Publié le 25.08.2023

Programme Prioritaire de Recherche (PPR) Sport de très haute performance

En vue des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024, le programme prioritaire de recherche (PPR) "Sport de très haute performance" mobilise la communauté scientifique pour répondre aux besoins des sportifs de haut niveau afin d'atteindre la plus haute performance.

Présentation du PPR "Sport de très haute performance"

Doté de 20 millions d'euros, le PPR "Sport de très haute performance" est financé par le Programme d'investissements d'avenir. Lancé par l'ANR en 2020 et piloté par le CNRS, son objectif est de financer des travaux de recherche appliquée transposables dans la préparation des sportifs français pour les Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024

Les projets proposés associent donc des équipes de recherche reconnues dans leur domaine et des fédérations sportives afin d'accompagner les meilleurs athlètes français vers la haute performance.

20 M€du PIA dédiés au PPR "Sport de très haute performance"

11 projets retenus suite à l'appel à projets

9 défis thématiques

Ce Programme prioritaire de recherche a fait l'objet de deux appels à projets. Il se décline en 9 défis thématiques qui couvrent tous les champs de la performance sportive de très haut niveau de manière à accompagner de manière optimisée les athlètes français vers la haute performance :

  1. l'équilibre de vie et l'environnement de l'athlète
  2. la prévention et le traitement des facteurs de risque
  3. cognition et préparation mentale
  4. les interactions homme-matériel et l'optimisation du matériel
  5. apprentissage et optimisation du geste sportif
  6. la quantification des charges d'entrainement
  7. les big data et l'intelligence artificielle au service de la performance
  8. la performance dans son environnement
  9. spécificités du domaine paralympique.

Les lauréats

Après deux appels à projets et une évaluation à mi-parcours, 11 programmes ont été retenus.

NEPTUNE

Doté de 1,56 M€, ce projet s’intéresse à la performance des nageurs autour de l’apprentissage et l’optimisation du geste sportif (défi 5) et de l’utilisation des données et de l’intelligence artificielle (défi 7). Il est porté par Ludovic SEIFERT de l’université de Rouen et associe la fédération de natation et la fédération handisport.

SCIENCES ET SPORTS

Comment les chercheurs accompagnent les nageurs de haut niveau pour les Jeux ? Avec le programme de recherche "Neptune"

Objectif : développer, améliorer des outils et méthodes pour mieux suivre, analyser, optimiser les performances en natation et paranatation.

Quels axes explore la recherche à ce niveau de performances ?

Le matériel

Via le développement de technologies innovantes au service des entraîneurs. Des capteurs miniatures permettent d'analyser et optimiser la technique de nage. L'intelligence artificielle permet de suivre automatiquement un nageur lors de sa course. Des caméras aériennes et sous-marines permettent d'établir des trajectoires optimisées.

Les nageurs

Les recherches permettent d'optimiser leurs performances. Stratégie de course, coordination motrice, propulsion au départ, etc. Les mouvements sont finement analysés.

L'eau

On cherche ici à en faire le meilleur allié du nageur. Une propulsion optimale ne fait pas tout en natation. Les résistances aquatiques peuvent être réduites. Le nageur peut économiser de l'énergie en utilisant les propriétés de l'eau à son avantage.

Budget

1,5 M€ Via un financement par l’État dans le cadre du Programme prioritaire de recherche "Sport de très haute performance".

FULGUR

Doté de 1,89 M€, ce projet s’attache à identifier et prévenir les facteurs de risques (défi 2) pour optimiser les programmes d’entrainement (défi 6). Il est porté par Gaël GUILHEM, chercheur à l’Institut National du Sport, de l’Expertise et de la Performance (INSEP) en partenariat notamment avec le CNRS et le CEA, ainsi que les fédérations d’Athlétisme, de Rugby et des Sports de Glace.

D-DAY

Doté de 1,38 M€, ce projet est porté par Laurent BOSQUET de l’université de Poitiers et associe le CNRS et l’IRBA ainsi que la fédération de natation. Il vise l’optimisation des programmes et charges d’entrainement (défi 6) et son adaptation aux individus/athlètes dans leur environnement/cadre de vie (défi 1).

