9

  Accueil | Qui sommes-nous ?Chiffres |  Publications | Contrats | Formulaires | REPERES |
| Liste de diffusion | ChercherFAQ | Sigles | Plan du site | Contacts | Nouveau

   

Dans une économie tournée vers les services, la recherche industrielle française reste dynamique (NI MESR 12.01, avril)



L’effort de recherche des entreprises, principal facteur explicatif des performances des pays industrialisés en matière de recherche et développement (R&D), a peu progressé en France depuis le début des années 2000. Il est resté stable autour de 1,4 % du PIB. Les activités industrielles les plus intensives en R&D consacrent pourtant plus du tiers de leur valeur ajoutée à des travaux de recherche , et cette proportion augmente. Le recul dans l’économie française de l’industrie, qui concentre 80 % des travaux de R&D, ralentit la progression de l’effort de recherche du secteur privé. Son apparente stabilité masque une hausse de l’intensité de recherche dans de nombreuses activités industrielles et de services. Malgré la crise économique, cette progression de l’intensité de recherche des entreprises s’est poursuivie en 2008 et 2009.de recherche des entreprises, principal facteur explicatif des performances des pays industrialisés en matière de recherche et développement (R&D), a peu progressé en France depuis le début des années 2000. Il est resté stable autour de 1,4 % du PIB. Les activités industrielles les plus intensives en R&D consacrent pourtant plus du tiers de leur valeur ajoutée à des travaux de recherche, et cette proportion augmente.
Le recul dans l’économie française de l’industrie, qui concentre 80 % des travaux de R&D, ralentit la progression de l’effort de recherche du secteur privé. Son apparente stabilité masque
une hausse de l’intensité de recherche dans de nombreuses activités industrielles et de services. Malgré la crise économique, cette progression de l’intensité de recherche des entreprises s’est poursuivie en 2008 et 2009.

 
Nicolas Le Ru, MESR DGSIP/DGRI SIES
MAJ 14/04/12