Publié le 01.12.2022

VIH/SIDA : point sur les recherches et les pistes pour une prévention plus efficace

La journée mondiale de lutte contre le sida qui se tient chaque année le 1er décembre, est l'occasion de faire un point sur les avancées en matière de recherche sur le VIH dans le domaine fondamental et de la prévention ainsi que sur les dernières données épidémiologiques.

La France à la pointe de la recherche contre le SIDA

  • La France est le 2e pays européen en nombre de publications scientifiques produites dans le domaine VIH/SIDA (6e place mondiale).
  • Dans le domaine du SIDA, la France tient, depuis le début de l’épidémie, un rôle de tout premier plan grâce notamment à l'action de l’ANRS, devenue ANRS | Maladies infectieuses émergentes, depuis sa fusion avec le consortium de l’Inserm REACTing le 1er janvier 2021.

L’ANRS | Maladies infectieuses émergentes est la nouvelle agence autonome de l’Inserm issue de la fusion entre l’ANRS et le consortium de l’Inserm REACTing. Créée en janvier 2021, c’est une réponse globale et ambitieuse à l’urgence de la lutte contre la pandémie de Covid-19 et à la préparation de la réponse aux futures épidémies. Elle a pour mission l’animation, l’évaluation, la coordination et le financement de la recherche sur le VIH/sida, les hépatites virales, les infections sexuellement transmissibles, la tuberculose et les maladies infectieuses émergentes et ré-émergentes.

 

Plus de 120 projets de recherche sur le VIH ont été soumis à l’ANRS et l’ANRS MIE ces deux dernières années, avec 49 projets retenus et soutenus par l’agence à hauteur de 60 millions d’euros.

Interview de Yazdan Yazdanpanah, directeur de l'ANRS 

Question : Qui êtes-vous ?

Pr Yazdanpanah : Yazdan Yazdanpanah, je suis directeur de l’ANRS, Agence nationale des maladies infectieuses émergentes. Agence de financement, de coordination et de la recherche autour des VIH, hépatites et maladies infectieuses émergentes.

Question : Dans la lutte contre le VIH, on en est où ?

Pr Yazdanpanah : On a fait énormément d’avancées sur notamment le traitement du VIH, avec maintenant des traitements qui sont beaucoup plus simples à prendre pour les patients. On a même maintenant des traitements injectables, avec des injections chez un certain nombre de patients, tous les deux mois, et donc ce n’est pas la peine de prendre des comprimés tous les jours.

Question : Le VIH, toujours une maladie particulière ?

Pr Yazdanpanah : Malgré tout, le VIH, je pense qu’on peut le dire, est une des infections transmissibles les plus sévères, qui tue. Toutes les infections sexuellement transmissibles ne tuent pas. La variole du singe tue très peu. Le VIH, malheureusement ou heureusement, est une maladie particulière parce qu’effectivement c’est une maladie sexuellement transmissible et donc ça impacte un peu vie affective et sexuelle des personnes. Mais l’image qu’on a du VIH n’est pas du tout l’image des années 80 etc., parce que un les gens ne meurent plus, deux vous n’avez pas seize comprimés à prendre par jour. Se lever la nuit pour le prendre, comme c’était le cas un moment donné. Ça ne donne pas des effets secondaires. Vous pouvez prendre un seul comprimé par jour, voire actuellement, pour un certain nombre de personnes qui peuvent, une injection tous les deux mois.

Question : Les différents outils ? La PrEP

Pr Yanzdanpanah : La PrEP c’est la possibilité de prendre un traitement pour prévenir l’infection. Soit un traitement que je prends en comprimé tous les jours pour que je ne sois pas infecté, soit un traitement que je prends de manière intermittente, pas tous les jours, pour éviter d’être infecté. Il faut dire que depuis le début en France, notamment, dans les autres pays aussi, ça a permis de sauver beaucoup de vies.

