 2020, une nouvelle génération de Cordées de la réussite a vu le jour, avec pour objectif de renforcer ce dispositif au service de l'égalité des chances. Les Cordées de la réussite ont pour objet d'introduire une plus grande équité sociale dans l'accès aux formations de l'enseignement supérieur. Le dispositif s'inscrit dans le cadre plus global de l'accompagnement à l'orientation des élèves.

Article - 1ère publication : 7.12.2020 - Mise à jour : 11.07.2021


 
 

Présentation

Mis en œuvre en 2016, les « Parcours d'excellence » s'inscrivaient dans la complémentarité des Cordées de la réussite ; ils impliquaient plus de 20 000 collégiens. A la rentrée 2020, « Cordées de la réussite » et « Parcours d'excellence » ont fusionné en un seul dispositif sous l'appellation de « Cordées de la réussite ». En fusionnant les deux dispositifs il s'agit de créer un continuum renforcé d'accompagnement de la classe de 4e au lycée et jusqu'à l'enseignement supérieur et de simplifier les démarches pour l'ensemble des acteurs.

Une Cordée de la réussite repose sur le partenariat entre, d'une part, une « tête de cordée » qui est un établissement d'enseignement supérieur (universités, grande école, école du service public) ou un lycée comportant une classe préparatoire au grandes écoles (CPGE) ou une section de techniciens supérieurs (STS) et, d'autre part, des établissements dits «encordés» : collèges et lycées de la voie générale, technologique ou professionnelle.

Le dispositif, destiné en priorité aux élèves scolarisés en éducation prioritaire ou résidant dans un quartier prioritaire de la politique de la ville, aux collégiens et lycéens de zone rurale et isolée et aux  lycéens professionnels et technologiques, vise à faire de l'accompagnement à l'orientation un réel levier d'égalité des chances. Le dispositif est ouvert à tous les élèves volontaires scolarisés dans un établissement encordé. Il n'est pas réservé aux seuls élèves les plus brillants scolairement. Aucune sélection ne peut être opérée parmi les élèves par l'établissement ou par la tête de cordée. Tous les élèves, et en particulier ceux qui manquent de confiance en eux et qui n'oseraient pas le faire de leur propre initiative, seront encouragés à s'y engager par l'équipe pédagogique et éducative,

Le dispositif est piloté à l'échelle interministérielle pour garantir l'implication et la coordination de tous les ministères concernées. Les services du Premier ministre assurent le suivi du dispositif et un comité rassemble les ministères en charge de l'enseignement supérieur, de l'enseignement scolaire, de l'agriculture, de la culture, des armées, de l'écologie, de l'économie et de la fonction publique

Les objectifs des Cordées de la réussite

En cohérence avec les transformations induites par la réforme du lycée d'enseignement général et technologique, la revalorisation de la voie professionnelle ainsi que la Loi relative à l'orientation et la réussite des étudiants et la création de la plateforme Parcoursup, les nouvelles "Cordées de la réussite visent à faire de l'accompagnement à l'orientation un réel levier d'égalité des chances.

Elles ont pour objectif de lutter contre l'autocensure, de susciter l'ambition scolaire des élèves par un continuum d'accompagnement de la classe de 4e au lycée et jusqu'à l'enseignement supérieur. Cet accompagnement continu et progressif en amont des choix d'orientation est à même de donner à chacun les moyens de sa réussite dans la construction de son parcours, que ce soit vers la poursuite d'études ou l'insertion professionnelle.

Les « Cordées de la réussite » en chiffres

En 2019, 423 « Cordées de la réussite » étaient déployées sur le territoire national. Elles associaient près de 300 établissements d'enseignement supérieur et plus de 2 000 établissements du second degré. Le nombre d'élèves « encordés » représentait un flux annuel de l'ordre de 80 000 bénéficiaires : environ 28 000 collégiens dont 12 000 en quartiers prioritaires de la ville (QPV) et 48 000 lycéens (dont 36 000 en QPV).

