Les actualités et évolutions réglementaires publiées dans le Bulletin international du MESRI (BIM)

Journée de lancement du nouvel Europass

Europass

Le 1er juillet 2020, la Commission européenne a lancé la nouvelle plateforme Europass.L'agence Erasmus+ France a organisé le 30 septembre dernier une Journée de lancement du nouvel Europass. Plusieurs tables rondes ont présenté les nouveautés de la plateforme et abordé les questions d'accompagnement dans son utilisation et des nouvelles formes de reconnaissance des compétences. 

Article - 1ère publication : 22.10.2020 - Mise à jour : 29.10.2020

Table ronde 1 : La nouvelle plateforme Europass

La première table ronde a permis de tirer le bilan de la plateforme Europass depuis sa création en 2004, avant de présenter les améliorations apportées dans la nouvelle version.


Bilan

En 2004, a été instauré un cadre communautaire unique pour la transparence des qualifications et des compétences, ce qui a permis la création d'Europass.

Depuis cette date, Europass est devenu une marque et s'est imposé sur la scène de l'éducation et de la formation en Europe. Plus de 150 millions de CV ont été téléchargés au niveau européen.

Europass est un outil essentiel pour la mobilité, l'insertion professionnelle et la démarche portfolio.

 

Nouvelle plateforme

L'évolution de cet outil était nécessaire, au profit d'un outil accessible dès le plus jeune âge et tout au long de la vie, capable de mettre en avant les soft skills très recherchés par les employeurs et d'intégre les open badges...

La Commission européenne a exprimé la volonté de rationnaliser différents outils en créant un guichet unique.

Il est désormais possible de trouver des formations et des offres d'emploi et d'obtenir des informations pays par pays (informations administratives, logement...).

Il s'agit « d'un outil de gestion de carrière tout au long de la vie ».

 

2 grands types de services de la nouvelle plateforme :

  • Portfolio de compétences -> modernisation de ce servicet
  • Offres d'emploi (EURES)
     

La platerorme offre désormais de nouvelles fonctionnalité : la suggestion de nouvelles compétences et d'offres de fomation et d'emploi en fonction du profil.

La génération automatique d'un CV peut également être réalisée à partir de différents modèles proposés. Il suffit de renseigner ses compétences dans un formulaire, puis la mise en page du CV est faite par la plateforme.

Il a été souligné la rapidité des résultats qu'on pouvait obtenir en utilisant la nouvelle plateforme.

Les débuts de la nouvelle plateforme sont encourageants.

Prochaines avancées

Pour l'instant, seulement 10 pays ont fourni leurs offres de formation. La France fournira son flux de formations d'ici la fin de l'année 2020.

Sont également prévus :

  • l'interopérabilité technique pour fluidifier le flux d'informations ;
  • les titres de compétences certifiés numériques ;
  • une proposition de formations en ligne sur l'utilisation de la plateforme (surtout pour les accompagnateurs).

 

Table ronde 2 : L'accompagnement des publics au temps des nouveaux outils

La deuxième table ronde portait sur l'accompagnement de différents types de publics dans l'utilisation de nouveaux outils, comme la nouvelle plateforme Europass.


Europass au service de la communauté éducative et des professionnels de l'orientation et de la mobilité internationale

Europass est un outil intuitif mais nécessite un accompagnement dans son utilisation.

Il peut être considéré comme un outil pédagogique pour les professionnels de l'orientation et les enseignants. Le rôle de l'accompagnant est de :

  • faire le tri dans les compétences. ;
  • aider à repérer les centres d'intérêt ;
  • analyser la demande de l'accompagné et la masse de ressources (formations, emplois).

Un rôle de l'accompagnant est facilité par plusieurs fonctionnalités :

  • la possibilité de faire un profil dans différentes langues. La traduction du CV facilitée grâce à une fonctionnalité de la plateforme qui se charge de traduire automatiquement les libellés du CV dans une autres langue.
  • la suggestion de compétences par la plateforme

L'évolution de la posture de l'accompagnant

L'évolution est liée au changement fondamental de l'accès à la ressource. De plus en plus de ressources sont disponibles, accessibles à tous, à tout moment de la vie. Le professionnel doit désormais davantage veiller à l'actualisation et la pertinence de ces ressources. La fonction du professionnel est déplacée du côté de la médiation de la ressource (identification, hiérarchisation...). La responsabilité du professionnel est non seulement sur l'accès à la ressource, mais aussi sur la compréhension et l'utilisation de la ressource.

