Publié le

15.12.2018

Sommaire

La loi ORE en bref

EDUCATHON : déploiement opérationnel de l’arrêté Licence de la Loi ORE pour la réussite des étudiants

Les commentaires des participants

00:19 ; 00:23 Ça élargit le champs sur ce que j'imaginais sur ce contrat et les implications qu'il allait pouvoir avoir.

00:24 ; 00:29 On s'est vraiment pris au jeu. On a vraiment été inspiré par le sujet qu'on nous a donné, la problématique qu'on nous a donnée.

00:30 ; 00:49 C'est vrai qu'on arrive tous d'établissements qui ont été tenus de mettre ça à la rentrée, de manière un peu figée. Ce sont des contrats qui pour l'instant ne sont pas vraiment personnalisés. On voit ici l'intérêt que ça aurait à l'être complètement, en discutant notamment avec les étudiants. Donc on ressort d'ici en se disant qu'il faut qu'on fasse vraiment évoluer ce document.

01:04 ; 01:07 La méthode de travail adoptée est très rythmée et permet d'avancer.

01:08 ; 01:15 On avait des fiches de routes, des instructions pour nous guider et nous aider à avoir un objectif en tête.

01:16 ; 01:20 On a beaucoup échangé sur les expériences dans nos différentes universités.

01: 21 ; 01:40 Avec des acteurs pluriels. Il y a une ingénieure pédagogique, une directrice d'IUT, un étudiant, et puis une responsable de la scolarité. Donc voilà des profils variés d'où la richesse du brainstorming autour de ce sujet.

01:41 ; 01:55 Et là ce qui était très intéressant, c'était les cartes de verbatims, qui venaient renforcer ou qui ouvraient d'autres perspectives sur l'état des lieux - l'analyse que nous avons faite - avant de commencer à travailler sur les livrables.

02:11 ; 02:25 L'aide du designer, Julie en l’occurrence, nous est très utile, car elle arrive à synthétiser par des petits schémas ce que nous exprimons. Ça nous aide beaucoup à poser les choses de façon claire pour ceux qui auront à lire notre travail.

02:26 ; 03:05 Très créatif ! Ça bouillonnait ! Hier soir on est parti on se disait 'on n'arrivera jamais à rien'. Et ce matin miracle, la nuit ayant porté ses fruits sans doute, 'hop', grâce aux différents outils proposés : calendriers, fiches, etc. Comment on allait mettre en musique tout ce à quoi on avait pensé. Tout s'est éclairé d'un coup. Ça y est on en est à finaliser les derniers éléments. Belle expérience, une super équipe. On a passé un très bon moment.

03:06 ; 03:22 On est aussi sorti du cadre, quand on a eu besoin. Je pense qu'on a eu cette liberté effectivement, de prendre des chemins, quelques fois des raccourcis, quelques fois qui nous ont rallongé. C'était important d'avoir ce cadre qui nous rassurait, mais de pouvoir en sortir aussi.

03:23 ; 03:40 Ça a été aussi l'occasion de tester certaines choses, de voir disons la transferabilité de certains dispositifs. Et de se rassurer : voir que finalement beaucoup de collègues ont à cœur l'accompagnement et sont certainement prêts à le faire. Et cette onction, ou cette obligation, va le permettre et le favoriser. Donc c'est une bonne étape qui va être franchie.

03:41 ; 03:48 D'un point de vue scientifique, pour une recherche sur la transformation pédagogique : c'est absolument passionnant.

La loi ORE, traduction législative du Plan étudiants

Avec la loi ORE,  les universités ont désormais tous les outils pour mieux s'adapter aux étudiants et accompagner chaque étudiant sur la voie de la réussite. Mon engagement pour cette seconde année reste entier : en rendant plus lisible les formations et en ouvrant le champ de la mobilité pour chaque étudiant, nous relèverons ce magnifique défi.

Frédérique Vidal (2 octobre 2018)

Loi ORE : la loi du 8 mars 2018 relative à l'orientation et à la réussite des étudiants, dite loi ORE, est la traduction du Plan Etudiants que Frédérique Vidal a souhaité construire avec toutes les parties prenantes de l’enseignement supérieur en France. Le premier objectif de cette loi est d’améliorer la réussite des étudiants, quelles que soient leur filière d’origine ou leurs aspirations.

Plan Etudiants : plan national annoncé fin octobre 2017. Il est destiné à transformer le 1er cycle et à accompagner tous les étudiants vers la réussite. Ce plan est accompagné par le déploiement de moyens supplémentaires, par exemple en faveur de la vie étudiante (logement, santé, culture, vie associative...). La loi ORE en résulte.

Parcoursup : la plateforme nationale de préinscription en première année de l’enseignement supérieur (plus de 14 000 formations disponibles). Tous les lycéens, apprentis, étudiants qui souhaitent s’inscrire en première année doivent formuler des vœux sur Parcoursup.

Les trois volets de la loi ORE

Loi ORE

Un accès facilité à l'enseignement supérieur

Accompagnement renforcé des bacheliers, Parcoursup (accès plus juste et plus transparent dans le supérieur), suppression du tirage au sort, dernier mot donné au futur étudiant....


Un 1er cycle réformé

Organisation des cursus revue, dispositifs de réussite, parcours personnalisés, licence modulable, nouveaux cursus universitaires innovants, création de places supplémentaires dans toutes les filières, mise en place de quotas boursiers et hors secteurs, année de césure...


Des conditions de vie améliorées

Nouveaux logements étudiants, baisse des droits d'inscription, rattachement des nouveaux étudiants au régime général de la sécurité sociale, suppression de la cotisation sociale étudiante de 217 € à la rentrée 2018, aide à la mobilité pour les étudiants entrants...

Une démarche de transparence

  • Information des candidats sur les formations : capacité d’accueil, taux de réussite, débouchés professionnels, attendus nationaux
  • Installation du Comité éthique et scientifique Parcoursup (7 février 2018)
  • Publication des algorithmes de Parcoursup (21 mai 2018)
  • Information en temps réel des candidats et l’information de tous sur l’évolution de la phase principale d’admission (22 mai 2018) : accès aux informations sur leur situation personnelle, notamment l’état de chacun de leurs vœux et, le cas échéant, leur rang dans la liste d’attente d’une formation demandée. Un tableau de bord quotidien a été mis à la disposition des candidats et du grand public du 22 mai au 5 septembre 2018.

Des moyens importants

450M€ du Grand Plan d'Investissement pour accompagner la mise en place de nouveaux cursus, la modularisation, la mise en œuvre des contrats de réussite et l'accompagnement personnalisé de chaque étudiant, dont 325 M€ ouverts au titre des appels Nouveaux cursus à l'université
500M€sur la durée du quinquennat afin d'ouvrir des places, de créer des postes dans les filières en tension et de valoriser l'engagement des enseignants-chercheurs au service de la réussite des étudiants