Accueil >  Enseignement supérieur >  Formations et diplômes >  Études de santé

Les études de santé

Actualités

arrêter le défilement lancer le défilement

La réforme des études de santé

vignette santé réforme

"Nous devons remplacer un système unique, qui ne propose aux étudiants qu'une voie d'accès et ne les recrute que sur un type d'intelligence, par un système d'accès multiple permettant à d'excellents étudiants de réussir."

Frédérique Vidal (12 février 2019)

Rentrée 2020 :

- fin du numerus clausus

- fin la PACES

- fin du concours unique

Pourquoi réformer les études de santé ?

Suite à l'annonce du Président de la République, fin 2018, de tranformer en profondeur l'organisation des études de santé, la réforme engagée vise à mieux former, mieux orienter et mieux insérer les futurs professionnels de la santé.



Il s'agit d'inscrire le nouveau parcours des futurs étudiants en santé dans une logique de réussite et de mieux répondre aux attentes des soignés, des soignants et de la société dans son ensemble.



Objectifs de la réforme

  • Améliorer l'orientation et la réussite des étudiants en santé, dans la continuité du Plan Etudiant

  • Adapter les compétences des professionnels de santé aux besoins du système de santé pour soutenir sa transformation

  • Décloisonner les filières de santé et permettre des temps de formation en commun

  • Améliorer la qualité de vie et le bien-être des étudiants en santé

Fin de la PACES et du numerus clausus à la rentrée 2020

La fin à la PACES et du numerus clausus, représentatifs d'un système d'admission basé sur une sélection drastique, vise à diversifier les voies d'accès aux filières de santé.

  • Les universités mettent en place de nouvelles modalités d'accès aux études de santé à la rentrée 2020. Les lycéens pourront choisir entre : une licence avec une option "accès santé" (L.AS) ou un parcours spécifique "accès santé", avec une option d'une autre discipline (PASS).

  • Le numérus clausus disparait, et chaque université pourra, en lien avec l'agence régionale de santé et dans le souci de s'adapter au mieux aux besoins des territoires, définir le nombre d'étudiants qu'elle admet dans chaque filière de santé.

  • Le concours unique basé exclusivement sur des QCMS disparait. Les étudiants seront sélectionnés sur leurs résultats dans leur parcours de formation (L.AS ou PASS) et, pour certains sur des épreuves complémentaires, dont des épreuves orales.

Dossier de presse (novembre 2019)

Derniers décrets et arrêté

  • Décret n° 2019-1125 du 4 novembre 2019 relatif à l'accès aux formations de médecine, de pharmacie, d'odontologie et de maïeutique - voir le décret
  • Décret n° 2019-1126 du 4 novembre 2019 relatif à l'accès au premier cycle des formations de médecine, de pharmacie, d'odontologie et de maïeutique - voir le décret
  • Arrêté du 4 novembre 2019 relatif à l'accès aux formations de médecine, de pharmacie, d'odontologie et de maïeutique - voir l'arrêté

16 millions d'euros consacrés dès 2020 à la transformation de l'entrée dans les études de santé.
Ils permettront aux universités de développer les nouvelles voies d'accès, d'organiser les épreuves complémentaires et d'accueillir un nombre accru d'étudiants dans les filières concernées.

Calendrier de la réforme

Rentrée 2018

  • Mise en œuvre du service sanitaire pour tous les étudiants en santé
  • Ouverture des formations d'infirmiers en pratique avancée spécialités oncologie, néphrologie et maladies chroniques
  • Statut étudiant pour les étudiants en soins infirmiers et mêmes droits universitaires que tout étudiant inscrit à la faculté

Rentrée 2019

  • Fin du concours pour les Instituts de formation aux soins infirmiers (IFSI) désormais accessibles sur Parcoursup
  • Poursuite du déploiement du service sanitaire
  • Ouverture d'une nouvelle spécialité d'infirmier de pratique avancée en santé mentale
  • Le centre national d'appui est opérationnel : les premières formations de formateurs sont assurées
  • Déploiement des cellules de lutte contre les violences

