Publié le

12.02.2021

Sommaire

Diffusion de la recherche dans la société et l'économie : Renforcer les relations entre les scientifiques et les citoyens

Crédits :
Ministère de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation

Renforcer les relations entre les scientifiques et les citoyens

Le partage de la culture scientifique, technique et industrielle est au cœur de la LPR. Ce nouveau mode de relation, plus riche et plus interactif, exige, pour les scientifiques, de se mettre davantage à l'écoute des attentes et des questions de la société ; pour les citoyens, il suppose d'avoir accès à une information de qualité leur permettant de comprendre les avancées scientifiques.

Que dit la loi ?
 

1 % du budget d'intervention de l'ANR consacré au partage de la culture scientifique

  • L'article 21 précise qu'au moins 1 % du budget d'intervention de l'Agence nationale de la recherche est consacré au partage de la culture scientifique via des appels à projets dédiés et en finançant un volet recherche participative ou un volet culture scientifique dans le cadre des projets de recherche volontaires.
  • Renforcer la science ouverte dans les missions - L'article 33 complète les missions des chercheurs et des enseignants-chercheurs en matière de science ouverte, de diffusion de la culture scientifique et technique et de construction de l'espace européen de la recherche, tout en s'assurant que l'évaluation de ces personnels tienne bien compte de toutes ces dimensions.
  • État des lieux des politiques menées - L'article 48 impose au gouvernement de remettre au Parlement deux documents dans un délai de 6 mois après la promulgation de la loi :
    - un rapport qui dresse un état des lieux exhaustif des politiques menées en faveur de la culture scientifique, technique et industrielle ;
    - un premier bilan de la stratégie nationale de culture scientifique, technique et industrielle établie en 2017.

Dans le rapport annexé 

 

  • Un réseau "Science et médias" pour favoriser la mise en contact rapide entre journalistes et chercheurs, l'accès des citoyens à une information scientifique fiable, et accroître l'apport d'éclairages scientifiques dans les débats publics sur les grands sujets actuels.
  • Nouvelles capacités d'accueil à l'Institut universitaire de France (IUF) dédiées à la médiation scientifique.
  • Une médaille et un prix annuel du CNRS pour récompenser les actions et travaux des chercheurs dans le domaine de la médiation scientifique ;
  • Un prix Inrae-MESRI de la recherche participative ;
  • Les écoles doctorales incitées à proposer des modules spécifiques de formation pour les doctorants.
  • Lancé en 2019, le Plan national pour la science ouverte, porté par le ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation, sera poursuivi, amplifié, et complété par une politique de soutien à l'édition scientifique.
  • Inscription dans les référentiels l'engagement dans la culture scientifique, technologique et industrielle comme un critère de progression professionnelle pour les enseignants-chercheurs...
  • Autres exemples d'actions : des projets de sciences participatives, des projets de science citoyenne co-élaborés par des chercheurs ; un concours "Mes recherches en 4 minute" (sur le modèle de "Ma thèse en 180 secondes") ; davantage de recherches sur les relations entre science et société, notamment sur les phénomènes de défiance vis-à-vis de la science ; une débat citoyen périodique sur les orientations prioritaires de la politique de recherche nationale...

Enjeux

  • Replacer la science et ses enjeux au cœur de la société, à l'heure où les faits et les vérités scientifiques sont de plus en plus questionnés.
  • Mieux diffuser la connaissance scientifique, particulièrement auprès des jeunes.
  • Replacer la méthode scientifique au cœur des décisions pour mieux questionner et mieux hiérarchiser les informations et ainsi lutter contre la propagation des fake news.