TEAM-SPORTS

Doté de 1,2 M€, ce projet est porté par Mickaël CAMPO de l’université de Bourgogne Franche-Comté avec la participation des fédérations de Rugby, Handball, Basket-ball et Volleyball. Il mobilise diverses disciplines (psychophysiologie, neurosciences, apprentissage moteur et modélisation digitale) afin de développer de nouvelles approches sur la cognition et la préparation mentale (défi 3) dans les sports collectifs.

SCIENCES & SPORTS

Comment les chercheurs optimisent la préparation mentale des joueurs en sports collectifs pour les Jeux de Paris ? Avec le programme de recherche "Team-Sports".

Objectif : améliorer la motivation des groupes, mieux comprendre les phénomènes d'identité collective.

Quel rôle joue la recherche à ce niveau de performances ?

Un rôle d'analyse

Via la recherche en psychologie sociale, psychophysiologie, neurosciences. La centaine d'entretiens
menés a permis d'identifier que les enjeux individuels devaient être priorisés pendant les entraînements pour que les sportifs puissent repousser leurs limites.

Un rôle technique

Le projet a permis de développer des innovations technologiques. Par exemple, des algorithmes pour suivre en temps réel le niveau de stress des joueuses et des joueurs en analysant leur langage corporel.

Un rôle de conseil

Quatorze études ont été réalisées auprès de 900 athlètes et entraîneurs. C'est déjà l'héritage
des Jeux : fournir des connaissances pointues aux professionnels du sport de haut niveau pour optimiser leur approche managériale.

Budget

3,9 millions d'euros, dont un financement par l’État dans le cadre du Programme prioritaire de recherche "Sport de très haute performance".

PARAPERF

Doté de 2,21 M€, ce projet est porté par Jean-François TOUSSAINT de l’INSEP et associe la fédération handisport et la fédération de tir. Le projet vise, dans le domaine du sport paralympique (défi 9), à donner les outils pour la détection, l’accompagnement et la personnalisation des parcours et équipements pour amener les athlètes handisport vers la très haute performance.

Sciences et sports

Comment les chercheurs accompagnent les athlètes paralympiques pour les Jeux ? Avec le programme de recherche "Paraperf".

Objectif : maximiser les chances de podium pour nos athlètes aux Jeux paralympiques 2024. Le projet permet la personnalisation des parcours et équipements de nos parasportifs.

Quel rôle joue la recherche à ce niveau de performances ?

Un rôle d'analyse

On étudie les performances des sportifs, on modélise la trajectoire de progression. Ce travail permet de proposer aux équipes des outils d’aide à la décision, personnalisés.

Un rôle technique

On met à profit les recherches innovantes au service du couple athlète / fauteuil. 12 disciplines olympiques se pratiquent en fauteuil. Il s'agit donc d'améliorer et adapter le matériel, pour chaque athlète.

Un rôle de conseil

Objectif : favoriser un environnement propice à une préparation pour les JOP. Mieux appréhender les facteurs psychosociaux, juridiques et environnementaux favorables à la très haute performance.

Budget

7,5 millions d'euros, dont un financement par l’État dans le cadre du Programme prioritaire de recherche "Sport de très haute performance".

Du Carbone à l’Or Olympique

Doté de 1,68 M€, ce projet est porté par Marc FERMIGIER de l’ESPCI et associe la fédération de voile. Le projet cherche à proposer aux athlètes de voile olympique les moyens d’optimiser le matériel et son adéquation avec le sportif dans des conditions de courses déterminées (défi 4).

Sciences et sports.

Comment les chercheurs aident les sportifs de la voile pour Paris 2024 ? Avec le programme
de recherche "Du carbone à l'or olympique".

En voile, le matériel a une forte influence sur la performance des sportives et sportifs. Avec le foil, une sorte d'aile placée sous la planche, les vitesses atteignent 60 à 90 km/h selon le sport !

Quel rôle joue la recherche à ce niveau de performances ?

L'aspect technique. Le programme s'appuie sur des recherches en physique, mécanique et mathématiques. Les laboratoires étudient la mécanique des solides et des fluides, l'aspect physique des sports de voile.

L'aspect humain. Originalité du projet : l'ergonomie cognitive, le lien homme/matériel. En clair, donner aux sportifs et sportives des éléments objectifs pour affiner leurs décisions sur l'eau.

Budget : 4,5 millions d'euros, dont un financement par l’État dans le cadre du Programme prioritaire de recherche "Sport de très haute performance".

