Sommaire

N° 5

|Mai 2022

Les départs en retraite des titulaires de l'enseignement supérieur et de la recherche de 2021 à 2027

Sous l’effet des réformes promulguées jusqu’en 2014, l’âge moyen de départ en retraite des titulaires de la sphère enseignement supérieur et recherche a progressé de 0,6 an entre 2012 et 2020, pour atteindre 63,9 ans ; entre 2020 et 2027, il progressera encore (+ 0,7 an) et le nombre de départs continuera de baisser jusqu’en 2022, puis remontera fortement, notamment pour les  chercheurs et enseignants-chercheurs. Les chercheurs des EPST (CNRS, INRAE, Inserm…) verraient leur âge moyen de départ augmenter le plus. 

Date de parution

Éditeur(s) :

Sous-direction des systèmes d'information et des études statistiques (SIES)

Ressources

NI SIES 2022-05 - PDF | 448.21 Ko

Présentation

L’âge moyen de départ en retraite des titulaires de la sphère enseignement supérieur et recherche a progressé de 0,6 an entre 2012 et 2020, pour atteindre 63,9 ans. Cela s’est accompagné d’une importante baisse des départs. Les réformes promulguées jusqu’en 2014, avec des effets durables, ont amené à ce relèvement.

Les modèles de micro-simulation du SIES prévoient que l’âge moyen de départ progressera entre 2020 et 2027 (+ 0,7 an), au même rythme que depuis 2012, et le nombre de départs continuera de baisser jusqu’en 2022, puis remontera fortement, notamment pour les  chercheurs et enseignants-chercheurs. 

Les chercheurs des EPST (CNRS, INRAE, Inserm…) verraient leur âge moyen de départ augmenter le plus (+ 11 mois ; 66,4 ans en moyenne en 2027) et, corrélativement, leur taux de liquidation baisserait le moins. 

Ces comportements et les évolutions démographiques feront qu’entre 2020 et 2027, les départs augmenteront davantage au sein des EPST qu’au sein des universités ; ils augmenteront davantage chez les chercheurs et enseignants-chercheurs que chez les ITA et les BIATSS.