Accueil >  [ARCHIVES des communiqués et des discours, avant mai 2017 >  [ARCHIVES] Communiqués

[ARCHIVES] Communiqués

Permettre au PRES d'Aix-Marseille d'affronter les plus grandes universités mondiales

[archive]
projet Aix-Marseille

Lauréat de l'appel à projets "initiatives d'excellence", le PRES Aix-Marseille Université renforce son attractivité dans les domaines de l'enseignement supérieur et de la Recherche. 

Communiqué - 1ère publication : 10.02.2012 - Mise à jour : 24.10.2012

Laurent Wauquiez s'est rendu à Marseille le 9 février 2012 à la rencontre des lauréats des Investissements d'Avenir.

Le ministre a rappelé que le pôle de recherche et d'enseignement supérieur (PRES) de Marseille était l'incarnation de ce que le Gouvernement a fait dans l'enseignement supérieur et la recherche depuis cinq ans : l'autonomie, les Investissements d'Avenir, le plan Campus ont permis de faire de ce site un site exceptionnel, capable d'affronter les plus grandes universités internationales et de sortir par le haut de la bataille mondiale pour le savoir, la recherche et l'innovation.

Le pôle d'Aix-Marseille est la preuve tangible que l'État investit dans les secteurs stratégiques pour préparer l'avenir : l'Université et la recherche française sont en mouvement. Les grands pôles de recherche et d'enseignement supérieur du 21e siècle émergent, les bâtiments sortent de terre, les conditions d'études s'améliorent.

Laurent Wauquiez a salué l'investissement et le dynamisme de tous les acteurs de la communauté universitaire, qui ont permis la réussite du site.

La sélection d'Aix-Marseille comme initiative d'excellence, est la consécration de la réussite collective de la communauté universitaire marseillaise.

C'est le point d'orgue d'un long travail de cohésion dont la première pierre a été la fusion des 3 universités d'Aix-Marseille.

L'ambition pour Marseille est d'être dans 10 ans dans le top 20 des universités européennes, dans le top 100 des universités mondiales.

Le ministre a rappelé que les atouts d'Aix-Marseille Université étaient à la hauteur de ce défi : une place privilégiée dans le bassin méditerranéen qui permet à ses chercheurs de décrypter à travers une approche pluridisciplinaire un monde en bouleversement. Une recherche d'excellence, avec des exemples emblématiques comme la découverte de la première exoplanète, la participation à des projets d'envergure unique comme dans l'énergie avec ITER, la construction de l'observatoire sous-marin Antares, etc.

Laurent Wauquiez a indiqué que l'Idex va permettre d'accélérer les projets de développement du pôle dans différents domaines, tels que :

  • L'ouverture internationale : l'objectif du pôle est de coupler une ambition internationale avec une identité euro-méditerranéenne. Il projette de développer des projets de partenariats de recherche avec les meilleures universités mondiales (le M.I.T., la Technische Universität München, la Harvard Medical School ...) et ambitionne de devenir la capitale du savoir pour le Sud de l'Europe à travers le réseau Tethys, le campus Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme (MMSH), l'Institut d'Etudes avancées IMéRA qui accueille en résidence des chercheurs internationaux de haut niveau,
  • La politique d'attractivité et de mobilité : une politique de ressource humaine attractive (salaires, primes annuelles, décharges de services, primes d'installation, budget de recherche spécifique) et des bourses spécifiques de mobilité entrante et sortante de 5000 euros au niveau master et 33 000 euros augmentés de bonus de bienvenue au niveau doctorat pour attirer les meilleurs étudiants étrangers,
  • L'ouverture sur les entreprises de la région PACA, puisque l'Idex va permettre la fusion des trois I.U.T., celle des deux écoles d'ingénieurs pour faire la plus importante Ecole polytechnique universitaire en France afin de constituer un vivier de personnel technique de haut niveau adapté aux besoins des entreprises.

Cette métamorphose a été rendue possible par les profondes réformes et l'investissement sans précédent réalisé depuis quatre ans dans l'enseignement supérieur.

Pour concrétiser leurs ambitions, les acteurs de la communauté universitaire marseillaise se sont saisis de leurs nouveaux outils et moyens :

  • l'autonomie : Marseille a été pionnière en utilisant ses nouveaux moyens (plus de 16 % d'augmentation depuis 2007), au plus grand bénéfice des étudiants, des personnels et des partenaires. Par exemple, l'université ex-Aix-Marseille 2 a mis en place des outils pour faire venir des jeunes à très fort potentiel, avec des chaires d'excellence pour lesquelles est prévue une dotation globale de près de 100 000 euros et des possibilités de rémunérations élevées,
  • les investissements d'avenir : les chercheurs de la région ont remporté de nombreux succès, avec sept équipements d'excellence et neuf laboratoires d'excellence dès la première vague, un institut hospitalo-universitaire, la participation à 10 infrastructures nationales de santé, la sélection d'un démonstrateur préindustriel en biotechnologie CIMTECH, future plateforme d'immunotechnologie pour traiter maladies inflammatoires et cancers. Ces résultats bénéficieront aussi aux entreprises avec la société d'accélération du transfert de technologies "PACA-Corse", qui sera l'interface privilégiée entre les laboratoires de recherche publics et les industriels. Au total, ce sont 1 009 millions d'euros que l'Etat a apporté à la région dans le cadre des investissements d'avenir.
  • l'opération Campus : qui va profondément renforcer l'attractivité d'Aix-Marseille et réinventer la vie de campus, par exemple avec de nouvelles installations sportives à Aix ou à Luminy. L'Etat a récompensé cette ambition collective par une dotation de 500 millions d'euros, au titre du plan Campus.

 

 

 

 

 

 

 

 

1ère publication : 10.02.2012 - Mise à jour : 24.10.2012

Contact Presse

Bénédicte Constans

01 55 55 84 32

Retour haut de page