Accueil >  Europe et International >  Europe >  Espace européen de l'enseignement supérieur

Espace européen de l'enseignement supérieur (E.E.E.S.)

Les Universités européennes

Drapeaux nationaux et européen© Commission européenne

En écho au discours de la Sorbonne prononcé par le Président de la République le 26 septembre 2017, la Commission européenne a lancé deux appels à projets pilotes en 2018 et 2019 afin de tester différents modèles d'Universités européennes. 41 projets de 3 ans en résultent. 32 établissements français sont impliqués dans 28 de ces alliances. Le ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation se tient aux côtés des établissements français souhaitant s'engager dans cette démarche ambitieuse au service de l'attractivité de nos universités dans la compétition mondiale et du renforcement de l'identité européenne de la jeunesse.

Article - 1ère publication : 17.12.2018 - Mise à jour : 27.04.2021

Une initiative au service de la refondation européenne

Dans son discours sur l'Europe (La Sorbonne, 26 septembre 2017), le Président de la République a proposé « la création d'universités européennes qui seront un réseau d'universités de plusieurs pays d'Europe, mettant en place un parcours où chacun de leurs étudiants étudiera à l'étranger et suivra des cours dans deux langues au moins. Des universités européennes qui seront aussi des lieux d'innovation pédagogique, de recherche d'excellence. Nous devons nous fixer l'objectif, d'ici à 2024, d'en construire au moins une vingtaine »

Le Conseil européen a invité, dans ses conclusions du 14 décembre 2017, les États membres, le Conseil et la Commission à « encourager l'émergence, d'ici 2024, d'une vingtaine d' « universités européennes », à savoir des réseaux d'universités au niveau de l'UE reposant sur une approche « par le bas », qui permettront aux étudiants d'obtenir un diplôme en combinant des études dans plusieurs pays de l'UE et qui contribueront à la compétitivité internationale des universités européennes ».

L'Union européenne propose une initiative en vue d'atteindre un niveau sans précédent de coopération entre des établissements d'enseignement supérieur de l'Europe, à tous les niveaux d'organisation et sur tous les domaines d'activité (formation, recherche et innovation).

Au total, le soutien de l'Union européenne porté à l'ensemble des projets d'Universités européennes s'éleve à 287 millions d'euros, soit 7 millions d'euros par projets, dont 5 millions au titre du programme Erasmus+ et 2 millions du programme Horizon 2020. À cette dotation s'ajoute le soutien apporté par la France à hauteur d'au moins 100 millions d'euros sur 10 ans aux établissements français investis dans les projets retenus.

Qu'est-ce qu'une université européenne et quels en sont les objectifs ?

Les universités européennes contribueront à :

  • Promouvoir des valeurs européennes communes et une identité européenne renforcée en réunissant une nouvelle génération d'Européens, pouvant coopérer et travailler dans le cadre de différentes cultures européennes, dans différentes langues et à travers les frontières, les secteurs et les disciplines universitaires.
  • Réaliser une progression significative dans la qualité, la performance, l'attractivité et la compétitivité internationale des établissements d'enseignement supérieur et contribuer à l'économie du savoir, à l'emploi, à la culture et au bien-être européen en utilisant au mieux les pédagogies innovantes et en faisant du triangle du savoir une réalité. Les universités européennes doivent être un moteur essentiel pour l'amélioration de la qualité de l'enseignement supérieur et le cas échéant renforcer les liens avec le paysage européen de la recherche et de l'innovation mais aussi avec la société et l'économie.
     

A l'horizon 2025, chaque alliance:

  1. aura défini une stratégie commune et de long terme pour la formation, la recherche et l'innovation, impliquant un niveau d'intégration élevé  dans les coopérations entre ses membres.  Des structures dédiées de gouvernance conjointe, ainsi que des services, ressources et infrastructures partagés seront mis en place.
  2. aura établi un campus « inter universités » européen, innovant et inclusif, dans lequel :
    -  La mobilité de tous (étudiants, doctorants, chercheurs, enseignants, personnels) est la norme : au moins 50% des étudiants (jusqu'aux doctorants) de chaque alliance bénéficieront d'une mobilité (physique, virtuelle ou hybride).
    -  De nouveaux programmes de formation communs et flexibles sont dispensés dans les trois cycles.
  3. soutiendra des équipes multidisciplinaires de création de connaissances associant étudiants, enseignants et chercheurs et intégrant des pédagogies innovantes y compris l'utilisation du numérique pour répondre aux défis auxquels nos sociétés sont confrontées.
  4. agira en tant que modèle de bonnes pratiques afin d'améliorer la qualité, la compétitivité internationale et l'attractivité du paysage européen de l'enseignement supérieur.

