Accueil | Qui sommes-nous ?Chiffres |  Publications | Contrats | Formulaires | REPERES |
| Liste de diffusion | ChercherFAQ | Sigles | Plan du site | Contacts | Nouveau

   

Chercheures-chercheurs : des stéréotypes de genre dès les formations (NI MESR 13.03 avril) - Male and female researchers: gender stereotypes that start in higher education



En 2010, la France compte 315 500 chercheurs ou ingénieurs de recherche : 82 000 sont des femmes, 233 500 des hommes. Le nombre de chercheurs femmes progresse depuis 2007, mais moins fortement que celui des hommes. Les chercheures sont plus nombreuses dans les administrations que dans les entreprises. Ce n’est pas le cas des chercheurs hommes. Que ce soit dans les entreprises ou dans les administrations, la présence de femmes dans les équipes de chercheurs varie fortement selon la discipline de recherche. C’est par exemple dans le domaine de la santé (industrie pharmaceutique, Inserm ou Institut Pasteur de Paris) et dans le domaine agricole (industrie agroalimentaire, Inra) que les femmes sont les plus présentes. À l’inverse, elles sont moins nombreuses dans la construction aéronautique et spatiale et à l’Onera. Ces différences existent dès les filières de formation, à l’université ou dans les écoles d’ingénieurs. Avec 26 % des postes de chercheurs occupés par des femmes, la recherche est moins féminisée en France que dans l’Union européenne.

 
Nicolas Le Ru et Laurent Perrain, MESR DGSIP/DGRI SIES
   
In 2010, there were 315,500 researchers or research engineers in France: 82,000 women and 233,500 men. The number of female researchers has been increasing since 2007, but at a slower pace than for men. There are more female researchers in the public sector than in business enterprises, while the opposite is true for male researchers. Both in business and in the public sector, the presence of women in research teams varies significantly according to the field of research. For example, women are more likely to work in the healthcare sector (pharmaceutical industry, INSERM or the Pasteur Institute in Paris) and in the agricultural sector (food industry, INRA). By contrast, there are fewer female researchers working in the air and spacecraft industry and at ONERA. These differences begin when women choose their courses at university or engineering school. With only 26% of researcher posts occupied by women, there are fewer women in research in France than in the European Union as a whole  
.  
 
MAJ 20/07/17