HYPOXPERF2024

Ce projet est porté par l'Institut National du Sport, de l'Expertise et de la Performance (INSEP). Le projet a donc pour objectif de répondre par l'intermédiaire d'études pluridisciplinaires, notamment psycho-physiologiques, appliquées en situations écologiques et individualisées aux questions de "terrain" des entraîneurs et athlètes de haut niveau concernant l'utilisation de ces méthodes, en association avec les fédérations de Canoë-Kayak, Cyclisme, Judo, Lutte, Natation et Rugby.

PerfAnalytics

Ce projet est porté par INRIA Grenoble Rhône-Alpes. L'objectif du projet est de déterminer comment l'analyse vidéo, outil désormais classique dans l'environnement sportif, peut être utilisée pour quantifier les différents indicateurs de performance et délivrer un retour aux entraîneurs et aux athlètes. Le projet soutenu par les fédérations de boxe, cyclisme, gymnastique, lutte ainsi que montagne et escalade, vise à fournir aux partenaires sportifs une approche scientifique dédiée à l'analyse vidéo, en couplant les résultats techniques existants sur l'estimation des gestes et figures à partir de la vidéo avec des méthodologies scientifiques relevant de la biomécanique pour une objectivation gestuelle avancée (musculaire par exemple).

REVEA

Ce projet est porté par l'Université Rennes 2. Le projet, soutenu par les fédérations d'Athlétisme, Boxe et Gymnastique, veut répondre aux besoins des sportifs et entraineurs en exploitant les propriétés uniques de la réalité virtuelle pour améliorer les performances motrices des athlètes grâce à l'optimisation des processus perceptivo-moteurs et cognitivo-moteurs sous-jacents, tout en permettant de réduire potentiellement les risques de blessures liés aux surcharges d'entraînement.

TrainYourBrain

Porté par l'Université de Nantes et soutenu par la Fédération Française d'Escrime, les objectifs de ce projet se fondent sur une approche pluridisciplinaire alliant physiologie et psychologie pour caractériser les exigences physiques et mentales spécifiques ainsi que la gestion de la fatigue tout au long de la compétition d'escrime au plus haut niveau de performance et les stratégies de régulation nécessaires pour affronter une décision de l'arbitre et les émotions. Des méthodes innovantes d'entraînement psycho-physiologiques favorisant la performance seront mises en place et évaluées pour développer des stratégies de régulation perceptives, attentionnelles et émotionnelles adaptées.

SCIENCES & SPORTS

Comment les chercheurs accompagnent les escrimeurs de haut niveau pour les Jeux ? Avec le programme de recherche "Train your brain". Objectif : optimiser la préparation mentale des escrimeurs, un aspect encore peu connu dans ce sport.

Quels axes explore la recherche à ce niveau de performances ?

La concentration

Il s'agit de réduire les stimuli distrayants pour les sportifs. En escrime, une médaille d'or peut se jouer à 1 point. Et 1 point peut se jouer sur 1 seconde d'inattention. Il s'agit donc d'identifier et limiter les sources de distraction.

Le stress

On initie les sportifs à des méthodes pour le gérer. Par exemple, la pleine conscience. Une technique qui invite à se concentrer sur l'instant présent, en acceptant les pensées qui traversent notre esprit.

La fatigue

Et notamment la fatigue mentale. La fatigue bride évidemment la performance sportive. Les chercheurs ont élaboré des exercices sur ordinateur qui génèrent une fatigue mentale. Objectif : mieux préparer les sportifs à la gestion de cette charge mentale.

Budget

760 000 €, via un financement par l’État dans le cadre du Programme prioritaire de recherche "Sport de très haute performance".

THPCA2024

Ce projet est porté par l’École Polytechnique. L'objectif de ce projet est de souligner que pour repousser les limites de la performance sportive, un nouveau domaine scientifique doit être exploré qui mêle l'expertise dans des domaines très différents, de la physiologie à la biomécanique en passant par la physique générale. Le projet, soutenu par la Fédération Française de Cyclisme et la Fédération Française d'Aviron, comporte 3 axes principaux : la génération d'énergie humaine conçue pour maximiser la puissance produite dans les différents types d'efforts, la minimisation des frictions et l'optimisation du couplage homme-machine. Les 2 aspects de production et de dissipation de la puissance sont étudiés en profondeur, y compris par la modélisation théorique de la course et de son optimisation.