Accueil >  [ARCHIVES] >  [ARCHIVES] Communiqués

[ARCHIVES] Communiqués

La statue du roi Tshokwe au musée du quai Branly

[archive]
Statue du roi Tshokwe (Angola)

Valérie Pécresse et Frédéric Mitterrand se félicitent de l'acquisition par le musée du quai Branly d'une pièce prestigieuse et rare : la «statue du roi Tshokwe jouant de la sanza » (Angola). L’art tshokwe d'Angola était peu représenté au musée du quai Branly, et la statuaire de cour était même jusqu’à présent totalement absente des collections publiques françaises.

Communiqué - 1ère publication : 24.06.2010 - Mise à jour : 24.06.0010
Valérie Pécresse

L’art tshokwe d'Angola est peu représenté au musée du quai Branly, et la statuaire de cour était même jusqu’à présent totalement absente des collections publiques françaises. Valérie Pécresse et Frédéric Mitterrand se félicitent de l’acquisition de cette pièce prestigieuse et rare.

Cet exemple exceptionnel de la statuaire africaine provient des collections d'Anne et Jacques Kerchache. Jacques Kerchache, marchand et collectionneur d’art de renommée internationale, a été à l’initiative de la création du pavillon des Sessions, antenne du musée du quai Branly au Louvre qui a fêté ses 10 ans le 13 avril 2010.
Il est l’auteur de la sélection des 108 œuvres exceptionnelles qui y sont exposées.
Le salon de lecture du musée du quai Branly porte aujourd’hui son nom.

Roi Tshokwe jouant dans la sanza (Angola)

Statue du roi Tshokwe (Angola)
Bois brun à patine brillante, traces d’implantation de cheveux sur le crâne et sur la barbe. Un pied du siège manquant.
H. 37 cm.

Magnifique exemplaire de la puissance visuelle des arts de cour tshokwe, la statuette Tshokwe aurait été rapportée en 1893-94 par un missionnaire portugais auprès d’un chef tshokwe de la région de Quibicolo au nord de l’Angola

Ce roi assis sur un siège pliant,  tenant entre les mains un instrument de musique, une sanza, relève d’une iconographie classique de la représentation du pouvoir chez les tshokwe d’Angola. Son attitude et sa position, la haute coiffure surmontant sa tête, la mise en emphase de ses mains et de ses pieds, les volumes musculaires de ses bras soulignés, ses larges yeux en amande sont caractéristiques de la figuration du chef présenté souvent comme un chasseur-arpenteur ou adoptant une attitude rituelle.

Le roi musicien assis sur un « trône » d’origine occidentale qui indique son prestige, génère la notion d’harmonie. L’énergie qui se dégage de son corps ramassé est une garantie de bien-être et de sécurité pour son peuple.

Des trous au sommet de la tête accueillaient des cheveux postiches, une barbe au niveau du menton soulignant le réalisme idéalisé de la figuration.

L’archétype de ce roi idéal est incarné par la figure de Tshibinda Ilunga, fondateur de l’identité tshokwe.

Contacts presse

Ministère de la Culture et de la Communication
Département de l’information et de la communication
01 40 15 80 11
service-presse@culture.gouv.fr

Ministère de la Recherche et de l’Enseignement
Service de presse
Secretariat.presse-cabinet@recherche.gouv;fr
01 55 55 84 32

Musée du quai Branly
Direction de la communication
Nathalie Mercier
Directeur de la communication
nathalie.mercier@quaibranly.fr
Magalie Vernet
Responsable des relations médias
magalie.vernet@quaibranly.fr
01 56 61 52 87

1ère publication : 24.06.2010 - Mise à jour : 24.06.0010
Retour haut de page