Vademecum de l'accompagnement des étudiants présentant des troubles du spectre de l'Autisme

Exemples rencontrés dans le contexte du suivi des enseignements

Ci-dessous, des exemples de situations rencontrées et solutions apportées

Article - Publication : 14.11.2019




Se responsabiliser, s'organiser

Aya ne comprend pas que les étudiants ne respectent pas des règles de discipline (horaires, attention, écoute...) qui lui semblent de première importance. Si les étudiants font du bruit pendant un cours et que l'enseignant poursuit sans faire de remarques, elle se demande si elle continue à essayer d'écouter, si elle doit interpeller l'enseignant ou si elle sort de cours. Elle devient très anxieuse et peut avoir une réaction vive, inattendue. L'enseignant et les étudiants peuvent être désemparés face à Aya qui se paralyse, se met en colère ou sort du cours. Pour les enseignants, ses réactions peuvent être considérées comme un manque de respect.

Le pourquoi

Les personnes présentantdes TSA ont besoin de cadres. Ils respectent rigoureusement les règles définies et ne comprennent pas pourquoi ce n'est pas le cas de tous.

La solution proposée

Il a été conseillé aux enseignants de préciser toutes les règles nécessaires au bon déroulement des enseignements, les modalités de contrôle de connaissances, les attendus dès le début de leurs interventions... Les enseignants ont également expliqué les conséquences de l'absence de respect de ces règles et ont tout mis en oeuvre pour les faire respecter. 

Résultat

Le cadre précisé a rassuré l'étudiant et a été bénéfique... pour tous les étudiants !

S'adapter aux différents environnements (lumière)

Yvan a une hypersensibilité à la lumière. Soumis à des fréquences lumineuses particulières, il a des difficultés à se concentrer, devient anxieux et a des réactions vives. Il quitte la salle sans explications. Les autres étudiants et l'enseignant sont gênés. Certains adoptent des attitudes de rejet envers Yvan.

Le pourquoi

Certaines personnes présentant desTSA peuvent avoir une hypersensibilité à la lumière. Iil s'agit d'un problème d'intégration sensorielle dont l'intensité des symptomes peut varier d'un individu à l'autre.

La solution proposée

Une solution pratique et une médiation sont mises en place : selon les salles, les néons sont remplacés par des dispositifs dont l'intensité est adaptée à l'étudiant ou encore des éclairages individuels sont installés. L'étudiant porte des lunettes de soleil dans les salles de cours. Les étudiants et l'enseignant sont informés des particularités sensorielles de l'étudiant et des conséquences liées aux TSA en général.

Le Résultat

L'anxiété de l'étudiant a diminué, il arrive à se concentrer pour participer aux travaux demandés. L'enseignant et les étudiants sensibilisés ont intégré les difficultés de l'étudiant. Ils deviennent plus attentifs à ces risques et n'interprêtent plus les réactions de l'étudiant comme des bizarreries.

S'adapter aux demandes des enseignants

Isabelle a des douleurs engendrées par le toucher de certaines matières. Lors des travaux pratiques en biologie qui nécessitent des manipulations et dissections, elle redoute les douleurs et ressent un dégoût important à devoir réaliser ces manipulations. Ces actes lui sont "impossibles à réaliser, inaccessibles". Habitués aux réticences de certains étudiants, l'enseignant ne mesure pas l'ampleur du désarroi d'Isabelle et ne la prend pas au sérieux. En outre, il considère qu'il ne pourra pas évaluer les compétences attendues.

Le pourquoi

Le contact avec certaines matières peut engendrer des douleurs plus ou moins importantes chez la personne présentant des TSA, il s'agit d'une hypersensibilité au toucher.

