Publié le 06.09.2019

Sommaire

Lauréat Appel à Manifestation d'Intérêt 2018

AGILE(E) : un incubateur de projets pour les étudiants en réorientation

Mercredi 6 février 2019, la première promotion du DU AGILEE a pris place dans les rangs de l'Institut National Universitaire Champollion. Au programme, des méthodes alternatives qui mettent l'apprenant au centre du dispositif, tout en étant accompagné par une équipe pluridisciplinaire.

Le contexte de l'expérimentation

La première année à l'Université est une étape de transition déterminante pour la réussite des étudiants. D'ailleurs, l'Union européenne s'est engagée dans la lutte contre le décrochage scolaire car ce dernier représente un obstacle majeur à la réalisation de la stratégie Europe 2020. Selon une note Info publié par le Ministère de l'Enseignement supérieur de la Recherche et de l'Innovation en novembre 2013, l'échec des étudiants à l'université en première année est qualifié de significatif. Au cours de l'année scolaire 2012-2013 :

  • un étudiant sur deux poursuit ses études supérieures ;
  • un sur quatre redouble ;
  • un sur quatre se réoriente ou abandonne.

Les universités françaises quant à elles mettent en place depuis plusieurs années une politique "offensive" pour prévenir le décrochage et améliorer la réussite de leurs étudiants. L'Insitut National Universitaire Champollion a mené une expérience de remédiation et de remobilisation au 2e semestre qui a comme ambition de prévenir et de limiter le décrochage. Certes, elle ne répond pas à toutes les problématiques et ne prend pas en compte tous les publics mais vient en complémentarité avec d'autres dispositifs d'accompagnement, de tutorat, etc.

Le laboratoire de création

Le projet soutenu par le MESRI dans le cadre de l'appel à manifestation d'intérêt transformation pédagogique et numérique de 2018, intitulé AGILEE consiste à créer au sein de l'université un laboratoire d'expérimentations, un espace :

  • de création ;
  • d'alchimie ;
  • de proximité ;
  • d'échange.

Cet espace est au service d'un projet d'accompagnement d'étudiants de 1ère année de licence qui ne souhaitent pas poursuivre leur 2e semestre dans leur diplôme d'origine. 18 étudiants issus de mentions de licence différentes ont intégré ce dispositif sur un semestre afin de leur permettre de :

  • prendre le temps de réfléchir ;
  • capitaliser des compétences pour construire un nouveau projet.

Pendant ce semestre, les apprentissages sont basés sur l'approche par compétences et sur des activités permettant aux étudiants de travailler en mode projet. Les étudiants participent ainsi à des ateliers et des projets dans lesquels ils sont acteurs. L'hétérogénéité des publics originaires de 16 licences rattachées aux domaines des sciences et techniques, sciences humaines et sociales ainsi que des arts lettres et langues est une condition favorable :

  • au croisement des regards ;
  • au partage d'expériences entre pairs ;
  • à l'enrichissement des échanges.

Ce laboratoire de création a une visée qui se veut bénéfique aussi bien pour les étudiants que pour l'équipe pédagogique. Les étudiants engagés dans ce dispositif peuvent :

  • valider un diplôme universitaire ;
  • capitaliser des compétences ;
  • capitaliser des expériences.

Une immersion au sein d'un centre de formation, d'une entreprise ou d'une association en France ou à l'étranger permet une meilleure réflexivité pour valider un nouveau projet. In fine, ces environnements, à l'image d'un "incubateur de projets" ont comme ambition de limiter le décrochage et permettent l'avènement d'un projet plus étayé, plus réfléchi et plus réalisable. Une attention particulière est accordée à ce public en situation dite "d'échec" en travaillant l'estime de soi nécessaire pour rebondir et s'engager dans un projet futur. Le "droit à l'erreur" au sein de ce collectif d'étudiants est ainsi considéré comme un levier pour réussir.

Les modalités pédagogiques

Le Syllabus du DU est construit autour des thématiques suivantes :

  • anglais/théâtre ;
  • sciences et société ;
  • projets citoyens ;
  • projet personnel ;
  • immersion et retour d'expériences.

Partant du postulat qu'il n'existe pas une pédagogie plus efficace qu'une autre mais des pédagogies qui donneront des résultats en fonction des :

  • publics ;
  • temporalités ;
  • situations.

L'équipe du DU AGILEE prend son ancrage de la pluralité des profils qui la composent. Elle fait le choix de décloisonner les enseignements pour permettre aux apprenants de faire le lien entre les différentes situations complexes et donner ainsi plus de sens à leurs apprentissages. L'équipe de 16 personnes est composée de la manière suivante :

  • cinq personnels du SUIO-IP ;
  • un ingénieur pédagogique ;
  • trois enseignants-chercheurs ;
  • sept personnels extérieurs dont des artistes et des enseignants de lycée.

