Publié le 08.04.2021

Sommaire

Le projet IDEFI-N Solidarité Numérique et Attractivité Territoriale (SONATE)

Le projet IDEFI-N SONATE vise l'insertion de publics défavorisés dans le système d'enseignement supérieur par des préparations au DAEU, basées sur l'utilisation du numérique et du tutorat à distance. SONATE cible les publics handicapés par leur parcours scolaire, leur situation géographique, leur disponibilité, leur statut social ou leurs handicaps physiques ou cognitifs.

Paroles d’acteurs du Sup

Qu'est ce que le projet SONATE ?

Le projet IDEFI-N SONATE (Solidarité Numérique et Attractivité Territoriale) vise l'insertion de publics défavorisés dans le système d'enseignement supérieur par des préparations au Diplôme d'Accès aux Études Universitaires (DAEU), basées sur l'utilisation du numérique et du tutorat à distance. SONATE cible les publics handicapés par :

  • leur parcours scolaire (décrocheurs) ;
  • leur situation géographique ;
  • leur disponibilité :
    • travailleurs temporaires ;
    • sportifs ;
    • saisonniers ;
  • leur statut social :
    • milieu social ;
    • demandeurs d'emploi ;
    • allocataires RSA ;
    • emplois d'avenir ;
  • leurs handicaps physiques ou cognitifs.

Ce sont prioritairement des jeunes en difficulté d'insertion et des adultes sans qualification professionnelle qui souhaitent reprendre des études et n'ont pas obtenu le baccalauréat (niveau V ou bac pro niveau IV).

Comment fonctionne le projet SONATE ?

Un accompagnement spécifique et individualisé, "coaching", adapté aux publics visés, avant, pendant et après la préparation du DAEU garantit :

  • la sélection d'apprenants motivés ;
  • des chances de réussite des Parcours d'Orientation Professionnelle accrues par rapport aux systèmes existants ;
  • une orientation efficace post DAEU pour la réinsertion professionnelle des apprenants.

Le projet SONATE s'appuie sur quatre universités pilotes qui développent chacune deux modules de formation professionnalisante adaptés aux publics visés et filières régionales et en concentrant son action sur des secteurs créateurs d'emplois. Sont visés les métiers :

  • de l'informatique ;
  • des télécoms ;
  • de la santé et du social ;
  • du tourisme et hôtellerie ;
  • des filières Mer et Agroalimentaire.

Quelles sont les spécificités du projet SONATE ?

Le projet SONATE implique de repenser l'ingénierie de formation à distance pour que la pédagogie soit en cohérence avec les publics "décrocheurs" et "empêchés". Plusieurs contenus pédagogiques numériques seront créés :

  • un MOOC introductif ;
  • deux DAEU A et B pour le tronc commun, avec :
    • deux modules généralistes pour le DAEU A (littéraire) ;
    • deux modules pour le DAEU B (scientifique) ;
    • quatre options comprenant chacune deux modules professionnalisants.

Cela représente plus de 1 000 heures de formation.

Le projet SONATE fédère les principaux acteurs  actuels du DAEU à distance, les Campus numériques PEGASUS et Breton (environ deux-tiers des diplômés actuels au DAEU à distance) et tire parti de l'expérience de DAEU à distance menée par la Fondation UNIT à Grenoble dans le cadre du projet IDEFI uTOP. Il vise à fusionner, actualiser, généraliser et professionnaliser leur offre de formation pour atteindre de nouveaux publics défavorisés avec des pédagogies et des encadrements individualisés, au service de l'insertion professionnelle.

Quelles évolutions pour le projet SONATE ?

SONATE sera un système ouvert aux autres universités et opérateurs de formation au DAEU à distance, grâce à :

  • la création d'un package de ressources pédagogiques professionnalisantes ;
  • une méthodologie organisationnelle ;
  • des partenariats avec les acteurs socio-économiques locaux.

Une démarche d'accompagnement spécifique sera proposée, s'appuyant sur un réseau de tiers lieux intervenant en coaching et dynamique de groupe. D'un point de vue organisationnel, le projet construit une relation étroite entre les universités et les acteurs locaux de l'insertion et de l'orientation professionnelle :

  • collectivités territoriales ;
  • centres de ressources régionaux ;
  • missions locales ;
  • Pôle emploi et Cap emploi ;
  • points relais conseil VAE ;
  • services d'orientation professionnelle.

Le partenariat avec des tiers lieux (espaces publics numériques et espaces de coworking), bien implantés localement, permettra aux universités :

  • d'être présentes sur l'ensemble des territoires (notamment ceux éloignés des sites universitaires), tant nationaux qu'à terme internationaux francophones ;
  • d'apporter une réponse de proximité aux besoins de qualification des publics en difficulté.

Auteur(s)

Joël Oudinet
  • Maître de conférences en économie
  • Chef de projet PIA IDEFI-N SONATE
Université Sorbonne Paris Nord