Question : Les différents outils ? Le labo sans ordo

Pr Yazdanpanah : Avec l’expérimentation qui a été menée par Labo sans ordonnance, qui est une étude qui a été lancée par Paris sans sida, qui a été promue et financée par l’ANRS, on a montré qu’on peut très bien aller directement dans un laboratoire et avoir un test. Je pense qu’il faut présenter les outils de prévention comme un ensemble, la PrEP en fait partie, elle est très utile. Il faut continuer à promouvoir la PrEP. Ça ne veut pas dire qu’il ne faut pas proposer l’ensemble du panier de prévention.

Question : Deux personnes se rencontrent, vous leur dîtes quoi ?

Pr Yazdanpanah : Aujourd’hui, pour deux personnes qui se rencontrent, on dit toujours qu’il vaut mieux un port de préservatif.

Des progrès scientifiques remarquables et des traitements améliorés

La pandémie qui s’est développée à partir de la fin des années 1970, a fait de l’infection par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) un problème sanitaire mondial : le SIDA a tué plus de 35 millions de personnes et il tue toujours, en dépit des avancées médicales. 

Les résultats des recherches menées au cours des dernières décennies tant dans le domaine fondamental, de la prévention et de la prise en charge des patients ont été remarquables.

  • Découverte du virus de l’immunodéficience humaine (VIH) par les professeurs Françoise Barré-Sinoussi et Luc Montagnier en 1983 à l’Institut Pasteur, découverte récompensée par le Prix Nobel en 2008.
  • Découverte des traitements anti-rétroviraux en 1996.
  • En 2018, des chercheurs de l'Institut Pasteur et de l'Inserm ont percé le mystère des "patients contrôleurs", ces séropositifs qui parviennent à empêcher la réplication du virus sans le moindre médicament. Ils ont découvert que certaines de leurs cellules immunitaires ont la capacité de reconnaître des quantités infimes de virus. Leur système immunitaire est en fait beaucoup plus sensible que la moyenne, et tuent très rapidement les cellules infectées par le virus.

Des traitements constamment améliorés

La recherche vaccinale, une priorité absolue

La France est l’un des principaux acteurs internationaux de la recherche d’un vaccin préventif contre le SIDA. 

L’Institut de recherche vaccinale (VRI), labellisé "laboratoire d'excellence" par l’État français, a été établi par l’ANRS, l’Inserm et par l'Université Paris-Est Créteil (UPEC) afin de conduire des recherches visant à accélérer le développement de vaccins efficaces contre le VIH/sida.

Un essai vaccinal de phase I contre l’infection par le VIH a été lancé en février 2021, coordonné par le Pr Yves Lévy. Ce vaccin repose sur une technologie innovante : l’utilisation d’anticorps monoclonaux conçus pour cibler spécifiquement des cellules du système immunitaire appelées "cellules dendritiques". C’est la première fois qu’un vaccin cible directement ces cellules, dont le rôle est important dans l’activation du système immunitaire. Des premiers résultats devraient être disponibles prochainement.

La PrEP (prophylaxie pré-exposition), une solution hautement efficace

L’efficacité de la PrEP à la demande a été mise en évidence pour la première fois par l’essai ANRS IPERGAY en 2016 et a depuis été approuvée par l’OMS comme un outil de prévention efficace contre la transmission du VIH.

Les derniers résultats de l’étude ANRS "Prévenir" valident l’efficacité et la bonne tolérance en vie réelle de la prophylaxie pré-exposition (PrEP) à la demande, au bout de trois années de suivi. 

Ces travaux sont dirigés par le Pr Jean-Michel Molina (professeur à Université de Paris et chef du service de maladies infectieuses et tropicales de l’hôpital Saint-Louis AP-HP) et menés en partenariat avec AIDES.