Rentrée 2020

  • Suppression du numerus clausus
  • Suppression de la première année commune des études de santé (PACES) : l'admission des étudiants dans les études de médecine, pharmacie, odontologie, maïeutique et kinésithérapie se fera par des parcours rénovés permettant de candidater 2 fois sans redoubler et de progresser dans son cursus même en cas d'échec à l'admission en étude de santé
  • Admission dans les autres formations paramédicales (hors IFSI) avec modalités rénovées et via Parcoursup
  • Rénovation de la formation du 3e cycle des études de médecine : suppression des épreuves classantes nationales
  • Premières expérimentations de cursus transversaux aux différentes formations paramédicales

2019 : un accès simplifié aux IFSI

  • Désormais, l'admission en instituts de formation en soins infirmiers (IFSI) se fait via Parcoursup et les étudiants sont inscrits à l'université ce qui leur ouvre les droits d'accès aux services universitaires.
  • Il y a eu un véritable engouement pour les formations en soins infirmiers depuis leur entrée sur Parcoursup en 2019. En supprimant le concours d'entrée au profit d'un examen sur dossier, le gouvernement a permis de lever les barrières financières et psychologiques liées au concours.

Dossier de presse de rentrée 2019 (page 14)

Dossier de presse Formations en soins infirmiers IFSI (juillet 2018)

Discours de la ministre (juillet 2018)

Un service sanitaire de six semaines pour les étudiants en santé

  • Le service sanitaire permet d'organiser, partout sur le territoire, des interventions de prévention conduites par des étudiants en santé. Ce dispositif obligatoire (6 semaines intégrées à la formation initiale), qui a concerné 48 000 étudiants en 2018-2019, se généralise.

  • Les étudiants en santé interviennent notamment en milieu scolaire et universitaire, dans des EHPAD...  où ils abordent des thèmes prioritaires de santé publique (vie affective et sexuelle, addictions, sport ou nutrition).

Dossier de presse (février 2018)

Mise en place du service sanitaire dans les formations de santé (février 2018)

Favoriser la qualité de vie et le bien-être des étudiants en santé

  • La qualité de vie et le bien-être des étudiants sont une préoccupation majeure de la réforme des études de santé : création dans toutes les universités d'une structure d'accompagnement des victimes de violence, accès de tous les étudiants en santé à la médecine préventive, aux activités culturelles et sportives...
  • Mis en place en 2019, le Centre national d'appui (CNA) vise à améliorer la qualité de vie des étudiants en santé. Parmi ses missions : développer une expertise, proposer des recommandations, favoriser l'échange des bonnes pratiques.

Dossier de presse CNA (juillet 2019)

15 mesures sur le bien-être des étudiants en santé (avril 2018)

Formation d'infirmiers en pratique avancée

Une mention supplémentaire au diplôme d'infirmier en pratique avancée (IPA) psychiatrie et santé mentale a été créée.

  • Elle est proposée par 12 universités à la rentrée 2019 et 3 pour 2020.

CONSTAT

- Jusqu'ici l'admission dans les études de santé (médecine, pharmacie, odontologie, maïeutique) se faisait presque exclusivement via la Première année commune aux études de santé (PACES).- Parmi les près de 40 000 nouveaux bacheliers qui s'inscrivent en PACES, un tiers poursuivra dans les études de santé et les deux tiers se réorienteront dans des filières de l'université ou en dehor- Deux tiers des admis en santé ont dû redoubler leur PACES et un nombre important de réorientations se fait en perdant le bénéfice de ces deux années universitaires.


PACES : UN FORT TAUX D'ECHEC

35 500 bacheliers inscrits pour la première fois en PACES en 2015

12% d'entre eux seulement ont accédé directement en 2e année

Près d'un sur deux s'est réinscrit à nouveau en PACES l'année suivante, en 2016

34% des bacheliers 2015 est passé en 2e année en un ou deux ans de PACES



Note Flash SIES "Parcours et réussite en licence et en PACES: résultats de la session 2017" (novembre 2018)

Le cadre de la réforme

Le numerus clausus sera supprimé pour cesser d'entretenir une rareté artificielle, et pour nous permettre de former plus de médecins avec un mode de sélection rénové, et de renforcer la dimension qualitative et le niveau de formation des études de santé [...] Dès la rentrée 2020, il n'y aura plus de concours à la fin de la première année, c'est-à-dire plus de PACES, cet acronyme, synonyme d'échec pour tant de jeunes.


Emmanuel Macron, Président de la République (discours du 18 septembre 2018)

Retour haut de page