L'ambition a été renforcée :

Lors de son déplacement à Clermont-Ferrand le 8 septembre 2020, le Président de la République s'est engagé à accompagner jusqu'à 200 000 élèves dès l'année scolaire 2020-2021.

Une mobilisation forte avec des résultats déjà visibles

La mobilisation des académies et des établissements scolaires et d'enseignement supérieur a déjà permis d'augmenter significativement le nombre de cordées de la réussite :

  • 575 cordées de la réussite sont désormais créées sur l'ensemble du territoire, contre 423 l'année dernière.
  • Parmi les têtes de cordées, on compte 45% de lycées avec sections de techniciens supérieurs (STS) et/ou classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE), 23% d'Universités/IUT et 28% de grandes écoles.
  • 3 265 établissements d'enseignement secondaire sont à présent encordés parmi lesquels on dénombre 1 837 collèges et 1 391 lycées : ils représentent 29% du nombre total d'établissements publics et privés ; un tiers des collèges publics sont encordés.

Des actions d'accompagnement au service de l'élève et de son parcours

Le partenariat entre établissements scolaires et établissements d'enseignement supérieur se traduit par un ensemble d'actions d'accompagnement mises en œuvre dans le collège ou le lycée « encordé » en faveur des élèves volontaires. Les modes d'accompagnement proposés aident l'élève à construire son propre parcours de réussite du collège au lycée et du lycée vers la poursuite d'études dans l'enseignement supérieur ou vers l'insertion professionnelle.

 

Le suivi des élèves concernés repose sur des actions individuelles de tutorat et d'ouverture culturelle (visites de musées ou d'institutions publiques, conférences, etc.). Pour que les cordées de la réussite soient un véritable soutien à l'orientation choisie, il s'agit de donner aux élèves l'expérience de la mobilité par la découverte de lieux et de secteurs professionnels différents de leur environnement familier ou, le cas échéant, par le recours à l'offre des internats du XXIe siècle. Des actions liées à la découverte des métiers veilleront à faire évoluer la représentation de telle filière ou profession chez les élèves et en particulier à lutter contre les stéréotypes de genre.

Le dispositif ne se limite pas aux seuls élèves ayant les meilleurs résultats scolaires. L'équipe pédagogique et éducative qui encadre le parcours de l'élève au sein de la cordée veille à inciter tous les élèves, notamment ceux n'osant pas le faire spontanément, à s'y engager. Une attention particulière est portée aux élèves dont le rapport à l'École est en train d'évoluer positivement et pour lesquels le dispositif constitue un soutien bienvenu. Le dispositif est pleinement inclusif à l'égard des élèves en situation de handicap.

Un engagement des étudiants au service des jeunes

Les étudiants qui interviennent dans le cadre d'une Cordée de la réussite sont appelés des tuteurs. Ils contribuent à motiver et à éclairer des collégiens et des lycéens dans leur parcours. A travers leur propre itinéraire et des caractéristiques de la formation qu'ils suivent, ils illustrent la diversité des choix possibles et présentent des horizons variés.

Concrètement, ces étudiants peuvent : animer des ateliers avec des collégiens ou des lycéens, développer un tutorat auprès d'un ou plusieurs élèves, animer des visites de leur établissement d'enseignement supérieur, organiser des visites d'entreprises ou de lieux culturels...

Ils bénéficient de l'encadrement et des conseils d'un membre de l'équipe pédagogique de  l'établissement dans lequel ils poursuivent leurs études.

Les établissements d'enseignement supérieur peuvent, s'ils le souhaitent, valoriser l'engagement de leurs étudiants dans une cordée de la réussite, par exemple avec l'attribution d'E.C.T.S., la validation entière ou partielle d'une U.E..

 

Les étudiants-tuteurs sont indemnisés à hauteur des dépenses qu'ils engagent pour se rendre dans les collèges et les lycées dans lesquels ils interviennent ; ce budget est financé par le ministère de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation et affecté par les académies aux cordées de la réussite qui relèvent de leur territoire.

