Rapport de l'IGESR

Sommaire

N° 131

Juin 2021

Mécanismes de coordination des acteurs et des démarches en matière de recherche liée à la covid-19

Date de parution

Auteur(s) :

Gallié

Émilie-Pauline

,

Ott

Marie-Odile

Télécharger

Rapport IGESR-2021-131 - PDF | 3.58 Mo

Présentation

Ce rapport analyse les mécanismes de coordination activés en France pour organiser la recherche dédiée à la Covid-19 depuis janvier 2020, et en particulier en début de crise. Il vise à en faire le bilan et à identifier les évolutions à apporter au dispositif dans la perspective d'une éventuelle nouvelle crise sanitaire. La mission recommande d'établir et tenir à jour un schéma de coordination de la recherche en temps de crise et d'anticiper des mesures pour rendre la mobilisation de la recherche plus efficace.

Table des matières

Synthèse1
Recommandations
Introduction
1. Faut-il une coordination de la recherche spécifique en temps de crise ?
1.1. Quels besoins de coordination de la recherche en temps de crise ?
1.1.1. Une coordination de la recherche limitée hors temps de crise en France
1.1.2. Répondre à l’urgence en temps de crise nécessite une coordination plus forte
1.2. La préparation en amont : un enjeu primordial pour une coordination efficace de la recherche en temps de crise
2. Une impréparation généralisée qui nuit à la coordination de la forte mobilisation des acteurs de la recherche
2.1. Un écosystème de recherche insuffisamment préparé pour se mobiliser face à la crise malgré les alertes et préconisations issues de crises précédentes
2.1.1. Le ministère en charge de la recherche est absent du schéma national de crise sanitaire et n’est pas identifié comme contributeur à la résolution de la crise
2.1.2. Peu de préparation et de culture de gestion de crise au sein des établissements de recherche
2.1.3. Et pourtant des crises antérieures avaient déjà mis en avant la nécessité d’une coordination de la recherche pour réagir dans l’urgence
2.2. Pour autant, de nombreux acteurs de la recherche se sont très rapidement mobilisés, mais en ordre dispersé
2.2.1. Une mobilisation basée sur une communauté existante
2.2.2. Une mobilisation de la recherche clinique notablement active
2.3. Pour répondre aux besoins de la recherche sur la Covid-19, de multiples sources de financement ont été mobilisées sans réelle coordination
2.3.1. Des financements de la recherche publique liée à la Covid-19 significatifs en 2020
2.3.2. L’ébauche d’une coordination entre financeurs : l’importance des relations existantes et du partage d’information
2.3.3. Une coordination des financeurs à développer hors temps de crise pour être déployée en situation d’urgence
2.3.4. Des modalités de financement à remobiliser et à compléter pour répondre aux différents besoins
2.4. Des dispositifs créés au gré des besoins, sans inscription dans le schéma global de gestion de crise et dont les champs d’actions ne sont pas toujours compréhensibles par les acteurs de la recherche
2.4.1. Des structures ad hoc, à l’impact variable et à mieux structurer
2.4.2. Des circuits d’information à renforcer en créant une équipe « Point d’entrée » au MESRI
3. Des efforts réels de coordination mais un manque de pilotage d’ensemble
3.1. REACTing, une force de réaction rapide mais sous-dimensionnée et sans mandat réel
3.2. Une coordination MSS - MESRI pour des prises de décision communes via la cellule interministérielle Recherche mais absente du système de gestion de crise
3.3. Des coordinations territoriales variables selon l’écosystème local, et qui doivent être articulées avec les coordinations nationales
3.3.1. Des coordinations ad hoc, sur fond de relations historiques, pour améliorer l’organisation de la recherche localement mais qui peinent parfois à sortir des réseaux existants
3.3.2. Le manque d’interactions entre les coordinations locales et avec le niveau national accroît la dispersion des actions et des financements
3.4. L’émergence de coordinations thématiques de portée nationale : des initiatives à davantage soutenir politiquement
3.5. Une absence de pilote identifié et un dispositif global de coordination sans lisibilité, qui manque de cohérence
4. Des dispositifs pour mieux organiser la coordination pendant la crise mais qui restent à consolider pour le futur
4.1. CAPNET : une instance de priorisation des essais cliniques qui peine à se mettre en place et à être acceptée
4.2. La création de l’agence ANRS-MIE est approuvée par la communauté, mais son fonctionnement et son périmètre font encore l’objet de points de vigilance
4.2.1. Création et missions
4.2.2. Des points de vigilance sur le périmètre de l’agence et son rôle en temps de crise
4.2.3. La nécessité d’un budget à la hauteur des besoins et des enjeux
4.2.4. Articulations des actions de l’agence avec celles des agences de financement
4.3. Une stratégie d’accélération MIE-MN : une approche globale allant de la recherche à l’industrialisation, qui a fait défaut pendant la crise
5. Proposition d’un schéma de coordination et actions à mettre en oeuvre pour une mobilisation efficace et rapide de la recherche en temps de crise
5.1. Un schéma de crise pour une coordination de la recherche efficace et performante
5.1.1. Le principe général
5.1.2. Un pilotage interministériel MESRI-MSS, s’appuyant sur la cellule interministérielle Recherche
5.1.3. La coordination scientifique assurée par l’agence ANRS-MIE
5.1.4. Des financements coordonnés, une articulation entre le niveau national et régional en temps de crise
5.1.5. Organisation des cellules transversales
5.1.6. Les leviers d’actions à prévoir
5.1.7. Des exercices hors temps de crise
5.1.8. La généralisation du schéma de coordination de la recherche pour les crises touchant d’autres domaines que les MIE
5.2. Hors temps de crise, des mesures doivent être anticipées pour rendre la mobilisation plus efficace et rapide
Annexes

Fiche technique

Auteur(s) :

Gallié

Émilie-Pauline

,

Ott

Marie-Odile

Éditeur(s) :
Inspection générale de l'Éducation, du Sport et de la Recherche (IGÉSR)
Langue :
Français
Identifiant :
2021-131
Date de parution :
02/07/2021
Édition :

Juin 2021