La solution proposée

L'enseignant est sensibilisé aux particularités de l'étudiant. Des échanges permettent de lui proposer d'autres modalités pour évaluer la compétence attendue. L'étudiant devra séquencer et expliciter chaque étape de l'opération / protocole à effectuer à l'enseignant. Ce séquençage permet finalement à l'étudiant d'accepter d'exécuter certaines étapes et de ne pas rejeter l'ensemble. Le travail en binôme est favorisé en distribuant les rôles équitablement avec une grille décrivant notamment un rôle d'instructeur opérationnel que l'étudiant pourra assumer (celui qui donne des consignes d'exécution et décrit, rédige les étapes et résultats attendus).

Le Résultat

L'étudiant accepte une partie de l'exécution car il souhaite être évalué sur les compétences de dissection. Un travail sur l'évaluation est mis en place par l'équipe pédagogique : qu'attend-on vraiment de l'étudiant à l'issue de cette séquence et dans le cadre plus global de l'unité d'enseignement concernée : savoir disséquer  ou comprendre l'ordre et la raison des gestes, la capacité d'observer, les conclusions de la manipulation ?... Peut-on adapter les modalités d'évaluation en fonction du projet de l'étudiant ?

S'adapter aux différents environnements (odeur)

Ali a une hypersensibilité olfactive. Il n'arrive pas à pénétrer dans un lieu ou ne peut pas rester dans un groupe à cause d'une odeur qu'il perçoit intensément (salle de TP avec une odeur particulière ou parfum d'une personne...). Il a une réaction vive, exprime maladroitement que cette odeur n'est pas supportable pour lui. L'entourage ne comprend pas : il lui est demandé de sortir "si cela ne lui convient pas », on lui dit qu'il exagère. Isabelle ne perçoit pas les odeurs. Elle n'est pas vigilante à sa propre odeur corporelle et elle est mise à l'écart par les étudiants de son groupe. Par ailleurs, elle n'est pas en mesure de prendre en compte des signaux olfactifs particuliers et se met en danger (gaz..).

Le pourquoi

Les personnes présentant des TSA peuvent avoir une hypersensibilité ou une hyposensibilité olfactive.

La solution proposée

La sensibilisation de l'environnement, étudiants et enseignants est mise en place (hyper/hyposensibilité au toucher, olfactive...). Des travaux en binôme avec une répartition des rôles est proposée. L'enseignant est vigilant.

Le résultat

Les réactions de l'étudiant s'apaisent. L'entourage peut comprendre certaines réactions et aussi être plus vigilant, notamment en terme de sécurité.

S'adapter aux différents environnements (température)

Aya a une hyposensibilité à la température. Elle se met en danger en restant en contact avec des objets brûlants. Non seulement elle risque de se brûler, mais son attitude peut engendrer des réactions spontanées de l'entourage qui peut interpréter sa réaction comme un manque d'intelligence.

Le pourquoi

Les personnes présentant des TSA peuvent avoir une hyposensibilité à la température et se retrouver en danger.

La solution proposée

L'entourage, enseignants et pairs, côtoyant l'étudiant doit être informé afin de veiller à sa sécurité.

Le résultat

Mise en sécurité.

Echanger, analyser, confronter les idées

Yvan n'admet pas qu'une de ses idées ou que ses conclusions puissent être remises en question. Il refuse toute idée contraire et veut absolument convaincre son entourage du bien-fondé de son avis. Les échanges avec les enseignants ou le travail en groupe sont difficiles, Yvan est "mis à l'écart", considéré comme obtus et dépourvu de la capacité de remise en question fréquemment nécessaire dans les domaines de la recherche. Cette attitude peut se rencontrer aussi bien pendant les cours que dans des moments d'échanges informels entre étudiants..

Le pourquoi

L'expression de la "résistance au changement" d'une personne présentant des TSA peut aussi s'exprimer à travers les difficultés qu'elle rencontre pour accepter de modifier son point de vue.

La solution proposée

Les personnes présentant des TSA ont confiance en très peu de personnes. L'étudiant sera intégré à un groupe de travail avec l'une de ces personnes qui pourra répéter et reformuler les arguments afin d'aider l'étudiant à moduler son avis. Cette personne de confiance aura un rôle équivalent lors des échanges avec les enseignants et pourra s'assurer de la compréhension de l'étudiant.

