Accueil >  Enseignement supérieur

Enseignement supérieur

Frédérique Vidal condamne fermement les violences et les dégradations qui ont eu lieu aujourd'hui

Université Lille 2

Frédérique Vidal, Ministre de l'Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l'Innovation, condamne fermement les violences et dégradations ayant eu lieu en marge des rassemblements ce mardi 12 novembre, ainsi que l'intrusion de manifestants dans un amphithéâtre de l'Université Lille II ayant entraîné l'annulation de la conférence que devait y tenir François Hollande.

Communiqué - Publication : 12.11.2019
Frédérique Vidal

Frédérique Vidal, Ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation condamne les violences et les dégradations qui ont eu lieu en marge des rassemblements qui se sont tenus aujourd'hui devant les CROUS et dans certaines universités, ainsi qu'au Ministère de l'Enseignement supérieur, dont l'une des portes d'entrée a été enfoncée, donnant ainsi lieu à une brève intrusion.
 
Le geste tragique commis par un jeune homme vendredi dernier suscite une émotion légitime, mais la violence ne peut pas avoir de place à l'université. Les appels à la violence et les menaces de mort adressés aux responsables des CROUS qui se sont multipliés tout au long de la journée sont inadmissibles.
Frédérique Vidal, qui s'était rendue à Lyon dès le samedi 9 novembre tient à réaffirmer son soutien aux personnels de l'Université Lyon II, ainsi qu'aux équipes du CROUS. La ministre rappelle qu'en parallèle de l'enquête ouverte par le procureur de la République, elle a saisi l'Inspection Générale de l'Education, du Sport et de la Recherche pour que toute la lumière soit faite sur les circonstances du drame.

Enfin, Frédérique Vidal tient à condamner particulièrement l'intrusion ayant entraîné l'annulation de la conférence que devait tenir l'ancien président de la République François Hollande à l'Université Lille II. La Ministre rappelle que l'université doit rester un lieu d'ouverture, de débat et de tolérance. Il est inconcevable que la venue d'un ancien Président de la République puisse être empêchée au sein de l'espace universitaire, par l'action violente de quelques-uns. Porter atteinte à la liberté de débattre, c'est porter atteinte aux valeurs de l'université et de la République.

Publication : 12.11.2019
Retour haut de page