L'intégration d'EURES dans Europass

Le réseau EURES est un réseau européen des services publics de l'emploi, avec 1,7 millions d'offres. Pôle Emploi en est le coordinateur national pour la France, qui est le principal pourvoyeur d'offres. notamment grâce à un transfert automatique de quasi toutes les offres d'emploi postées sur Pôle Emploi vers EURES à partir d'une analyse sur la base du référentiel national (ROME) et du référentiel européen (ESCO). Des travaux sont en cours sur les correspondances entre référentiels nationaux et européen.

Pour l'instant, Pôle Emploi utilise Europass seulement dans le cadre très précis de mobilités, mais son utilisation pas encore très développée.

Table ronde 3 : Nouvelles formes de reconnaissance des compétences : quelle influence sur les certifications ?

 La dernière table ronde était consacrée à la question de la reconnaissance des compétences en s'interrogeant sur les effets de l'utilisation de nouvelles formes de reconnaissance sur les certifications.

Les blocs de compétences

France compétences a la responsabilité de gérer deux répertoires qui recensent les certifications reconnues par l'Etat :

  • Certifications donnant un niveau de qualifications (RNCP)
  • Certifications donnant une reconnaissance d'un parcours professionnel (Répertoire spécifique).

Le double rôle du RNCP est l'enregistrement de droit de certaines certifications et l'évaluation d'autres certifications qui viennent notamment du privé (appréciation du contenu de l'offre privée de certification).

 

La loi du 5 septembre 2018 a introduit la notion de blocs de compétences, même si elle était présente depuis la loi de 2014 mais pas définie. Elle est maintenant une obligation pour toute certification inscrite au RNCP.

 

  • Un bloc de compétences est un ensemble cohérent et homogène de compétences défini en fonction d'une finalité. Cette finalité est une contribution à l'exercice autonome d'une activité professionnelle. Ce n'est pas un objet pédagogique (cursus de formation), mais un objet qui a vocation à certifier des compétences en lien avec une activité professionnelle.
  • Les blocs de compétences sont des parties de certification (sens RCNP). Ils ne donnent pas de niveau de qualification, même si ce sont bien des objets certifiants.

 

Les blocs de compétences permettent d'attester des compétences en lien avec le marché du travail, puisque cette approche permet de reconnaitre les compétences malgré l'échec à l'examen, avec une approche modulaire (accès progressif à l'accès à la qualification) et en complément à la formation initiale (professionnalisation et actualisation des compétences).

Aujourd'hui, environ la moitié des fiches RNCP sont découpées en blocs de compétences. Il y a de 2 à 7/8 blocs de compétences par certification.

 

Il est encore difficile de faire reconnaitre les blocs de compétences en Francen eb raison du poids accordé aux diplômes ; une acculturation des services RH, des entreprises est par conséquent nécessaire.

Concernant la reconnaissance des titres RNCP et des blocs de compétences à l'étranger, il s'agit de l'enjeu de l'année à atteindre par une meilleure valorisation (lisibilité et communication).

 

Présentation du projet Erasmus+ DigiRec : utiliser les nouvelles technologies dans la reconnaissance des diplômes

La numérisation des diplômes est un enjeu important aujourd'hui au niveau de l'espace européen de l'enseignement supérieur.

Le projet européen DigiRec est coordonné par le centre ENIC-NARIC des Pays-Bas et rassemble des partenaires dont le centre ENIC-NARIC France. L'objectif du projet est de faire le lien entre les données numériques et les procédures de reconnaissance des centres ENIC-NARIC.Le livre blanc publié soutient 2 axes :

  • la dématérialisation des procédures de reconnaissance de diplômes ;
  • l'acceptation des diplômes numériques dans le processus de reconnaissance.

Accepter les documents numériques permet d'accélérer la procédure de reconnaissance.

Plusieurs initiatives sont soulignées par projet DigiRec : Europass, la blockchain... La blockchain permet de stocker et transférer des données sans contrôle d'un organe et laisse la responsabilité aux détenteurs des données/diplômes par exemple. Des initiatives sur la blockchain sont en cours de développement en France, dont celle coordonnée par l'Université de Lille.

Dans le projet DigiRec, l'analyse de l'utilisation des diplômes numériques montre qu'il existe des disparités en Europe en fonction des systèmes éducatifs. Il y a également un problème d'acceptation des diplômes numériques par les employeurs ou organismes de formation.

 

Concernant les liens entre ENIC-NARIC et Europass, il est soulevé que le CV Europass est utile au centre ENIC-NARIC pour vérifier les parcours académiques. Par ailleurs, ENIC-NARIC souhaite voir ajouter les attestations de comparabilité dans les documents numériques qu'on peut ajouter dans la bibliothèque Europass.

 

1ère publication : 22.10.2020 - Mise à jour : 29.10.2020
Retour haut de page