Le résultat

L'étudiant peut "entendre" les arguments présentés par la personne de confiance présente dans le groupe de travail : le climat de travail est apaisé, l'étudiant a accès à toutes les informations qui lui sont proposées par les autres ou par les enseignants : il a accès au savoir. Dans le cadre des relations hors cours, une telle médiation peut aussi permettre de meilleures relations sociales.

Se responsabiliser, s'organiser

Isabelle a de grandes difficultés à s'adapter lorsque survient un imprévu. Un de ses cours finit théoriquement à 16h30 mais l'enseignant prolonge exceptionnellement. Isabelle panique, elle a un rendez-vous et ne sait plus que faire : rester ou privilégier son rendez-vous. Elle interrompt le cours en demandant pourquoi l'enseignant ne s'arrête pas et finit par faire une crise de panique.

Le pourquoi

Une personne présentant des TSA peut avoir de grandes difficultés lors de changements. La prise d'initiative est très difficile lorsqu'elle bouleverse un programme établi précédemment.

La solution proposée

Informés des conséquences des TSA, les enseignants veillent à anticiper au mieux tout changement et à en informer l'ensemble des étudiants. Le dispositif handicap accompagne l'étudiant pour établir une liste des priorités à l'avance, lu et approuvé par les personnes concernées, (enseignant, tuteur, médecin).

Le résultat

Les enseignants veillent à limiter "les chagements" qui peuvent avoir un impact sur les étudiants. Assuré du soutien de son choix réfléchi en fonction du "protocole de priorité établi avec les partenaires de l'équipes de suivi", il prend des décisions plus sereinement.

Faire des choix dans la construction de son parcours

Ali a de grandes difficultés à prendre des initiatives quand il n'est plus dans le cadre d'un programme établit. Il est confronté à beaucoup de choix tout au long de son parcours : processus continu dans le cadre de son orientation, choix d'UE parmi une liste proposée aux étudiants lors des passages d'un semestre à l'autre, ou d'une année à l'autre. Ali doit choisir, il s'en sent incapable et panique.

Le pourquoi

Une personne présentant des TSA peut avoir de grandes difficultés lors de changements, la prise d'initiative est très difficile lorsqu'elle bouleverse un programme établi précédemment.

La solution proposée

Un réseau d'aide et de suivi de l'étudiant est mis en place pour l'accompagner dans toutes les démarches, décisions tout au long du cursus. Les membres du réseau (adminitratifs, enseignants, référent handicap) se concertent pour identifier les étapes clefs et veillent à ce que l'étudiant ne soit pas perdu.

Le résultat

La mise en place d'un accompagnement anticipé, planifié permet d'éviter les situations de stress, d'anxiété importante.

Echanger, analyser, prendre des décisions

Yvan a de grandes difficultés à prendre des décisions. Lors d'un cours, un débat est organisé : deux points de vue se dégagent. Il est demandé aux étudiants de commenter ces échanges et de donner leur avis. Yvan se sent incapable de réaliser une synthèse, de prendre une décision pour choisir le point de vue qui lui semble le plus juste. Yvan ne rend pas son analyse. Si le travail est noté il sera considéré "défaillant".

Le pourquoi

Une personne présentant des TSA peut avoir de grandes difficultés à gérer des avis ou des données divergentes. La prise de décision peut être impossible.

La solution proposée

Le dispositif handicap met en place un suivi rapproché, notamment avec un tuteur pédagogique qui peut débloquer des situations liées aux contenus pédagogiques. Ce tuteur peut aussi proposer des modalités d'évaluation différentes plus adaptées aux difficultés de l'étudiant.

Le résultat

L'étudiant est moins stressé, il sait qu'il peut faire appel à son tuteur ou, si une autre modalité d'évaluation lui est proposée, il peut répondre sans être mis en difficulté.