Organisation des Cordées de la réussite, mise en réseau et développement des partenariats

Une cordée repose sur le partenariat entre une « tête de cordée » qui peut être un établissement d'enseignement supérieur (grandes écoles, universités, IUT) ou un lycée avec des CPGE ou des STS et des établissements dits « encordés » (collèges et lycées de la voie générale, technologique ou professionnelle).

La mise en réseau de collèges, de lycées et d'établissements d'enseignement supérieur sur un projet commun facilite le passage d'un niveau à l'autre : elle permet une gradation dans les actions déployées auprès des élèves par une réflexion sur leur progressivité et leur articulation, notamment lorsque survient la transition entre le collège et le lycée.

Pour élargir les perspectives d'orientation des élèves et mieux répondre à leurs aspirations tant académiques que professionnelles, un même EPLE peut être encordé à plusieurs têtes de cordée, en veillant à diversifier les établissements d'enseignement supérieur avec lesquels il est en relation, afin d'offrir aux jeunes bénéficiaires du dispositif un vaste horizon sur la diversité des formations : longues ou courtes, sélectives ou non, par apprentissage ou sous statut étudiant, écoles de la fonction publique.

Des partenariats peuvent également être noués avec des associations, des entreprises ou des administrations afin de compléter les actions déployées au sein d'une Cordée de la réussite (actions de mentorat, témoignages de professionnels, visites de sites...).

Un référent « Cordées de la réussite » dans chaque académie

Ces référents sont chargés d'animer le dispositif sur leur territoire ; ils peuvent être contactés par les établissements d'enseignement scolaires et supérieurs qui souhaitent s'engager dans le dispositif et par les autres acteurs qui souhaitent y contribuer (associations, entreprises...).

 

Vous pouvez également contacter le service en charge de l'animation du dispositif piloté conjointement par le MESRI et le MENJS en écrivant à l'adresse générique suivante :
cordeesdelareussite@education.gouv.fr

Référents académiques

 