Les résultats des deux appels à projets pilotes d'Universités européennes

À l'issue des deux appels à projets, 41 alliances ont été sélectionnées. Elles rassemblent plus de 280 établissements d'enseignement supérieur issus des 27 Etats membres de l'Union, du Royaume Uni, de Serbie, de Turquie, d'Islande et de Norvège. Ces établissements représentent près de 6,9 millions d'étudiants, soit environ 18% des étudiants de l'ensemble de l'espace européen. La France est l'un des principaux contributeurs à ce nouvel outil de construction européenne avec 32 établissements français impliqués dans 28 alliances, dont 10 établissements en tant que coordinateur.

Présence des pays dans les projets d'universités européennes

L'Allemagne est le partenaire privilégié de la France dans le cadre des projets d'Universités européennes : 23 projets retenus rassemblent des établissements français et allemands. Outre l'Allemagne, les autres partenaires récurrents des établissements français se trouvent en Italie et en Espagne.

Les projets d'Universités européennes se concentrent sur différentes thématiques. La plupart des alliances ont une approche transdisciplinaire. Ces alliances n'ont pas de thématique dominante et mettent en avant des sujets transversaux de travail en commun, autour par exemple de thèmes comme l'éducation et la citoyenneté, le numérique, l'environnement, les transformations sociétales ou encore la santé. D'autres alliances se concentrent au contraire sur une spécialisation. Deux spécialités se détachent au sein des 41 projets retenus : l'environnement, ainsi que les sciences et technologies.

Quel accompagnement des établissements français ?

La France apporte son soutien à hauteur d'au moins 100 millions d'euros sur 10 ans aux établissements français investis dans ces projets. Notre pays attache une importance déterminante à ce que les projets poursuivent un objectif d'excellence et qualité dans les trois dimensions de la formation, de la recherche et de l'innovation.  Le soutien français concerne les établissements français participant à des projets d'Universités européennes sélectionnés par la Commission européenne dans le cadre des deux appels pilote. Des actions non éligibles au financement par l'Union européenne peuvent aussi être soutenues, à condition qu'elles soient clairement identifiées et se déroulent sur le territoire national. L'ordre de grandeur de ce financement est plus ou moins comparableà la part de l'aide accordée par l'Union européenne au projet dédiée à l'établissement français.

 

Le Ministère de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation se tient à la disposition des établissements pour les accompagner dans leurs démarches et réflexions :

  • Le groupe transversal sur l'Espace européen de l'enseignement supérieur (GT EEES) tiendra régulièrement des sessions d'information et d'échange.
  • Il est également possible sur demande d'obtenir des conseils et une expertise des projets : universiteseuropeennes@enseignementsup.gouv.fr

Participation des établissements français lauréats aux autres actions Erasmus+

Les établissements français engagés dans des projets pilotes d'Universités européennes mènent en moyenne 4 actions Erasmus +.

  • 98% proposent des mobilités de l'enseignement supérieur (intra-européenne) et 68% proposent des mobilités internationales de crédits (hors Europe)
  • 57% mènent des projets de renforcement des capacités
  • 53% ont des Masters Erasmus Mundus
  • 36% sont dans un partenariat Erasmus +
  • 32% participent aux activités Jean Monnet (recherche et formation sur la citoyenneté européenne)
1ère publication : 17.12.2018 - Mise à jour : 27.04.2021

Projets pilotes d'universités européennes

Enquête auprès des établissements

Suite à la clôture du premier appel européen à projets pilotes, une enquête conjointe du MESRI, la C.P.U. et la C.D.E.F.I. est lancée pour recueillir les retours des établissements en vue de porter des propositions d'évolution de l'appel européen et d'améliorer le dispositif de suivi et d'accompagnement établi au niveau national.

Résultats de l'enquête

 

Retour haut de page