S'informer et s'adapter

Aya a beaucoup de difficultés à gérer l'imprévu. Un changement de planning difficile à anticiper intervient en cours d'année. Aya ne comprend pas le changement, encore moins le fait qu'il n'ait été anticipé. Elle devient très anxieuse et a une réaction jugée disproportionnée par les étudiants et l'enseignant. Ces derniers se trouvent dans l'incapacité de la rassurer et de la calmer.

Le pourquoi

Les personnes présentant des TSA peuvent présenter des grandes difficultés pour gérer l'imprévu, le changement.

La solution proposée

Une modalité d'accompagnement est mise en oeuvre pour anticiper et mettre en place des solutions immédiates pour accompagner le changement : la personne en charge de l'accompagnement de l'étudiant au sein du dispositif handicap revoit régulièrement les plannings avec lui, lui signale et lui explique tout changement aussi bien pendant leur entrevue que par sms. Un lieu tranquille lui est également proposé afin, qu'en cas d'anxiété, il puisse se relaxer. Enfin, la possibilité de contacter une personne référente de confiance lui est proposée afin d'échanger avec lui.

Le résultat

L'étudiant apprend à gérer son stress, il sait qu'il peut faire appel à une personne de confiance. Cet accompagnement permet une meilleure inclusion par les autres étudiants.

S'adapter aux imprévus

Isabelle a de grandes difficultés à s'adapter lorsque survient un imprévu. Elle arrive en cours mais, l'enseignant n'est pas celui qui était présent lors des derniers cours. Les modalités d'enseignement et les consignes sont modifiées. En manque de repères, Isabelle panique.

Le pourquoi

Les personnes présentant des TSA peuvent présenter des grandes difficultés pour gérer l'imprévu, le changement.

La solution proposée

Le dispositif handicap ou un "référent / tuteur" aide l'étudiant à établir un planning avec des repères pour lui présenter les enseignants qu'il va rencontrer. Un trombinoscope est réalisé avec l'accord des enseignants qui eux-mêmes veillent à repréciser les changements de leurs modalités d'enseignement, d'évaluation, lors de leurs premières interventions. Le dispositif handicap ou son "tuteur" le tiennent informé par sms de tout changement, lorsque celui -ci n'a pu être prévu en amont.

Le résultat

L'étudiant est moins stressé, il peut se préparer au changement. Il évite les crises de panique.

Se repérer

Yvan éprouve de grandes difficultés à se repérer et à gérer les informations quand elles sont trop nombreuses. Il a tendance à se perdre, arrive en retard et cette situation le stresse. Dans certains cas, il prévoit un temps de déplacement démesuré qui implique une fatigue importante à terme. S'il est en retard, les enseignants ou ses interlocuteurs (en stage par exemple) lui reprochent de ne pas anticiper, de ne pas prendre au sérieux les rendez-vous fixés. Son état de fatigue est incompris et le manque d'attention généré lui est reproché.

Le pourquoi

Les personnes présentant des TSA peuvent éprouver des difficultés à gérer de nombreuses informations simultanément ou des difficultés à se repérer.

La solution proposée

Le dispositif handicap l'aide à établir un planning lui donne des repères, une suite d'actions lui permettant de gérer les changement de lieux, les modalités d'accès.

Le résultat

L'étudiant est moins fatigué, il peut se concentrer sur les activités qui lui sont demandées. Les personnes de son entourage, enseignants, tuteur de stage sont informées et prennent en compte les difficultés de l'étudiant pour l'aider à prendre confiance en lui.

S'adapter aux modalités pédagogiques variables

Aya a des difficultés à s'investir dans un dispositif qui n'a pas de protocole clairement établi. Elle doit participer à un travail en groupe. L'absence de règles claires de répartition des rôles, d'organisation précise des tâches la perturbe. Elle a du mal à cerner les personnalités et intentions de ces partenaires : ses réactions, son attitude peuvent paraitre étranges. Elle accepte de se surcharger de travail ou de prendre la responsabilité de tâches qui ne lui conviennent pas. Dans certains cas, elle est perdue, ne sait plus quoi faire et peut se retrouver isolée, exclue. Les membres du groupe de travail ne comprennent pas ses réactions. Il peut arriver que face à ces difficultés d'organisation voire, conscient de sa fragilité, de sa naïveté, certains étudiants la surcharge de travail ou "exploitent ses capacités particulières dans certains domaines".

