Accueil |Qui sommes-nous ?Chiffres |  Publications | Contrats | Formulaires | REPERES |
| Liste de diffusion | ChercherFAQ | Sigles | Plan du site | Contacts | Nouveau

   
Les configurations régionales des activités de recherche et développement en 2003
(NR 06.01, janvier)


Le poids prédominant de l’Île-de-France dans la recherche et développement conduit à donner une vision réductrice de la déclinaison régionale des activités de R&D menées en France.

En combinant différents indicateurs sur le niveau et la structure de la recherche publique et privée, des profils régionaux de recherche se dégagent et, en 2003, quatre groupes de régions apparaissent : les régions avec un fort potentiel de recherche (Île-de-France, Midi-Pyrénées, Rhône-Alpes et PACA) ; les régions où la recherche est surtout exécutée par le secteur privé et où la recherche publique est surtout menée par les universités (Picardie, Haute-Normandie, Franche-Comté, Limousin et Champagne-Ardenne) ; les régions avec une spécialisation relative de la recherche privée dans l’agroalimentaire et les secteurs primaires (Basse-Normandie, Nord-Pas-de-Calais, Pays de la Loire, Bretagne, Aquitaine, Languedoc-Roussillon) ; les régions intermédiaires (Centre, Bourgogne, Lorraine, Alsace, Poitou-Charentes).

En raison de son originalité (recherche privée extrêmement concentrée et faible part de chercheurs dans l’effectif de R&D), l’Auvergne constitue un groupe à elle seule.

Estelle Dhont-Peltrault MENESR DEP B3


MAJ 25/01/06