Un exemple significatif, mais loin d'être l'unique, l'intervention d'une compagnie de théâtre, dès la première semaine, qui a :

  • favorisé la cohésion du groupe ;
  • encouragé l'expression corporelle des participants ;
  • permis l'immersion en langue anglaise avec un duo d'artistes natifs.

Cette intervention traite aussi la question de l'estime de soi avec en particulier la réalisation d'une chorégraphie collective en fin de stage, expression concrète des compétences acquises. Car ce public a besoin de réalisations à court terme pour renforcer sa motivation.

Compte tenu de la diversité des publics issus de baccalauréats (général, technologique et professionnel) et par conséquent de l'hétérogénéité des acquis, les différentes méthodes proposent de l'autoévaluation et de l'évaluation par les pairs. Cela permet de développer, a fortiori, un regard distancié. Par ailleurs, une attention particulière est accordée à la progression et acquisition de la compétence, adaptée au rythme et au niveau de chacun. Le plus intéressant est d'évaluer le chemin parcouru. Par ailleurs, les apprentissages s'appuient sur des modalités pédagogiques diverses, multipliant les contextes, variant les supports et les ressources, avec :

Le choix se porte sur une pédagogie active : les étudiants sont acteurs du DU et placés au cœur de la formation. Différentes méthodes sont proposées en fonction des objectifs visés :

  • travail en groupe/individuel ;
  • classe inversée ;
  • classe renversée ;
  • travail synchrone et asynchrone ;
  • tutorat individuel et collectif.

L'approche par compétences : un levier pour la réussite

Ce projet s'inscrit dans une démarche transformative de la pédagogie. Dans ce cadre, l'équipe pédagogique de ce nouveau diplôme universitaire, est accompagnée par le LabSET de l'Université de Liège en Belgique dédié aux questions d'apprentissage, qui est un centre :

  • d'expertise ;
  • de recherche ;
  • de formation.

L'accompagnement consiste à soutenir l'équipe dans la rédaction d'un référentiel de compétences reflétant le travail des étudiants et permettant d'en évaluer le développement. Ce partenariat se finalisera par la co-élaboration d'un livret d'apprentissage permettant aux étudiants d'identifier et de garder la preuve des compétences développées. Cet exercice mené avec l'équipe pédagogique, et qui pourra s'exporter dans d'autres contextes de montage de formations, permet de proposer des contenus d'apprentissage en cohérence avec le profil de sortie des diplômés. Ce profil décrit et définit les caractéristiques que l'on souhaite que l'étudiant développe à l'issue de sa formation. C'est ce profil de sortie qui va conditionner les compétences du référentiel. Il a ainsi une visée transformative des pratiques pédagogiques, des équipes enseignantes.

Pour les apprenants, ils ont connaissance du référentiel des compétences attendues ce qui leur permet de mieux se projeter et de mieux donner du sens à leurs apprentissages liés à chaque fois à des situations d'application concrètes.

Une visée transformative pour les étudiants et les équipes

L'enjeu de ce projet est double en fonction du public, à la fois étudiants et enseignants. Pour les apprenants, il s'agit de les maintenir en formation pour mieux réussir et prévenir le décrochage. Pour cela, il est proposé un cadre de réflexion à l'élaboration d'un nouveau projet en utilisant les innovations pédagogiques. Il est proposé un accompagnement personnalisé pour :

  • renforcer l'estime de soi ;
  • favoriser l'autonomie dans les apprentissages ;
  • développer une posture d'apprenant responsable.

S'agissant des équipes pédagogiques, il est question d'expérimenter des méthodes innovantes et alternatives tout en favorisant l'inclusion du numérique.

Élaborer un référentiel des compétences visé par le diplôme universitaire est un défi à relever qui suppose de s'inscrire dans une "approche par compétences" et d'accepter d'interroger sa pratique au sein d'une équipe plurielle. L'approche par compétence du travail mené ici, s'appuie sur la définition de Jacques Tardif qualifiant la compétence comme "un savoir-agir complexe prenant appui sur la mobilisation et la combinaison efficaces d'une variété de ressources internes et externes à l'intérieur d'une famille de situations".

Des bilans quantitatifs et qualitatifs seront réalisés pour mesurer l'impact de ce projet sur ces deux publics et donner à voir si les essaimages seront possibles pour d'autres formations.

Pour conclure, cette initiative d'accompagnement de ces jeunes a pour vocation de :

  • créer des environnements propices à leur développement personnel ;
  • leur permettre de se réaliser par eux-mêmes en leur proposant pendant un semestre de vivre des expériences au sein d'un collectif ;
  • analyser des problèmes complexes via l'approche transdisciplinaire ;
  • confronter leur interculturalité ;
  • se forger une pensée critique qu'ils pourront mobiliser tout au long de leur vie ;
  • construire un nouveau projet personnel professionnel et de formation.

Auteur(s)

Naïma Marengo
  • Directrice du service orientation-insertion professionnelle
Institut national universitaire Jean-François Champollion (INU Albi)

Partenaire(s)