Le pourquoi

Les personnes présentant des TSA peuvent avoir un manque de capacité à s'investir sans un protocole clair. ELles ont besoin de règles établies que tout le monde doit suivre pour arrvier à un objectif donné. Elle ont des difficultés à jauger l'humeur des autres, manquent de connaissances des codes impliqués par un contact social. La personne peut être naïve et se laisser abuser.

La solution proposée

Les travaux en groupe sont préparés en amont avec les enseignants et ensuite avec les étudiants qui feront partie du groupe dans lequel l'étudiant sera intégré. L'étudiant a besoin d'un objectif clair, il est préférable de prévoir avec l'équipe pédagogique que les étudiants du groupe en question soient "organisés, calmes et investis". Ces étudiants seront sensibilisés aux TSA. Un programme clair et précis des enjeux et de la méthodologie de travail sera réalisé. L'étudiant peut être aidé pour éclaircir son rôle, ses modalités de travail (organisation, délais, rencontres). Il peut être intéressant de choisir un étudiant du groupe volontaire pour être un"médiateur" qui pourra travailler en liaison avec l'équipe de suivi de l'étudiant, le service handicap ou son référent. La sensibilisation des étudiants du groupe, de la promotion est importante également pour prévenir des risques d'abus de faiblesse aussi bien dans le domaine des activités pédagogiques que dans les relations sociales.

Le résultat

Le travail est plus efficace, l'étudiant est rassuré et peut s'investir sans stress. Les étudiants du groupe deviennent vigilants à ce que l'étudiant ne soit pas sujet à du harcèlement ou toute forme d'abus. Ils signalent au dispositif handicap toute situation qui leur semble contraire au bien de l'étudiant. Ces travaux en groupe restreints peuvent être aussi l'occasion que l'étudiant puisse parler de sa situation, de ses particularités.

Gérer plusieurs sources d'informations

Ali n'arrive pas à gérer plusieurs sources d'information en dehors de sa messagerie personnelle. Il ne comprend pas qu'il ne puisse pas être informé uniquement via son adresse électronique personnelle. Il n'arrive pas à se tenir informé, il ne répond pas aux demandes, il devient anxieux et s'isole. Les enseignants peuvent considérer l'étudiant "défaillant".

Le pourquoi

Les personnes présentant des TSA ont des difficultés à se situer dans une vision d'ensemble, à gérer plusieurs sources d'information.

La solution proposée

Une personne de l'équipe de suivi, du service handicap, ou d'un réseau d'aide mis en place peut demander à être mis en copie des mails pour aider l'étudiant à s'organiser, s'assurer qu'il a bien reçu les informations.

Le résultat

L'étudiant est moins stressé. Il est assuré d'être bien informé et peut se concentrer sur ses cours. Les enseignants reçoivent les réponses aux attentes.

S'investir sur des sujets variés

Yvan présente des intérêts spécifiques qui peuvent parfois virer à l'obsession. Ces intérêts spécifiques entraînent un désinvestissement dans d'autres domaines pourtant nécessaires à aborder dans le cursus qu'il a choisi. Ce manque d'intérêt, d'investissement sur les sujets qu'il ne considère pas "d'intérêt" peut le conduire à rencontrer des difficultés pour se concentrer en cours (il fait "autre chose" pendant les enseignements), à réussir.... Sa tendance à se focaliser sur un sujet récurrent peut également déranger les cours et altérer les relations sociales hors "enseignement". Les enseignants considèrent qu'il dérange le cours avec ce qu'ils nomment "ses obsessions", qu'il ne s'investit pas dans leur domaine. Certains étudiants sont lassés de ses discours récurrents, de son souhait de toujours ramener le sujet à "son truc". Ils l'éloignent, l'excluent, voire se moquent de lui. A contrario, du fait de ses aptitudes spécifiques, Yvan est « utilisé » par certains étudiants. Yvan se sent incompris, rejeté, il s'isole.

