Accueil >  [ARCHIVES des communiqués et des discours, avant mai 2017 >  [ARCHIVES] Communiqués

[ARCHIVES] Communiqués

L'excellence de la recherche bretonne dans le numérique renforcée grâce aux investissements d'avenir

[archive]
Institut de recherche en informatique et systèmes aléaotires (IRISA)

Porteur de plusieurs projets lauréats des investissements d'avenir, l'Institut de Recherche en Informatique et Systèmes Aléatoires (IRISA) de Rennes conforte l'excellence de la recherche bretonne dans le numérique.

Communiqué - 1ère publication : 28.02.2012 - Mise à jour : 14.05.0012

Laurent Wauquiez, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, a visité le mardi 28 février l'Institut de Recherche en Informatique et Systèmes Aléatoires (IRISA) de Rennes, porteur de plusieurs projets lauréats des investissements d'avenir.

Le ministre a félicité les équipes de l'IRISA et plus généralement toutes les équipes bretonnes des sciences et technologies de l'information et de la communication pour leurs succès aux investissements d'avenir. L'excellence rennaise et bretonne avait déjà été reconnue dans la première vague des investissements d'avenir avec le laboratoire d'excellence (LABEX) COMIN LABS sur l'internet du futur et la participation de Rennes à deux équipements d'excellence importants, FIT sur l'internet des objets et ROBOTEX sur les plateformes robotiques. La vague 2 est venue transformer l'essai avec la labellisation de l'institut de recherche technologique (I.R.T.) BCOM.

Selon Laurent Wauquiez, ces résultats confirment la grande qualité de l'écosystème breton de recherche dans le domaine du numérique et prouvent que les investissements d'avenir valorisent l'excellence sur tout le territoire. Le ministre a rappelé que cette logique de concentration des moyens sur des sites d'excellence avait permis de valoriser les pépites de recherche sur tout le territoire. Comme le montre la vague 2 des LABEX, les résultats de l'Ile de France et de la province aux investissements d'avenir sont équilibrés : sur les 71 LABEX de la vague 2, 52 sont en région et recevront 75% des financements.

Le ministre a indiqué que l'IRISA était l'illustration des profondes transformations qui ont métamorphosé la recherche française sous l'effet des investissements d'avenir, avec la convergence de plusieurs facteurs de réussite :

  • La conciliation de la spécialisation sur le secteur du numérique et de la transdisciplinarité. Sur le site de l'IRISA, la fertilisation croisée entre neurosciences et informatique ouvre par exemple des perspectives prometteuses pour venir en aide à des personnes lourdement handicapées. 
  • Un positionnement sur un secteur d'avenir créateur d'emplois. Le numérique a un rôle crucial pour la compétitivité de l'économie : c'est un secteur créateur d'emplois (la seule filière d'Internet représente en France près d'1,2 millions emplois), et un puissant vecteur de productivité pour l'ensemble de l'économie. La Bretagne est la seconde région française en termes d'emplois dans ce secteur. Le ministre a rappelé que l'I.R.T. BCOM, doté de 130 millions d'euros, allait permettre de constituer le trait d'union manquant entre politique de recherche et politique industrielle dans ce secteur et permettre de transformer l'excellence scientifique en potentiel de croissance grâce à des applications dans la réalité augmentée (par exemple, l'insertion d'images virtuelles dans des décors réels), l'internet des objets ou le cloud computing.
  • Des partenariats très forts avec les entreprises de la région : l'une des forces de la Bretagne réside dans les liens étroits tissés avec les grandes entreprises comme Orange, Alcatel Lucent ou Technicolor, qui ont installé depuis longtemps leurs centres de R&D à Rennes ou à Lannion, et le réseau dynamique de P.M.E. et d'ETI bretonnes, regroupées au sein du pôle de compétitivité "Images et Réseaux", qui développent les résultats de la recherche publique. 
  • La formation aux métiers de demain : le LABEX COMIN LABS et l'I.R.T. BCOM développeront des programmes de formation, initiale et professionnelle. En participant au développement de formations techniques supérieures pour la création audiovisuelle ou la réalité virtuelle, ces projets peuvent favoriser l'émergence de cursus répondant aux besoins de compétences numériques du monde économique.


 

1ère publication : 28.02.2012 - Mise à jour : 14.05.0012

Contact presse

01 55 55 84 32

Retour haut de page