Une incitation active au dépistage VIH : "Au Labo sans ordo" 

Pour rendre le dépistage davantage accessible, les autorités sanitaires ont décidé de généraliser le dispositif "Au labo sans ordo" à l’ensemble du territoire à compter du 1er janvier 2022, qui permet d’inciter au dépistage en réalisant un test VIH sans prescription ni avance de frais dans tous les laboratoires de biologie. Le programme a été mené par l’assurance maladie, les ARS, les URPS de biologie, les collectivités territoriales et l’évaluation réalisée par trois équipes du CHU de Nice, de l’Inserm et de l’association Vers Paris sans SIDA, et soutenues par Santé publique France et l’ANRS | Maladies infectieuses émergentes.

Renforcer l’autonomie des populations à risque

Le projet ANRS-Makasi vise à renforcer l’autonomie en santé sexuelle des immigrés d’Afrique subsaharienne, à travers une intervention sur des lieux de passage (marchés, places, gares) pour proposer un dépistage VIH et hépatites. Des entretiens motivationnels personnalisés sont aussi proposés aux personnes immigrées et exposées à des risques, avec une orientation active vers les structures adaptées à leurs besoins. Ce projet a fait l’objet d’une phase pilote de neuf mois en 2018, puis de deux ans d’intervention par une équipe de recherche et les associations Afrique Avenir et ARCAT. 

Mettre fin à la transmission du virus de la mère à l’enfant 

Un groupe de chercheurs internationaux, mené par les Pr Philippe Van de Perre (Inserm, université de Montpellier, EFS et université des Antilles) et Ameena Goga (South Africain Medical Research Council – SA-MRC et université de Pretoria) préconise la mise en place d’un système de soins permettant d’identifier les causes locales de transmission du virus de la mère à l’enfant. Ils proposent également le recours à la PrEP pour les femmes enceintes ou allaitantes n’ayant pas le VIH. 

Des essais cliniques sont en cours pour évaluer l’efficacité de la PrEP chez les nourrissons exposés, le recours à des anticorps neutralisants à large spectre ou le renforcement du traitement antirétroviral des mères vivant avec le VIH.

Alléger les traitements 

S'il est possible de garder l'infection par le VIH sous contrôle, il est nécessaire pour cela de recevoir quotidiennement un traitement antirétroviral. L’essai ANRS-QUATUOR, qui a débuté en 2017, étudie une stratégie d’allègement thérapeutique chez plus de 600 patients infectés par le VIH-1. Cet essai révèle qu’une prise du traitement quatre jours sur sept est aussi efficace qu’une prise quotidienne.

Il est mené par le Dr Pierre de Truchis (service des maladies infectieuses et tropicales de l’hôpital Raymond-Poincaré AP-HP) et le Dr Roland Landman (Institut de médecine et d’épidémiologie appliquée, fondation Léon MBa, service de maladies infectieuses et tropicales de l’hôpital Bichat – Claude-Bernard AP-HP).

L'impact de la Covid-19 sur le VIH en France

L'impact de la crise sanitaire sur les activités de soins, de dépistage et de prévention du VIH en France alerte les experts :

  • Si les conséquences sur les patients déjà suivis semblent peu importantes, une forte baisse du dépistage est constatée, avec un déficit de 16 % de tests sanguins entre mars 2020 et avril 2021 et une diminution de 22 % des ventes d’autotests. 
  • Les initiations de traitements ont également baissé de près de 20 % entre mars 2020 et avril 2021, ce qui risque d’engendrer une augmentation de personnes prises en charge tardivement.
  • Alors que la délivrance de la PrEP avait augmenté en 2019, les chercheurs ont constaté un déficit de 17 % par rapport aux chiffres attendus pour la période de mars 2020 à avril 2021. 

Comprendre la réponse immunitaire des personnes vivant avec le VIH vaccinées contre la Covid-19

La cohorte ANRS-COV-POPART, pour "cohorte vaccinale Covid-19 des populations particulières" a pour objectif d’évaluer la production d’anticorps contre la Covid-19 chez 8 650 personnes vaccinées ayant des pathologies pouvant affecter leur immunité, dont 1 000 personnes vivant avec le VIH. 

Les résultats issus de cette cohorte permettront d’apporter des données indispensables à la politique vaccinale dans les populations fragiles et à risque de formes graves de Covid-19.