Le pourquoi

La personne présentant des TSA peut manifester un intéret spécificique restreint dans lequel elle devient experte. Elle a beaucoup de difficultés à se concentrer et à s'interesser à d'autres sujets. Ces intérêts entravent les relations aux autres mais peuvnet aussi avoir un impact sur les activités professionnels, d'apprentissage...

La solution proposée

Un accompagnement est proposé pour éviter à l'étudiant de s'enfermer dans un intérêt particulier sans néanmoins le nier et l'empêcher de continuer à vivre sa passion. L'équipe du dispositif handicap, avec l'aide des enseignants, de son enseignant tuteur / référent, pourra construire avec l'étudiant des parallèles entre les sujets qui "ne l'intéressent pas à priori" et ses propres intérêts. De plus, les compétences acquises dans un domaine d'intérêt sont mises en avant pour expliquer qu'elles peuvent être transférées dans un exercice nouveau, un autre domaine afin d'élargir le champ "des possibles". Si les étudiants de la promotion et les enseignants sont sensibilisés à cette particularité, les savoirs et intérêts de l'étudiant peuvent être valorisés : ils décident ensemble d'identifier avec l'étudiant des moments réservés à ces intérêts spécifiques. La mise en liaison entre l'intérêt de l'étudiant et les activités d'enseignement par les enseignants est réalisée dès que possible pour focaliser cet intérêt. L'enseignant, avec l'étudiant, organise et dissocie dans le cadre des activités d'enseignement "les temps consacrés au sujet demandé aux temps pour le sujet d'intérêt » : spécifique: l'enseignant apprend à reconnaitre les moments de "décrochage" de l'étudiant, l'accompagne pour se remotiver jusqu'à l'accomplissement du travail demandé puis, le travail accompli, le laisse s'adonner à sa passion.

Le résultat

Les relations sociales s'améliorent : l'étudiant n'est plus celui qui sait tout sur un sujet et que l'on peut "utiliser" ou encore celui dont on peut se moquer ou se lasser. Plus ouvert sur d'autres sujets, l'étudiant devient conscient des compétences qu'il a acquises et qu'il peut mobiliser dans d'autres domaines. L'intérêt est mieux cadré pour en faire quelque chose de positif au service des compétences et du projet de l'étudiant. L'organisation proposée par l'enseignant lui permet de concilier les attentes pédagogiques et sa passion. Il se rend compte que ses connaissances particulières peuvent être utiles dans d'autres domaines auquel il commence à s'intéresser.

S'adapter aux différents environnements (bruit)

Aya est sujette à des douleurs provoquées par les sons. Dès lors que l'ambiance sonore est importante (ventilation, grésillement des néons, bavardages...), elle n'arrive pas à se concentrer et a alors des réactions inappropriées, s'énerve et sort de cours sans donner de raison.

Le pourquoi

Certaines personnes présentant des TSA peuvent éprouver une hypersensibilité auditive, il s'agit d'un problème d'intégration sensorielle dont l'intensité des symptomes peut varier d'un individu à l'autre.

La solution proposée

Une solution pratique pratique et une médiation sont proposées : l'étudiant porte un casque dans les salles de cours. Les étudiants et l'enseignant sont informés sur les particularités sensorielles de l'étudiant, ils sont plus vigilants.

Le résultat

L'enseignant et les étudiants sensibilisés intègrent les difficultés de l'étudiant et limitent le bruit dont ils peuvent être l'origine. Ils deviennent plus attentifs à ces risques et comprennent mieux les réactions possibles de l'étudiant. Les salles de cours dont l'environnement est plus calme sont privilégiées.

Publication : 14.11.2019

Les autres contextes

Retour haut de page