Rapport

Sommaire

|Mars 2022

Cordées de la réussite : enquête auprès des établissements têtes de cordées

La DGESIP a consulté fin 2021 les établissements d’enseignement supérieur qui étaient Têtes de cordées. Une enquête a été administrée avec l’outil "Dialogue".

Date de parution

Éditeur(s) :

Ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche

Présentation

Les principaux constats issus de l’enquête sont les suivants

Les têtes de cordées investissent fortement dans le dispositif (implication de l’équipe de direction, parfois abondement du budget). Cela s’est traduit par la croissance du nombre de cordées : plus de 800 cette année contre environ 500 en 2019. Le nombre d’élèves bénéficiaires devrait passer de 90 000 à 220 000.

Les relations établies entre les têtes de cordées et les établissements encordés sont de grande qualité. Chaque tête de cordée a désigné un référent et dispose d’un interlocuteur dans les EPLE.

Les personnels impliqués souhaiteraient disposer de plus de temps et de valorisation.

Les têtes de cordées développent entre elles des coopérations, notamment dans le cadre de cordées mutualisées. Des partenaires extérieurs aux établissements d’enseignement supérieur participent souvent à la dynamique des Cordées de la réussite (associations, entreprises…).

La contribution des étudiants est perçue comme déterminante. Leur recrutement, leur disponibilité et la valorisation de leur engagement sont identifiés comme des enjeux majeurs.

Quelques établissements ont pris en compte sur Parcoursup la participation des candidats lycéens à une Cordée de la réussite lors de l’analyse et du classement des dossiers.

En dépit du contexte sanitaire qui a fortement pesé sur la mise en œuvre des programmes d'actions, les objectifs fixés par chaque cordée sont globalement atteints.

L’évaluation de l’efficacité du dispositif Cordées de la réussite sur le parcours des élèves bénéficiaires constitue un chantier majeur.

Les principaux axes d’amélioration identifiés par les têtes de cordées

  • La coconstruction du programme d’action dans le cadre d’un véritable dialogue entre la tête de cordée et les établissements encordés.
  • La mise en place d’une instance de pilotage conjointe établissements encordés/tête de cordée.
  • La mobilisation, dans le cadre du projet stratégique de la tête de cordée, des ressources nécessaires au bon fonctionnement de la cordée et la valorisation des personnels impliqués.
  • Le recrutement et la valorisation des étudiants.
  • Une meilleure connaissance des documents nationaux structurants.
  • Un renforcement des échanges entre têtes de cordées et du dialogue avec les rectorats et le ministère en charge de l’enseignement supérieur.