Prénom

Nom

Courriel

Aix-Marseille

Valérie

GUIDARINI

valerie.guidarini@ac-aix-marseille.fr 

Amiens

Laurent

CASADIO

laurent.casadio@region-academique-hauts-de-france.fr

Besançon

Laurent

BERTRAND

laurent.bertrand.ien@ac-besancon.fr 

Bordeaux

Sébastien

FOUCHARD

sebastien.fouchard@ac-bordeaux.fr

Clermont-Ferrand

Sylvie

MAISONNET

Sylvie.Maisonnet@ac-clermont.fr

Corse

Guillaume

COPPIN

guillaume.coppin@ac-corse.fr

Créteil

Sabine

LESTRADE

sabine.lestrade@ac-creteil.fr 

Créteil

Kebir

DGAYGUI

kebir.dgaygui@ac-creteil.fr 

Dijon

Didier

PERRAULT

didier.perrault@ac-dijon.fr 

Grenoble

Vincent

DUPAYAGE

vincent.dupayage@ac-grenoble.fr

Guadeloupe

Lydia

LACEMON

lydia.lacemon@ac-guadeloupe.fr 

Guyane

Myriam

Valérie

HO-A-KWIE-MANGAL

DEDIEU

csaio@ac-guyane.fr 

valerie.dedieu@ac-guyane.fr

Lille

Marie

SEILLER

marie.seiller@region-academique-hauts-de-france.fr

Limoges

Marie-Claude

FANTHOU

Marie-Claude.Fanthou@ac-limoges.fr

Lyon

Florence

BOURGEOIS-FIORITI

florence.fioriti@ac-lyon.fr 

Martinique

Eric

MORTELETTE

eric.mortelette@ac-martinique.fr

Mayotte

Sylvie

MALO

saio@ac-mayotte.fr  / sylvie.malo@ac-mayotte.fr

Montpellier

Olivier

BRUNEL

olivier.brunel@ac-montpellier.fr 

Montpellier

Agnès

VRINAT-JEANNEAU

eduprio@ac-montpellier.fr 

Nancy-Metz

Dimitri

SYDOR

dimitri.sydor@ac-nancy-metz.fr

Nantes

Dominique

ALLAIS

dominique.allais@ac-nantes.fr

Normandie

Sylvaine

PERRE

sylvaine.perre@ac-normandie.fr

Nice

Nathalie

FETNAN

nathalie.fetnan@ac-nice.fr

Nice

Charlie

GALIBERT

charlie.galibert@ac-nice.fr

Orléans-Tours

Alexandra

MENEUX

alexandra.meneux@ac-orleans-tours.fr 

Paris

Corinne

PASCO

corinne.pasco@ac-paris.fr

Paris

Patrice

BAUDEVIN

patrice.baudevin@ac-paris.fr

Poitiers

Mathilde

FOUCHERAULT

mathilde.foucherault@ac-poitiers.fr

Poitiers

Yannick

THEVENET

yannick.thevenet@ac-poitiers.fr

Reims

Yoril

BAUDOIN

yoril.baudoin@ac-reims.fr

Reims

Jacques-Emmanuel

DAUGE

Jacques.Dauge@ac-reims.fr

Rennes

Gwenaelle

HERGOTT

gwenaelle.hergott@ac-rennes.fr

Rennes

Gérald

MOENNER

gerald.moenner@ac-rennes.fr 

Réunion

Hélène

COLL

helene.coll@ac-reunion.fr    

Strasbourg

Virginie

JELTSCH

virginie.jeltsch@ac-strasbourg.fr

Toulouse

Eleonore

TEMPIER

Eleonore.Tempier@ac-toulouse.fr 

Versailles

Frédéric

TEULAT

frederic.teulat@ac-versailles.fr 

Versailles

Marie-Laure

NUMA

Marie-Laure.Numa@ac-versailles.fr 

Versailles Anaya ABADI Anaya.Abbadi@ac-versailles.fr
1ère publication : 7.12.2020 - Mise à jour : 11.07.2021
logo france relance

Une mobilisation forte avec des résultats déjà visibles

La mobilisation des académies et des établissements scolaires et d'enseignement supérieur a déjà permis d'augmenter significativement le nombre de cordées de la réussite :

  • 575 cordées de la réussite sont désormais créées sur l'ensemble du territoire, contre 423 l'année dernière.
  • Parmi les têtes de cordées, on compte 45% de lycées avec sections de techniciens supérieurs (STS) et/ou classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE), 23% d'Universités/IUT et 28% de grandes écoles.
  • 3 265 établissements d'enseignement secondaire sont à présent encordés parmi lesquels on dénombre 1 837 collèges et 1 391 lycées : ils représentent 29% du nombre total d'établissements publics et privés ; un tiers des collèges publics sont encordés.

.

Un budget en hausse pour accompagner la mobilisation

Le MESRI affecter chaque année 1,5 millions d'euros aux cordées de la réussite. Ce budget est délégué aux académies qui le répartissent entre les cordées de leur territoire. Il permet de rembourser les frais engagés par les étudiants pour se rendre dans les collèges et lycées dans lesquels ils accompagnent des élèves.

Pour les années 2021 et 2022, afin de participer à la mobilisation nationale pour ces jeunes scolarisés, le MESRI abondera ce budget de 2 millions d'euros, dans le cadre du plan de relance.

 

Des budgets dédiés aux Cordées de la réussite sont attribués par les autres ministères impliqués dans les Cordées de la réussite, en particulier le ministère de l'éducation nationale, de la jeunesse et des sports, ainsi que l'agence nationale pour la cohésion des territoires (A.N.C.T.).

 

Les collectivités locales peuvent contribuer financièrement aux Cordées de la réussite impliquées sur leurs territoires ; elles sont dans ce cas associées au comité de pilotage qui est animée à l'échelle de chacune des régions académiques.

Site à consulter

Retour haut de page