Discours : Remise des médailles de l’innovation du CNRS

Sylvie Retailleau, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche a prononcé un discours le jeudi 16 juin à l'occasion de la remise des médailles de l'innovation du CNRS

 

Discours

Seul le prononcé fait foi

Monsieur le Président-directeur général,
Mesdames et Messieurs les lauréats,
Mesdames, Messieurs,

Je suis très heureuse d’être avec vous aujourd’hui, pour cette remise des médailles de l’innovation. D’abord parce que cela me donne l’occasion de vous indiquer que le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche n’a pas perdu son « i », qui figure bien dans son décret d’attribution. Ensuite et surtout parce que l’innovation est indispensable, qu’elle permette la valorisation de la découverte ou de l’invention, ou qu’elle conçoive un produit ou un service nouveau, au profit de la société. Parce qu’elle permet d’apprivoiser, puis de mettre à disposition, une découverte au profit de la société, elle est un instrument précieux et essentiel pour répondre aux enjeux de la société, qu’ils soient sanitaires, démographiques, écologiques, numériques…

Et les travaux des médaillés aujourd’hui sont le parfait reflet de la manière dont l’innovation répond aux défis que nous devons, collectivement, relever. C’est Jacques Marteau, qui apprivoise les muons pour faire du contrôle non destructif, c’est Céline Vallot qui facilite le travail quotidien de biologistes et de médecins grâce à son travail sur les mécanismes non génétiques, c’est Pierre Nassoy qui grâce aux cellules souches s’attaque aux tumeurs ou à la maladie de Parkinson par exemple, c’est enfin Denis Spitzerqui permet entre autre aux médicaments d’être plus efficaces avec moins de dosage.  

Célébrer l’innovation, qui garantit le lien entre la recherche et la société, semble, je pense que vous en conviendrez, une évidence. Cela n’a pourtant pas toujours été le cas, puisque les premières médailles de l’innovation ont été remises en 2011, 67 ans après les premières médailles du CNRS remises en 1954 aux chercheuses et chercheurs les plus prestigieux de notre pays. Les médailles de l’innovation témoignent d’une prise en compte plus récente de l’importance de l’innovation pour la recherche. Je me réjouis de cette prise de conscience car je suis intimement convaincue que si l’innovation est indispensable pour notre société, elle est également absolument nécessaire à la recherche. Et nous avons assisté depuis 2011 à un nécessaire renforcement et à une formidable accélération de l’écosystème et de ses cycles. Soutenu par les programmes d’investissements d’avenir (PIA) et désormais France 2030, l’écosystème d’innovation s’est structuré pour que les innovateurs soient toujours plus nombreux et mieux accompagnés.

Cet écosystème s’illustre parfaitement au travers des parrains et marraines des médaillés que je tiens également à saluer aujourd’hui : des industriels de plus petite taille avec Alexandra Prieux de chez SkillCells ou de plus grande taille avec Marko Erman de chez Thalès, les fonds d’investissement avec Sophie Paturle Guesnerot de chez Demeter et enfin BPiFrance avec Paul-François Fournier, bras armé et opérateur de l’État pour soutenir l’innovation. Vous illustrez à quel point il est important que nous réussissions à travailler ensemble, pour que collectivement nous levions les verrous, qu’ils soient financiers, industriels ou réglementaires, que peuvent rencontrer les chercheurs et les innovateurs. 

Si nous célébrons aujourd’hui l’innovation, je souhaite également aujourd’hui célébrer les chercheurs derrière les innovateurs que vous êtes. Sans recherche, il n’y aurait pas d’innovation. Les plus de 1700 start-up créées depuis 20 ans sous l’égide du CNRS en témoignent. Elles témoignent également du haut niveau académique de notre recherche et du vivier de solutions imaginées et trouvées pour que notre société puisse faire face aux nombreux défis qui l’attendent. 

Les médailles de l’innovation récompensent aujourd’hui les audacieuses et les audacieux, ceux qui, hier, ont osé, prendre des risques. Ceux qui n’ont pas eu peur des doutes et des incertitudes. C’est aussi pourquoi je suis ravie d’être avec vous aujourd’hui, parce que je tiens à ce que le ministère promeuve activement cette recherche qui n’a pas peur de prendre des risques et qui contribue activement au développement d’innovations. 

L’innovation a besoin de la recherche et vous pouvez compter sur moi pour déployer toutes les conditions de réussite pour la recherche et l’innovation dans notre pays.
Je vous remercie.

 

Contact

Service presse du ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche (MESR)

0155558200