livres à la main

Sommaire

Juillet 2017

Le parcours et la carrière des conservateurs de bibliothèques

Les 1 472 conservateurs des bibliothèques, répartis en deux corps, exercent, avec une capacité avérée à évoluer, un métier multiforme au carrefour de l’éducation, de la formation, de la recherche et du développement culturel et social. La fusion des deux corps, la mise en commun des concours de recrutement de l’État et des collectivités territoriales, la rénovation de la formation initiale, le recours à la Bourse interministérielle de l'emploi public (BIEP) pour le recrutement des postes de direction, la définition de critères d’évaluation de l’expertise et la création d’emplois fonctionnels pour certains postes de direction, seraient de nature à améliorer leur parcours et leur carrière.

Date de parution

Auteur(s) :

Carbone

Pierre

,

Giami

Anne

,

Nattiez

Renaud

Présentation

Le présent rapport conjoint IGAENR – IGB porte sur Le parcours et la carrière des conservateurs des bibliothèques, population qui, jusqu’alors, n’avait pas fait l’objet de travaux de l’IGAENR ; ce rapport fait suite à d’autres rapports de l’IGAENR sur des populations plus nombreuses de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Table des matières

SYNTHÈSE

Introduction

1. Les 1 472 conservateurs d’État sont répartis entre deux corps interministériels de petite taille au sein d’une filière spécifique aux bibliothèques

1.1. Deux corps interministériels de création récente gérés nationalement, comme l’ensemble de la filière bibliothèque, par le MESR

1.2. Les conservateurs constituent les deux corps les plus élevés et les plus qualifiés de la filière interministérielle des personnels des bibliothèques

1.3. La population de la filière employée dans les administrations et établissements publics de l’enseignement supérieur et de la culture est restée quasiment stable entre 2000 et 2016

2. Des entrées principalement sur concours sélectifs dans un métier en évolution rapide

2.1. L’entrée dans la carrière de conservateur se fait majoritairement à l’issue d’un recrutement très sélectif quelle que soit la voie d’accès, concours ou liste d’aptitude

2.1.1. Une population très majoritairement composée de bons élèves qui a bénéficié d’une formation supérieure solide souvent dans plusieurs champs scientifiques des sciences humaines et sociales

2.1.2. Entre 2014 et 2016, 135 personnes sont entrées dans le corps des conservateurs, dont les deux‐tiers par concours

2.1.3. Deux concours permettent de recruter la moitié des conservateurs, le concours externe et le concours réservé aux élèves de l’École nationale des chartes

2.2. Un métier en évolution forte dont la description et le contenu nécessitent une réflexion nouvelle

2.2.1. Les évolutions du métier de conservateur

2.2.2. Les missions en développement sont donc :

2.2.3. La description du métier gagnerait à être actualisée

2.2.4. Un métier qui ne se distingue pas encore partout très clairement de celui de bibliothécaire

3. Une formation initiale très critiquée mais en cours de rénovation et une formation continue réelle et appréciée

3.1. La formation initiale à l’ENSSIB

3.2. La formation à l’École nationale des chartes

3.3. La formation continue existe, appréciée quasi‐unanimement par l’échantillon des conservateurs entendus

4. Les conservateurs, dans l’ensemble, mettent l’accent sur les qualités de leur métier et de leur statut

4.1. Le mélange de gestion nationale des promotions et d’individualisation du recrutement est très généralement apprécié des intéressés

4.2. Une diversité des fonctions et des destinations offertes et une fluidité des parcours

4.2.1. La diversité des fonctions offertes permet à une majorité des conservateurs interrogés de trouver un poste conforme à leurs projets, intérêts et penchants, avec une dominante de management ou d’expertise, et dans une zone géographique choisie

4.2.2. Une tendance à l’endo‐recrutement pour les postes de direction, plus marquée dans le cadre du mouvement national que dans le cadre de la BIEP

4.2.3. Des postes de conservateurs dans toutes les grandes villes universitaires mais une grande concentration en Île‐de‐France qui rassemble la moitié du corps

4.2.4. Les mises à disposition dans les bibliothèques municipales classées

4.3. Une perception positive de l’apport des conservateurs par les employeurs et de rares contestations de la gestion nationale de la filière

4.3.1. La gouvernance des établissements d’enseignement supérieur apprécie la contribution des conservateurs et, pour l’heure, ne remet pas en cause la gestion nationale

4.3.2. La perception des conservateurs dans les établissements culturels

5. Un déroulement de carrière qui varie avec le sexe et la voie d’accès des conservateurs des bibliothèques

5.1. Les promotions au grade de conservateurs en chef et dans le corps des conservateurs généraux défavorisent un peu les femmes

5.1.1. Les femmes entrent plus tôt dans la carrière et progressent moins vite mais leur retard se réduit

5.1.2. L’âge d’entrée varie avec la voie d’accès au corps des conservateurs

5.1.3. La durée du parcours pour accéder au grade de conservateur en chef est plus rapide pour les conservateurs entrés plus tard

5.1.4. Sur les quatre dernières années, 84 % des conservateurs qui ont achevé leur carrière étaient conservateurs en chef ou conservateurs généraux

5.2. Les promotions concernent des profils variés de conservateurs avec toutefois une prééminence de ceux qui exercent des fonctions d’encadrement

5.2.1. Les promotions de conservateurs en chef sur les trois dernières années

5.2.2. De 2014 à 2016, sur 150 promotions au grade de conservateur en chef (50 par an)

5.2.3. La liste d’aptitude des conservateurs généraux

5.3. Des rémunérations qui suscitent des critiques sur la partie indemnitaire

6. Des postes de direction nombreux d’ampleur et de contenus différents

6.1. L’accessibilité des 167 postes et les profils des conservateurs exerçant des fonctions de direction sont très variés

6.2. Deux cas particuliers : les postes de direction dans les établissements d’enseignement supérieur et les postes d’inspection

6.2.1. Les établissements d’enseignement supérieur offrent 116 postes de direction pour lesquels la durée de mandat s’est réduite et la mobilité accrue

6.2.2. Dix conservateurs généraux sont chargés de mission d’inspection

6.2.3. Améliorer la fluidité en mettant en place des emplois fonctionnels pour les directeurs des grandes bibliothèques de l’enseignement supérieur

Recommandations

Conclusion

Annexes

Fiche technique

Auteur(s) :

Carbone

Pierre

,

Giami

Anne

,

Nattiez

Renaud

Éditeur(s) :
Inspection générale de l'administration de l'éducation nationale et de la recherche (IGAENR),
Inspection générale des bibliothèques (IGB)
Langue :
Français
Identifiant :
2017-A04 (IGB), 2017-061(IGAENR)
Date de parution :
09/03/2018
Édition :

Juillet 2017